La Maison-Blanche tente d'éteindre la polémique née des silences de Trump

Des gens appellent à l'aide après qu'une voiture... (PHOTO AP)

Agrandir

Des gens appellent à l'aide après qu'une voiture eut foncé sur des manifestants anti-racistes, samedi, à Charlottesville.

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sébastien BLANC, Jerome CARTILLIER
Agence France-Presse
Bedminster

Au lendemain de la mort d'une femme à Charlottesville en marge d'un rassemblement de militants d'extrême droite, la Maison-Blanche a peiné dimanche à éteindre la vive polémique née des silences de Donald Trump.

> Réagissez sur le blogue de Richard Hétu

Nombre d'élus des deux bords posaient ouvertement la même question, sans avoir de réponse évidente: pourquoi le président des États-Unis n'a-t-il pas condamné nommément ces mouvements radicaux prônant la suprématie de la race blanche?

Une femme de 32 ans est morte quand une voiture a foncé, volontairement selon des témoins, sur la foule de contre-manifestants venus dénoncer dans cette petite ville de Virginie la présence de groupuscules identitaires et néo-nazis, dont des membres du Ku Klux Klan (KKK).

Depuis son club de golf de Bedminster, dans le New Jersey, le président a certes condamné la haine mais s'est contenté de renvoyer les deux camps dos à dos, pointant une «violence venant de diverses parties».

L'exécutif a tenté de rectifier le tir dimanche: les propos de Donald Trump incluaient «bien sûr» les suprémacistes blancs, le KKK et les néo-nazis, a déclaré un porte-parole (qui est cependant resté anonyme).

Mais le président n'a pas dit un mot sur ce thème.

Le silence était rendu encore plus saisissant par les propos de sa fille Ivanka qui a dénoncé sans ambages le racisme et les néo-nazis, estimant qu'ils avaient «pas de place» dans la société américaine.

Ambiguïté 

Dès samedi soir, les détracteurs de M. Trump avaient effectué un rapprochement entre sa tiédeur après les violences de Charlottesville et l'ambiguïté qu'il cultive vis-à-vis de l'extrême droite depuis sa campagne.

Une bonne partie de la droite alternative, ou «alt-right», a en effet soutenu Donald Trump dans sa course à la Maison-Blanche, et celui-ci a, à plusieurs reprises, refusé de prendre clairement ses distances avec certains de ses groupes ou de ses leaders.

Nombre d'observateurs rappelaient aussi que le magnat de l'immobilier a, pendant des années, alimenté une théorie du complot sur le lieu de naissance de Barack Obama, avant de changer d'opinion brutalement durant la campagne.

Dans le camp républicain, les critiques - plus ou moins directes - ont fusé tout au long du week-end.

«Il faut nommer le mal», martelait le sénateur du Colorado Cory Gardner.

Son collègue de Floride, Marco Rubio, exprimait son souhait d'entendre le président «décrire les événements de Charlottesville pour ce qu'ils sont: une attaque terroriste menée par des suprémacistes blancs».

«Si j'étais président des États-Unis et que ces personnes témoignaient leur sympathie vis-à-vis de ma personne et de mon programme, cela me poserait problème», a commenté de son côté Lindsey Graham, un sénateur qui s'inscrit de plus en plus dans l'opposition interne à Donald Trump au sein de la famille républicaine.

Occasion ratée

Pour nombre d'observateurs, Donald Trump a raté l'occasion d'adopter une posture plus présidentielle et de rassembler le pays dans un moment de crise.

L'enquête de la police fédérale devrait rapidement établir les motivations de James Fields, interpellé au volant de la voiture qui a percuté des militants antiracistes.

Cet homme de 20 ans a été photographié plus tôt samedi porteur d'un bouclier aux côtés de miliciens néo-nazis.

Le suspect, originaire de l'Ohio, a été inculpé de meurtre, de violences volontaires ayant causé des blessures et de délit de fuite. Il devrait être présenté à un juge lundi.

James Alex Fields, Jr.... (AFP) - image 7.0

Agrandir

James Alex Fields, Jr.

AFP

Les événements de Charlottesville vont être étudiés à l'aune d'une question centrale: par sa rhétorique, ses mesures ciblant les étrangers et ses appels répétés à donner la priorité à l'Amérique, le président Trump a-t-il enhardi de façon dangereuse les extrémistes de droite ?

Le maire de démocrate de Charlottesville, Michael Signer, a répondu par l'affirmative, jugeant que M. Trump avait contribué à créer un climat de «vulgarité, de cynisme et d'intimidation».

«Il a fait le choix durant sa campagne présidentielle (...) de jouer sur nos pires préjugés», a-t-il déclaré sur CBS. «Je pense que ce que ce qui s'est passé ce week-end a un lien direct avec ces choix».

L'ex-président Barack Obama est lui sorti de sa réserve en citant Nelson Mandela, samedi : «Personne ne naît en haïssant une autre personne à cause de la couleur de sa peau, ou de ses origines, ou de sa religion».

Le 45e président des États-Unis a annoncé qu'il donnerait lundi une conférence de presse à Washington, où il doit faire un aller-retour dans le journée.

Si elle a lieu - la Maison-Blanche n'avait pas confirmé sa tenue dimanche soir -, sa réaction face au drame de Charlottesville, tout comme sa posture sur la crise nord-coréenne, devraient figurer en bonne place.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer