S'approprier son rêve

Une cuisine refaite avec amour dans le style... (Photo fournie par Andrée-Anne Rivard)

Agrandir

Une cuisine refaite avec amour dans le style des maisons de charme.

Photo fournie par Andrée-Anne Rivard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Richard et Andrée-Anne ont passé leur premier jour de l'An dans une maison en complète rénovation. À tel point qu'ils ont dû coucher dans le pigeonnier du XVIe siècle pour un peu de tranquillité. Grâce à de la chaux, un matelas pliant et de grands coussins blancs, les premières nuits ont été acceptables dans l'ancienne écurie de ce village médiéval. Heureusement pour ce couple de Terrebonne, leur homme de confiance sur place s'est avéré un artisan d'exception.

«Je l'ai toujours appelé notre entrepreneur artiste», souligne Richard. Les autres corps de métier existent toujours en France, chaque ouvrier est spécialisé. Sa femme et lui ont travaillé fort pour compléter l'équipe: elle au design et lui à la technique. «On est arrivés crinqués», se souvient Richard, qui est chef de projet de profession.

Pour préparer ce premier séjour, le couple a passé toutes ses soirées au Québec sur l'ordinateur, de 19h à 22h, entre septembre et décembre. «On a tout acheté sur l'internet. Je dirais 90% de ce qu'il y a dans la maison», précise Andrée-Anne. Elle écumait les sites de décoration et de mobilier pour se donner des idées. Beaucoup de belles trouvailles ont entre autres été faites chez Maisons du monde. Ils ont fait livrer à date fixe et les délais en France ont été respectés. Évidemment, leur contact sur place s'occupait de la réception des colis. Idem pour les électroménagers. «On a tout fait. Comme si on allait sur la Lune et qu'on ne revenait pas», s'amuse Andrée-Anne.

Le gros des travaux a duré un an. Richard et Andrée-Anne ont fait cinq allers-retours cette année-là, rythme qu'ils ont maintenu jusqu'à aujourd'hui. Avec des liaisons directes Montréal-Toulouse, d'avril à octobre, ce fut plus facile.

«Un homme du coin m'a montré la maçonnerie», indique Richard. Ils ont fait la démolition, réalisé eux-mêmes les joints à la chaux, récuré les dalles de pierre et le bas des murs à la brosse. Au Québec, Andrée-Anne a notamment dessiné la nouvelle porte cochère avec des carreaux. Ils ont envoyé le PDF à l'entrepreneur qui l'a reproduite parfaitement. «Nous communiquions avec lui par Skype. Il m'envoyait aussi les devis et je lui demandais les dates. Il répondait: On verra...»

Richard et Andrée-Anne se font à la lenteur et à la douceur de la région. Tout en accrochant un cadre ici et là avec une perceuse à percussion électrique, nécessaire à cause de l'épaisseur des murs. «On a l'impression d'être dans un film et, le soir, les accessoiristes partent», explique Andrée-Anne.

Aujourd'hui, les rénovations sont finies. Mais pourquoi se contenter de boire le rosé, en grignotant des amandes et des olives? Ils viennent d'acheter une vigne à côté du village. Richard apprend à «pelleter» du raisin dans les cuves avec le vigneron voisin pour pouvoir produire son vin d'ici quelques années. Ils aménagent actuellement, le long du terrain, une terrasse avec des arbres et des plantes parfumées. C'est en Espagne, à une heure de route, qu'ils ont commandé 50 cyprès, 50 plants de lavande, 25 lauriers blancs. Les oliviers sont déjà plantés.

Mais comment ont-ils financé cette belle aventure? Depuis le début de leur carrière, ils ont économisé pour pouvoir partir deux fois par année avec leurs deux enfants. «Nous avons envoyé nos enfants dans une école publique, au programme international. Et nous avons choisi de leur offrir des voyages. Les enfants partis, on a tout simplement continué à économiser», raconte Andrée-Anne, qui est conseillère en formation dans une école.

***

Acheter en France

On peut penser qu'une maison en France, c'est hors de prix. Or, certaines maisons de village, à rénover complètement, sont très accessibles. Elles seront en tout cas moins chères qu'un chalet au bord de l'eau au Québec.

Il faut néanmoins savoir qu'en France, le notaire obtient de 7 à 10% du prix d'achat et c'est habituellement l'acheteur qui paie en totalité cette somme. Celui-ci doit passer une première fois pour signer le contrat de vente (compromis de vente). La signature de l'acte de vente intervient trois mois plus tard. Cela peut se faire par procuration.

Les honoraires d'agence immobilière, si c'est le cas, sont généralement à acquittés par le vendeur et sont de l'ordre de 5% (mais la note peut aussi être partagée et il faut s'en enquérir avant). La vente de particulier à particulier est vraiment à considérer, car le prix proposé pour la maison sera moins élevé qu'avec les frais d'agence.

Un résidant canadien peut acheter une propriété en France, s'il a un passeport en règle et une facture d'électricité avec son adresse principale. Il lui suffira d'ouvrir un compte bancaire là-bas.

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Trouver son nid

    Immobilier

    Trouver son nid

    Acheter une maison dans le sud de la France, voilà un rêve qu'on peut croire seulement à la portée des plus fortunés. Voici pourtant l'histoire d'un... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer