Côté cour: des airs de vacances

La piscine en vedette, la cour est devenue... (PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE)

Agrandir

La piscine en vedette, la cour est devenue une agrandissement de la cuisine de ce cottage de l'arrondissement Villeray.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Transformer sa cour pour en faire le lieu de détente privilégié de l'été, c'est un projet que beaucoup de propriétaires caressent. Cette semaine, nous vous présentons une astucieuse cour conçue comme le prolongement d'un cottage de Villeray.

Sous les bons soins de Nicola Tardif-Bourdages, de la firme de design Taktik, une petite cour dans Villeray prend des airs de grandes vacances avec sa piscine, une oasis bienvenue dans la chaleur estivale.

Les propriétaires de ce cottage de Villeray, à Montréal, ont fait refaire leur maison récemment, mais il restait la cour à réaménager. Elle a été confiée à l'équipe de Nicola Tardif-Bourdages. «Les clients voulaient prolonger l'aménagement réfléchi à l'intérieur. Ils voulaient une piscine, mais on est dans Villeray, avec un petit terrain. Le défi était de correspondre aux lois, en ayant quelque chose d'agréable», dit le designer industriel qui souhaitait que l'été, la cour devienne un agrandissement de la cuisine. La petitesse de la cour posait le principal défi: il fallait y intégrer plusieurs zones, y compris des appareils pour faire fonctionner la piscine. Tout ça dans 660 pi2.

Essentiel garde-corps

Les contraintes de sécurité autour de la piscine étaient nombreuses. Les règlements stipulent que la piscine doit «se sécuriser toute seule», c'est-à-dire que les portes doivent se refermer automatiquement, tant de la ruelle que de la maison. Elle doit également avoir une hauteur minimum. «Une clôture, c'est une limite visuelle, explique le designer. On l'a faite en verre: la loi est là, mais la barrière visuelle ne l'est pas. On voit la piscine comme si on était sur le bord de l'eau.»

Du noir pour allonger le regard

La clôture de cèdre est fabriquée avec des planches de 16 pi, sans vis apparentes. De part et d'autre de la piscine, les murs sont teints en noir. «Le noir est pour moi une abstraction de matériel. Ça agrandit. Ton oeil ne colle pas sur le mur, il est dans un trou, donc il laisse présager de plus grand, explique Nicola Tardif-Bourdages. Ça crée aussi une toile de fond aux autres matières, par exemple pour valoriser la végétation et les futurs aménagements qui seront faits sur place.»

Un rappel de la piscine publique

«C'est le retour du béton», clame Nicola Tardif-Bourdages pour parler du revêtement qui entoure la piscine. «C'est un clin d'oeil à la piscine publique en ville. On n'a pas essayé de faire un pavé uni», dit-il. De même, la piscine n'est pas en plein soleil, ainsi le designer n'a pas craint l'utilisation de béton et de noir dans son aménagement.

Cacher la mécanique

Tous les appareils qui servent à faire fonctionner la piscine sont cachés sous la terrasse. «Ils sont dans une boîte isolée, suspendue dans un système de ressort», explique Nicola Tardif-Bourdages. La vibration produite par ces appareils n'est pas transmise au sol, ou encore aux voisins. Deux trappes en dessous du balcon donnent aussi accès à du rangement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer