Ville-Émard: encore de bonnes occasions à saisir

Ville-Émard est l'un des rares endroits sur l'île... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE)

Agrandir

Ville-Émard est l'un des rares endroits sur l'île de Montréal où il est encore possible d'acheter un duplex à moins de 500 000 $.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Julien McEvoy
La Presse

Pour les sportifs, Ville-Émard est l'endroit qui a vu naître le Magnifique, Mario Lemieux. Pour les amoureux des arts, c'est plutôt là qu'est né le pianiste Alain Lefèvre. Tous deux partagent un trait: des origines modestes. Ce qui n'est pas surprenant, puisque Ville-Émard a toujours été un quartier ouvrier enclavé entre la bourgeoise Notre-Dame-de-Grâce, au nord, et Verdun, au sud.

Or, le quartier s'enrichit, sans pour autant que le coin en perde son charme. L'esprit de village y règne toujours. Mais pour combien de temps encore? Avec l'échangeur Turcot qui sera jeté à terre sous peu, l'endroit est sur le point de connaître une renaissance. Pour le meilleur et pour le pire.

Le choix de Sonia Al-Khabyyr et Serge Gauthier

Le couple dans le début de la trentaine cherchait à faire son nid. Premiers acheteurs, Sonia et Serge ne disposaient pas d'un budget illimité, et comme le projet de fonder une famille est dans l'air, ils étaient à la recherche d'un assez grand espace. Sonia nous raconte pourquoi ils ont choisi Ville-Émard.

Où habitiez-vous avant et quand avez-vous acheté?

On était dans le Mile-Ex avant d'acheter à Ville-Émard. On a visité énormément de propriétés avant de trouver la bonne, au moins 25 duplex, et pour notre gamme de prix, on en a vu de toutes les couleurs! Du beau, du moins beau. C'est la joie de magasiner! La majorité était à Ville-Émard. On en a visité deux à Rosemont aussi.

On est finalement tombés en amour avec le duplex d'un couple qui l'habitait depuis 50 ans! C'était très bien entretenu, ils avaient mis beaucoup d'amour dans la bâtisse.

On est devenus propriétaires le 1er mai 2015. Le duplex nous a coûté 440 000 $, avec une mise de fonds de 5 %.

Au rez-de-chaussée, où on habite, tout était déjà pas mal rénové, incluant le sous-sol aménagé; le logement est l'équivalent d'un 8 ou un 9 1/2. L'appartement du dessus est un 4 1/2 qui couvre le tiers de l'hypothèque.

Serge Gauthier et Sonia Al-Khabyyr... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

Serge Gauthier et Sonia Al-Khabyyr

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

Pourquoi Ville-Émard?

On voulait s'éloigner un peu du côté commercial du Mile-Ex. On cherchait un quartier résidentiel avec beaucoup de parcs, de verdure, d'écoles primaires. On voulait aussi vivre dans un endroit facilement accessible. 

C'est un des seuls quartiers à Montréal où l'on pouvait trouver un duplex dans notre budget, soit 500 000 $, et qui répondait à nos critères. 

On a regardé un peu à Rosemont, car c'est facilement accessible avec le transport en commun, et les propriétés qu'on trouvait étaient moins intéressantes; les duplex de 500 000 $ et moins à Rosemont ne sont pas top! 

Ce qui est intéressant ici, c'est que le quartier est en revitalisation. Il y a beaucoup de jeunes familles qui s'installent, les duplex sont assez grands, il y a des cours. 

On a deux couples d'amis, des jeunes familles, qui habitent à Ville-Émard depuis plusieurs années et ils nous expliquaient que le quartier Côte Saint-Paul (situé à l'est de Ville-Émard) est peut-être un peu plus rock'n'roll, mais que ce quartier change tranquillement. 

Le coin a beaucoup de cachet grâce aux maisons de vétérans, des petites unifamiliales très mignonnes. C'est vraiment intéressant, on en a quelques-unes dans notre rue. 

Qu'aimez-vous particulièrement dans votre quartier?

C'est sécuritaire. Comme femme de 30 ans, le soir, en sortant du métro, je n'ai pas peur de marcher jusqu'à chez moi.

C'est un très petit quartier résidentiel, tout est à distance de marche, c'est très agréable, pas besoin de prendre le véhicule pour faire les courses. 

Tout le monde se connaît, c'est comme un petit village. On est des gens assez sociables, on aime connaître nos voisins, et les gens ici sont très réceptifs! C'est du monde vrai, et ça, c'est vraiment agréable. 

Pour ce qui est des commerces de proximité, on est relativement bien servis, mais il pourrait y en avoir plus. Il y a notamment le Café Central qui est vraiment génial. C'est ouvert aux familles, il y a une salle de jeux à l'arrière, et la nourriture est bonne, comme le café.

Il y a aussi le carrefour Angrignon pas loin, c'est pratique. 

Qu'aimez-vous moins dans le quartier?

La rue Monk, l'artère commerciale, a besoin d'un peu d'amour. Quelques nouveaux petits commerces amèneraient une certaine revitalisation. Présentement, il y a à peu près six bars sur Monk, et on n'en a pas vraiment besoin d'autant, on pourrait diversifier un peu l'offre!

Pour les sportifs, Ville-Émard est... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE) - image 3.0

Agrandir

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

Le mot du courtier

Bonnie Deveth, de chez RE/MAX Harmonie, est celle qui a aidé Sonia et Serge à faire leur choix. «Dans le début des 400 000 $, on ne trouve pas de duplex à Villeray ou à Verdun, où c'est plutôt dans le début des 500 000 $, explique-t-elle. Ville-Émard est donc très accessible pour les jeunes et les premiers acheteurs.»

La courtière est enthousiaste quant à l'avenir de ce quartier assez méconnu de Montréal. «C'est le temps d'acheter à Ville-Émard, la population est vieillissante, et les prix sont encore abordables.» 

Elle explique aussi comment les travaux en cours sur l'échangeur Turcot modifieront les alentours. «Les gens qui vont arriver là vont en profiter, car tous les quartiers seront enfin facilement accessibles entre eux: Notre-Dame-de-Grâce, Verdun, etc. Les plans des travaux comportent aussi une partie aménagement urbain, ce qui rendra la vie de famille encore plus riche dans le coin, notamment avec le canal de Lachine qui sera plus facile d'accès.»

Ville-Émard est donc un des secteurs qui profiteront le plus de cet énorme chantier qu'est l'échangeur Turcot, selon Mme Deveth. 

La courtière mentionne en terminant le Centre universitaire de santé McGill qui, une fois Turcot tombé, sera désenclavé, ce qui permettra aux gens qui travaillent à l'hôpital d'envisager sérieusement Ville-Émard. 

L'avenir est donc plutôt rose pour ce bastion ouvrier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer