Panama Papers: la Croix-Rouge usurpée pour cacher de l'argent sale

Le cabinet d'avocats au centre du scandale Panama Papers concernant les paradis... (Photo archives AFP)

Agrandir

Photo archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Raphael Satter
Associated Press
PARIS

Le cabinet d'avocats au centre du scandale Panama Papers concernant les paradis fiscaux a fréquemment usurpé le nom de la Croix-Rouge et d'autres oeuvres de charité pour aider à camoufler l'origine de millions de dollars de fonds douteux, rapportent deux journaux ayant participé à l'enquête, dimanche.

Rien ne laisse croire que les oeuvres caritatives étaient au courant que leur nom était utilisé à ces fins. La porte-parole du Comité de la Croix-Rouge, Claire Kaplun, a indiqué à l'Associated Press, dimanche, que les révélations étaient «une surprise totale et quelque chose que nous trouvons extrêmement révoltant».

Le Monde, en France, et Le Matin Dimanche, en Suisse, ont révélé que la firme Mossack Fonseca avait créé des fondations fictives avec des noms comme «La Fondation de l'espoir» pour garder des parts dans environ 500 entreprises extraterritoriales.

Les bénéficiaires des fondations étaient souvent inscrits comme étant «la Croix-Rouge», une désignation qui servait les objectifs de la firme de camoufler ses véritables bénéficiaires et de se fondre dans un aura d'organisme non-gouvernemental, ont rapporté les journaux.

Mossak Fonseca n'a pas immédiatement répondu à une demande d'entrevue par courriel, mais un courriel ayant filtré semble démontrer le raisonnement de la compagnie.

«Étant donné que les banques et institutions financières doivent maintenant obtenir les informations à propos des bénéficiaires financiers, il est devenu difficile pour nous de ne pas divulguer l'identité de ceux de la Fondation de l'espoir, pouvait-on lire dans le courriel révélé par les journaux. C'est pourquoi nous avons amélioré cette structure en désignant la «Croix-Rouge internationale'. C'est plus facile de cette manière.»

Un autre courriel cité par les journaux suggère que Mossack Fonseca a délibérément évité d'informer la Croix-Rouge de ses manoeuvres.

«Selon la loi du Panama, les bénéficiaires d'une fondation peuvent être utilisés sans le savoir, lit-on dans le courriel. Cela signifie que la Croix-Rouge internationale n'est pas au courant de cet arrangement.»

Mme Kaplun, la porte-parole de la Croix-Rouge, a indiqué que le fait d'utiliser le nom ou le logo de l'organisation sans sa permission était interdit par une loi internationale - et pourrait mettre le personnel du cabinet dans de beaux draps.

«Nous travaillons en zones de conflit. Nous travaillons sans arme. Notre protection est notre nom, notre emblème, la confiance que les gens ont en notre réputation», a-t-elle dit au cours d'une entrevue téléphonique.

«Disons que cet argent était lié à un groupe en guerre. Imaginez les conséquences que ça pourrait avoir.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer