Le règne du cactus

  • Certains cactus peuvent être plus rapidement reproduits à partir de boutures, d'autres comme les échinocactus, nécessitent d'être plantés. (Photo François Roy, La Presse)

    Plein écran

    Certains cactus peuvent être plus rapidement reproduits à partir de boutures, d'autres comme les échinocactus, nécessitent d'être plantés.

    Photo François Roy, La Presse

  • 1 / 5
  • Le cactus ne craint pas le froid. Certains résistent même aux hivers québécois. (Photo François Roy, La Presse)

    Plein écran

    Le cactus ne craint pas le froid. Certains résistent même aux hivers québécois.

    Photo François Roy, La Presse

  • 2 / 5
  • André Mousseau et Pierrette Martel sont les heureux propriétaires des serres Le Cactus Fleuri. (Photo François Roy, La Presse)

    Plein écran

    André Mousseau et Pierrette Martel sont les heureux propriétaires des serres Le Cactus Fleuri.

    Photo François Roy, La Presse

  • 3 / 5
  • En tout, l'entreprise cultive 300 variétés de cactus. (Photo François Roy, La Presse)

    Plein écran

    En tout, l'entreprise cultive 300 variétés de cactus.

    Photo François Roy, La Presse

  • 4 / 5
  • La plupart des cactus s'adaptent bien à des températures variant entre 5 et 35 degrés. (Photo François Roy, La Presse)

    Plein écran

    La plupart des cactus s'adaptent bien à des températures variant entre 5 et 35 degrés.

    Photo François Roy, La Presse

  • 5 / 5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Les cactus ne poussent pas qu'au beau milieu du désert et ne craignent ni les appartements asséchés par le chauffage ni les températures fraîches. Et si le Québec était l'endroit idéal pour faire pousser les cactus?

Ce n'est pas l'Arizona, encore moins le Mexique, mais dans les serres du Cactus Fleuri de Sainte-Madeleine, à quelques pas du célèbre camping, on s'y croirait presque. La balade dans les serres est épineuse et les enfants qui viennent les visiter avec leurs parents sont bien avertis de ne pas dévaler les allées à la course...

Depuis bientôt 40 ans, André Mousseau et Pierrette Martel font partie d'une rare espèce au Canada. Tous deux diplômés en horticulture ornementale, ils se sont rapidement tournés vers la culture du cactus, dont ils cultivent aujourd'hui 300 variétés.

«Nous voulions fournir un produit qui n'était pas disponible au Québec, explique André Mousseau. Les annuelles, ce n'était pas notre tasse de thé. Nous voulions produire des plantes qu'on ne trouve pas dans le commerce.»

S'ils sont les seuls au Québec à produire des cactus de façon commerciale de A à Z, c'est qu'à défaut d'arrosage intensif, les cactus requièrent de la patience.

«Ce n'est pas tout le monde qui est patient dans la vie, philosophe le propriétaire de Cactus Fleuri. Pour produire un cactus, ça prend de trois à cinq ans. Quand on fait un semi, avant que le cactus ne puisse être vendu, la moyenne est de trois ans.»

Les cactus qui poussent en hauteur peuvent être plus rapidement reproduits à partir de boutures, mais ceux qui sont en forme de boule, comme les échinocactus, doivent être plantés.

En tout, c'est 300 000 cactus par année qui sortent des serres de Sainte-Madeleine munis de l'étiquette «100% québécois».

Heureux au nord

Difficiles à cultiver, mais demandant peu de soins une fois qu'ils ont commencé à pousser, les cactus facilitent la vie de ceux qui n'ont pas le pouce vert. Et aussi surprenant que cela puisse sembler, ils vivent heureux dans nos maisons.

«La maison québécoise est en général plus près d'un désert que d'une forêt tropicale, dit André Mousseau. Dans la maison, le cactus, qui s'accommode d'un climat sec, a beaucoup plus de chances de progresser qu'une plante tropicale qui demande 60 ou 70% d'humidité. Un cactus peut vivre très bien à 20 ou 30% d'humidité.»

Qui plus est, le cactus ne craint pas le froid. On peut donc planter ses cactus en pleine terre au printemps, puis les rentrer l'automne venu, ou encore sortir les pots à l'extérieur.

Certains cactus résistent même aux hivers québécois! C'est le cas de l'opuntia humifusa, que l'on retrouve en Ontario et dont une plante survit depuis trois ans dans le jardin extérieur du Cactus Fleuri, non sans recroqueviller ses raquettes pour se protéger du froid.

«C'est ça qui nous intéresse des cactus: ce sont des durs à cuire», dit André Mousseau, qui précise que la plupart des cactus s'adaptent bien à des températures variant entre 5 et 35 degrés. Un exemple pour bien des Québécois, qui rêvent de voler vers les pays où poussent les cactus dès que le mercure chute!

L'Opuntia ficus indica produit un fruit comestible appelé... (Photo François Roy, La Presse) - image 2.0

Agrandir

L'Opuntia ficus indica produit un fruit comestible appelé figue de Barbarie.

Photo François Roy, La Presse

Le cactus favori d'André Mousseau

«J'aime beaucoup les échinocactus, qu'on appelle aussi les coussins de belle-mère. Je trouve qu'ils ont vraiment une personnalité», dit André Mousseau.

Le cactus favori de Pierrette Martel

Opuntia Fincus indica

«J'aime jardiner et j'aime bien manger, alors ça va ensemble»,dit la copropriétaire du Cactus Fleuri. Sur le barbecue ou en salade, le nopal donne un goût rafraîchissant.

Où acheter des cactus?

Bien des fleuristes tiennent des cactus dans leur inventaire et même les magasins à grande surface, dont IKEA, en vendent! Pour une sélection plus vaste, on se tournera vers des centres du jardin ou des pépinières.

Planterra

2275, chemin Saint-François, Dorval

planterra.ca

Alphaplantes

230, rue Peel, Montréal

alphaplantes.com

Jardin Dion

121, rue Saint-Charles, Sainte-Thérèse

jardindion.com

Scardera

1887, chemin du Tremblay, Longueuil

scardera.com

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer