Longueuil: Environnement Canada nie avoir posé des scellés

«Des fonctionnaires d'Environnement Canada sont débarqués au centre... (Photo André Pichette, La Presse)

Agrandir

«Des fonctionnaires d'Environnement Canada sont débarqués au centre de pompage de Longueuil pour lire les droits à notre employé et installer un scellé», avait expliqué Mme St-Hilaire, vers midi.

Photo André Pichette, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Environnement Canada nie avoir posé des scellés afin de boucler la station de pompage de Longueuil vendredi matin afin d'y effectuer des vérifications alors que la mairesse de Longueuil prétendait le contraire.

«Environnement Canada n'a imposé aucune directive concernant l'eau potable à la ville de Longueuil, et n'a posé aucun scellé sur aucun puits», a fait savoir Mélanie Quesnel d'Environnement Canada.

«Environnement Canada fournit un appui et des conseils scientifiques au Ministère de l'Environnement du Québec, qui est l'organisme responsable», a-t-elle ajouté dans un courriel envoyé à La Presse.

Pourtant vendredi midi, la mairesse Caroline St-Hilaire et la ministre de la Sécurité publique Lise Thériault avaient dénoncé l'installation de scellés et le fait que la Ville n'avait plus accès à sa source d'eau.

C'est à cette station que la fuite de diesel s'est produite mercredi. La Ville affirmait qu'elle ne pouvait plus effectuer des analyses qui auraient permis de lever l'avis de consommation d'eau en raison de l'intervention du gouvernement fédéral.

«Des fonctionnaires d'Environnement Canada sont débarqués au centre de pompage de Longueuil pour lire les droits à notre employé et installer un scellé», avait expliqué Mme St-Hilaire, vers midi.

Selon le directeur général de la Ville de Longueuil, Michel Veilleux, les fonctionnaires ont expliqué à l'employé qu'il devait effectuer des «vérifications».

« Normalement Environnement Canada a compétence sur le cours d'eau, a ajouté la ministre. On parle ici de la source, il semble donc y avoir mésentente, on essaie de régler la question politique [...] on n'avait peut-être pas besoin de ça, mais le principal est de régler la question le plus rapidement possible.»

Dans l'heure qui a suivi ces déclarations, la mairesse a déclaré que le ministère avait retiré les scellés.

Puis, peu après 16 heures, la mairesse a précisé sa première déclaration sur Twitter : «Environnement Canada a mis sous scellé + saisi un équipement de l'usine en plus de verbaliser le responsable des opérations de l'usine».

Mme St-Hilaire maintient toutefois qu'Environnement Canada a suspendu les travaux de décontamination à l'usine de filtration de Longueuil pendant plusieurs heures.

De son côté, le député néo-démocrate Pierre Nantel a critiqué la gestion de la crise faites par les élus. « La priorité, c'est de rétablir l'eau potable, a-t-il déclaré. Les citoyens voient les autorités s'obstiner pendant qu'eux attendent toujours de retrouver l'accès à l'eau. »

La mairesse de Longueuil, qui devait faire un point de presse initialement à 16h30, a décidé de reporter son allocution à 19h.  «En ce moment il n'y a aucune décision de prise sur la l'avis de non-consommation de l'eau. C'est pour ça qu'on reporte le point de presse. On est encore en analyse», indique Marie-Eve imonti, attaché de presse de la mairesse de Longueuil. 

Finalement, peu après 19h, l'avis d'interdiction a été levé.

Une matinée sans eau au robinet

En matinée, la Ville a fait deux points de presse pour faire une mise à jour concernant à la contamination de diesel dans l'eau potable.

L'avis d'interdiction de consommer l'eau à Longueuil, Saint-Bruno-de-Montarville et Boucherville visant près de 300 000 personnes était toujours maintenu vendredi midi.

«Des analyses des échantillons ne permettent pas pour le moment de lever cet avis, avait déclaré la mairesse vers midi. On constate toujours une amélioration sur l'ensemble du réseau.»

«On voit des notes encourageantes et on attend une nouvelle série d'échantillons», a ajouté Jean-Pierre Richard, directeur du génie à la Ville de Longueuil. Des traces d'hydrocarbures sont toujours présentes dans le réseau d'eau potable.

Le Dr Jean Rodrigue, directeur de la Santé publique de la Montérégie, a confirmé que quelques personnes ont ressenti des malaises après avoir consommé de l'eau contaminée, mais aucun cas grave n'est survenu et personne n'a été hospitalisé.

En tout, 20 points de distribution d'eau ont été mis sur pied pour répondre aux besoins des citoyens. «Je vous garantis que l'on ne manquera pas d'eau», a insisté la mairesse. Les citoyens peuvent obtenir davantage d'information sur le site de la Ville. Plus de 400 000 litres d'eau ont été distribués depuis hier.

L'avis émis jeudi matin vers 10h30 vise les arrondissements du Vieux-Longueuil et de Saint-Hubert ainsi que les villes de Saint-Bruno-de-Montarville et Boucherville. Les secteurs de Greenfield Park et LeMoyne ainsi que les villes de Saint-Lambert et Brossard sont épargnés.

Les garderies et les écoles ont été approvisionnées en eau potable. Tant que l'avis est maintenu, l'eau ne doit pas être bue ou utilisée pour préparer des boissons, pour laver des aliments ou se brosser les dents. Il n'y a pas de risque pour cependant la douche, a indiqué jeudi le Dr Jean Rodrigue, directrice de la Santé publique de la Montérégie lors du point de presse de la mairesse. Faire bouillir l'eau demeure inutile pour ce type de contamination.

Mercredi, près de 28 000 litres diesel ont contaminé le réseau d'égout de Longueuil et le fleuve Saint-Laurent. Après avoir insisté pour dire que les réservoirs d'eau potable n'étaient pas affectés, la Ville a dû se raviser jeudi après que plusieurs citoyens se sont plaints d'odeurs et d'un goût étrange dans leur eau.

La réponse de la Ville à cette crise a été critiquée par de nombreux citoyens. Jeudi, la Ville n'a pu dire si des mesures de surveillance extraordinaires avaient été appliquées de mercredi à jeudi pour s'assurer que l'eau potable n'était pas contaminée. Ce sont des citoyens inquiets de sentir une odeur particulière dans leur eau qui ont tiré la sonnette d'alarme jeudi matin.

Vendredi, la mairesse a reconnu qu'un système d'appel automatisé permettant d'aviser les citoyens lors des urgences n'était pas « opérationnel » à la Ville.

Live Blog Eau potable à Longueuil: le point des autorités
Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer