Irrésistible tomate

Originaire du Pérou, importée en Europe par les... (Photo Alain Roberge, Archives La Presse)

Agrandir

Originaire du Pérou, importée en Europe par les Espagnols, la tomate a depuis voyagé partout sur la planète. Et elle a subi d'innombrables transformations.

Photo Alain Roberge, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre Gingras

Originaire du Pérou, importée en Europe par les Espagnols, la tomate a depuis voyagé partout sur la planète. Et elle a subi d'innombrables transformations. La belle migrante se présente aujourd'hui dans des milliers de variétés. Au deuxième rang des légumes les plus consommés au monde, elle occupe toujours la première place dans le coeur du jardinier. Astuces pour une récolte abondante.

Transplantation déterminante

La mise en terre des plants de tomate est un moment crucial. Voici comment s'y prendre.

Quand: mi-mai, début juin

Distance: 1 m entre chaque plant

Attendez une journée nuageuse ou une fin d'après-midi pour réduire le stress de la plante.

Mouillez les racines avant la mise en terre, mais cessez ensuite l'arrosage durant trois ou quatre jours. Les racines vont se développer davantage.

Recouvrez les racines d'un peu de fertilisant naturel, de fumier ou d'une bonne dose de compost.

Important: Enterrez le plant jusqu'aux premières feuilles ou, encore mieux, jusqu'à la moitié de la tige pour favoriser l'apparition de nombreuses racines secondaires.

Fruit ou légume?

La tomate est-elle un fruit ou un légume? Les deux. En 1893, un importateur a contesté devant la Cour suprême des États-Unis la taxe que le port de New York imposait sur les légumes importés. Le demandeur faisait valoir que c'était un fruit. La Cour trancha donc... la tomate en deux. Oui, c'est un fruit, car elle provient d'une fleur, mais d'un point de vue culinaire ou commercial, indique le jugement, elle est un légume au même titre que le concombre, l'aubergine ou le poivron, notamment parce qu'on la retrouve rarement dans les desserts.

Belle, goûteuse, la tomate «Candyland» est extrêmement productive.... (Photo fournie par All America Selections) - image 2.0

Agrandir

Belle, goûteuse, la tomate «Candyland» est extrêmement productive.

Photo fournie par All America Selections

Treillis et balcon

Parfois classées selon leur usage (à farcir, sauce, salade, etc.) ou encore selon leur couleur, en horticulture les tomates sont habituellement regroupées dans deux catégories. Les variétés dites déterminées donnent des fruits sur une période plus ou moins longue. Elles n'exigent pas de tuteur, mais nécessitent souvent une croissance plus longue. C'est le cas de plusieurs variétés patrimoniales. Les tomates indéterminées croissent de façon continue et exigent un tuteur. La plupart des tomates cerises sont du groupe. Il existe aussi plusieurs hybrides nains conçus spécialement pour la culture sur balcon. Néanmoins, une foule de variétés traditionnelles vont s'accommoder d'un gros pot.

Patrimoniales goûteuses

Les tomates patrimoniales sont à la mode et les variétés offertes en plants à cette époque-ci de l'année se comptent par dizaines. Elles viennent d'un peu partout dans le monde et plusieurs sont réputées pour leur saveur. Elles exigent habituellement une longue période de croissance et leur productivité est souvent moins grande que celles des hybrides modernes.

Les meilleures? Les noms varient considérablement d'un palmarès à l'autre. Voici quelques valeurs sûres: «Noire de Crimée», «Cherokee Purple», «Brandy Wine», «Stupice», «Green Zebra», «Aunt Ruby's», «Anna Russe», «Savignac».

Prolifiques tomates cerises

Très prolifiques, les tomates cerises offrent aussi une grande gamme de coloris et de goûts. Légèrement orangée, la «Sun Gold» est parfois classée parmi les meilleures tomates au monde. Les tomates cerises produisent jusqu'à l'automne et ce sont les préférées des enfants. Elles atteignent facilement 2 m et exigent un tuteur ou un treillis pour leur support. Les variétés «Sweet 100», «Sweet Treats», «Black Cherry» sont parmi les plus savoureuses. Par ailleurs, «Candyland», «Fantastico» et «Sugary» ont toutes été primées ces récentes années. «Juliet» a une jolie forme allongée.

Lors de la transplantation, recouvrir le plant de... (Photo Bernard Brault, Archives La Presse) - image 3.0

Agrandir

Lors de la transplantation, recouvrir le plant de tomate au moins jusqu'aux premières feuilles.

Photo Bernard Brault, Archives La Presse

Une curiosité

La plante produit à la fois des tomates cerises et des... pommes de terre. Elle répond au nom évocateur de «Ketchup'n'Fries». Ce n'est pas un monstre végétal génétiquement modifié, mais tout simplement un plant de tomates greffé sur une tige de pommes de terre. L'an dernier, nos plants ont produit des centaines de tomates exquises, bien au-delà de nos attentes. En fin de saison, on comptait trois ou quatre pommes de terre sous terre. Ce n'est pas donné: autour de 25 $ le plant, mais le plaisir en vaut le coût.

Conseil: Sol riche et plein soleil. Laissez les drageons de pommes de terre pousser librement.

Quelques conseils

> Les tomates exigent le plein soleil et, si possible, un endroit chaud à l'abri du vent.

> Sol bien drainé, bien pourvu en fumier et en compost.

> Arrosez régulièrement. Un apport d'eau trop généreux ou après une période d'abstinence peut provoquer le fendillement des fruits en raison d'une pression trop grande à l'intérieur de la tomate. Le phénomène est fréquent en fin de saison.

> Arrosez le matin et en évitant de mouiller le feuillage afin de contrer les maladies fongiques.

> Plante compagne à éviter : aubergine, poivron, pomme de terre, concombre et autres cucurbitacées




publicité

publicité

Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer