Marée noire en Californie: des plages fermées indéfiniment

Les plages de la côte ouest américaine qui... (PHOTO FREDERIC J. BROWN, AFP)

Agrandir

Les plages de la côte ouest américaine qui s'étendent au sud de Los Angeles sont fermées au public depuis mercredi, une semaine après une autre pollution sur des plages situées à 160 kilomètres au nord de la ville, bien qu'aucun lien n'ait été établi à ce stade entre les deux marées noires.

PHOTO FREDERIC J. BROWN, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
LOS ANGELES

Plusieurs plages de Californie sont restées fermées vendredi et le resteront jusqu'à nouvel ordre à cause d'une mystérieuse marée noire, la deuxième en deux semaines sur ces côtes.

Les plages de la côte ouest américaine qui s'étendent au sud de Los Angeles sont fermées au public depuis mercredi, une semaine après une autre pollution sur des plages situées à 160 kilomètres au nord de la ville, bien qu'aucun lien n'ait été établi à ce stade entre les deux marées noires.

Les autorités avaient affirmé jeudi que les opérations de nettoyage avaient fait «beaucoup de progrès», laissant croire que les plages pourraient rouvrir vendredi.

Mais «les plages seront fermées jusqu'à ce qu'on détermine si elles sont sûres», a affirmé vendredi une porte-parole des gardes-côtes, Charlene Downey, en faisant référence aux plages d'El Segundo, Manhattan, Hermosa et Redondo.

Cet incident ne serait apparemment pas lié à une fuite mardi sur un oléoduc de la société Plains All American Pipeline, près de Santa Barbara.

Jusqu'à 400 000 litres de pétrole s'étaient alors déversés dans l'océan Pacifique au large de cette ville cossue.

Deux plages proches de Santa Barbara sont fermées jusqu'au 4 juin, et un millier de personnes sont mobilisées pour nettoyer une dizaine de kilomètres de côte touchée par la marée noire.

La pêche est aussi interdite dans une zone de 10 kilomètres sur 30.

Environ dix otaries et phoques recouverts de pétrole ont été secourus, mais d'autres animaux sont morts comme des homards et des pélicans.

Santa Barbara a déjà été le théâtre d'une des pires marées noires quand en 1969 plusieurs millions de litres de pétrole se sont répandus dans l'océan après l'explosion d'une plate-forme pétrolière.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer