L'air de Pékin trop pollué un jour sur deux en 2015

Une femme porte un masque alors qu'elle circule... (PHOTO WANG ZHAO, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Une femme porte un masque alors qu'elle circule à vélo près de la place Tian'anmen, à Pékin, le 21 décembre.

PHOTO WANG ZHAO, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
PÉKIN

Les Pékinois ont respiré durant la moitié de l'année 2015 un air pollué non conforme aux normes nationales, ont annoncé les médias chinois mardi, les initiatives municipales peinant à contenir la grogne populaire face à la pollution.

La capitale chinoise a connu 179 jours de pollution l'an passé, dont 46 de forte pollution, selon le journal Global Times, qui cite le Bureau municipal de la protection environnementale.

La concentration de particules de 2,5 microns de diamètre (PM 2.5), particulièrement dangereuses, car elles pénètrent profondément dans les poumons, a atteint les 80,6 microgrammes par m3 en moyenne journalière en 2015, selon le quotidien.

Un niveau huit fois supérieur au seuil de dix microgrammes recommandé par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour une exposition moyenne sur l'année.

Les chiffres annoncés mardi représentent une baisse de 6,2 % sur un an, mais restent supérieurs d'environ 30 % aux normes chinoises, moins strictes que celles de l'OMS.

Pékin avait décrété en décembre sa première alerte rouge à la pollution de l'air - le niveau maximal -, les autorités ordonnant alors des fermetures d'usines et la mise en place d'une circulation alternée pour les véhicules privés, entre autres mesures.

La municipalité avait pris cette décision quelques jours après avoir été durement critiquée pour sa réponse jugée insuffisante face à un épisode de pollution de l'air plus gravissime encore en début de mois.

L'initiative avait provoqué un effet domino, plusieurs villes de l'est et du nord de la Chine décrétant ensuite leurs propres alertes alors que la concentration en PM 2.5 grimpait à 700 dans certaines zones.

La province du Shandong - située entre Pékin et Shanghai -, peuplée de 96 millions d'habitants, avait annoncé pour la première fois une alerte rouge pour l'ensemble de son territoire.

Pékin avait décrété une seconde alerte rouge municipale courant décembre, mais ignoré les vagues de smog qui avaient frappé la ville autour de Noël.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer