• Accueil > 
  • Maison 
  • > Plusieurs mystères sous le toit plat 

Plusieurs mystères sous le toit plat

Des ventilateurs statiques Maximum sur une résidence à... (Photo fournie par Maximum)

Agrandir

Des ventilateurs statiques Maximum sur une résidence à toit plat. Sous l'effet du vent, ils aspirent l'air des combles. Les couvreurs construisent d'abord des boîtes en bois, en noir sur notre photo, car recouvertes de la membrane du toit. Puis, ils fixent les ventilateurs par-dessus.

Photo fournie par Maximum

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Quel paysage désolé se cache dans le toit plat de vieilles maisons, sans trappe d'accès? Combien de traces d'eau, de restes de guêpes, de crottes d'écureuil ou de chauve-souris? Vaut-il la peine d'ouvrir le ventre de la bête pour améliorer l'isolation ou enlever d'éventuels matériaux malsains - pourris, moisis ou contenant de l'amiante?

«On peut profiter de la réfection d'un toit plat pour augmenter l'espace consacré à l'isolant et améliorer la ventilation du vide sous toit», dit Pascal Cabana, expert en bâtiment chez Legault-Dubois, qui rappelle qu'avant les années 50, on n'isolait pas les combles. La plus grande prudence est cependant de mise. «Faites appel à un spécialiste, car le risque est grand de créer de nouveaux problèmes. Par exemple, si on isole un vieux toit, la neige ne fondra plus à sa surface et s'accumulera. Il faut s'assurer que la charpente peut supporter ce poids.»

Ventilation croisée

«Quand un toit plat coule en hiver, ce qui laisse entrevoir un problème de condensation, il faut s'assurer qu'il y a une ventilation croisée dans le vide sous toit, affirme l'ingénieur René Vincent, du Centre d'inspection et d'expertise en bâtiment du Québec. On monte sur le toit, on enlève le col-de-cygne et on entre la main avec une caméra.» Si la charpente a été construite dans les règles de l'art, on voit des poutres espacées de 16 pouces, surmontées d'une deuxième couche, posée de façon perpendiculaire, de deux par trois ou de deux par deux. «S'il y a condensation, c'est souvent que les constructeurs n'ont pas posé la deuxième couche, explique M. Vincent. Le remède s'élève facilement à 25 000$, pour enlever la membrane, enlever le contreplaqué, poser les deux par deux, remettre le contreplaqué et le revêtement.»

De plus, un toit plat demande davantage de ventilation qu'un toit non plat: un ventilateur statique par 150 pieds de surface, comparativement à un pour 300.

Dilemme

Vous vous demandez si votre comble cache des vices et s'il vaut la peine de découper le plafond ou le mur du puits de lumière pour aller voir? Sachez qu'il n'y a pas consensus chez les experts. «Si vous ne faites pas de travaux majeurs, ne faites rien», conseille René Vincent. Mais, selon Pascal Cabana, «s'il y a un problème de santé ou une inquiétude, ça vaut vraiment la peine d'ouvrir».

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Du frimas dans les combles...

    Entretien de la maison

    Du frimas dans les combles...

    Les gouttes tombent du plafond, fâcheuse variation du supplice chinois. Est-ce à dire que le toit est percé? Pas nécessairement. C'est peut-être... »

publicité

publicité

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer