Le parc Wood Buffalo pourrait être placé sur liste du patrimoine en péril

L'UNESCO s'inquiète de l'état de conservation environnementale du plus grand... (Photo PARCS CANADA www.pc.gc.ca)

Agrandir

Photo PARCS CANADA www.pc.gc.ca

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

L'UNESCO s'inquiète de l'état de conservation environnementale du plus grand parc national du Canada.

Dans un rapport rendu public vendredi, l'organisme de l'ONU soutient que le parc national Wood Buffalo, dans le nord de l'Alberta, est menacé par l'exploitation énergétique, un projet de barrage hydroélectrique et une mauvaise gestion.

À moins qu'une meilleure prise en charge du site ne soit constatée, le parc sera éventuellement ajouté à la liste du patrimoine mondial en péril, prévient-on dans le document.

Si l'UNESCO reconnaît que l'état global du parc national Wood Buffalo  - dont la superficie dépasse celle des Pays-Bas - est assez bon, l'organisation soutient toutefois que rien ne garantit que la tendance se maintiendra de la sorte.

Le niveau des cours d'eau descend, ce qui empêche les Premières Nations d'avoir accès à leur territoire traditionnel.

Le rapport - qui est une évaluation en vertu d'une «mission de suivi réactif» - souligne par ailleurs l'absence de mécanismes efficaces et indépendants permettant de faire un suivi adéquat quant aux problèmes soulevés relativement à la conservation du parc Wood Buffalo.

La ministre fédérale de l'Environnement, Catherine McKenna, a accueilli, vendredi, les conclusions contenues dans le rapport du Centre du patrimoine mondial de l'UNESCO et de l'Union internationale pour la conservation de la nature.

«Les conclusions et recommandations contenues dans le rapport sont un appel à l'action. Il va au-delà du parc national Wood Buffalo ou de l'Agence Parcs Canada», a affirmé par voie de communiqué la ministre qui est responsable de Parcs Canada.

«Une véritable réponse à ce rapport sera uniquement possible grâce à une collaboration à tous les niveaux, entre tous les ordres de gouvernement, les partenaires autochtones, l'industrie et d'autres intervenants. Elle devra inclure les meilleures données scientifiques disponibles et le savoir traditionnel de nos communautés autochtones», poursuit Mme McKenna.

L'automne dernier, l'UNESCO avait confié «une mission conjointe de suivi réactif» au Centre du patrimoine mondial et à Union internationale pour la conservation de la nature afin d'évaluer l'état de conservation du bien du patrimoine mondial.

Les inspecteurs ont visité le parc durant les mois de septembre et d'octobre. L'évaluation de l'état de conservation du parc survenait dans la foulée des pressions exercées par des communautés des Premières Nations.

En 2014, la Première nation crie Mikisew avait envoyé une pétition au Centre du patrimoine mondial réclamant que le site soit placé sur la liste du patrimoine mondial en péril en raison de la présence de barrages hydroélectriques, de l'exploitation à haute échelle des sables bitumineux.

«L'enjeu clé est l'abaissement du niveau de l'eau», a souligné Melody Lepine, qui est membre de la communauté Mikisew. Cette dernière a mentionné que la présence de boue empêche l'accès à la terre.

«Quand (on) ne p(eut) pas naviguer dans nos systèmes de rivières par le biais de notre delta, ça nous empêche d'exercer nos droits et de transmettre notre culture», a-t-elle fait valoir.

Les inquiétudes face au niveau de l'eau remontent à l'époque de la construction du barrage hydroélectrique W. A. C. Bennett, construit dans les années 1960 en Colombie-Britannique sans qu'une évaluation environnementale ait été effectuée.

Aucune étude n'a jusqu'à maintenant été menée afin de déterminer la quantité d'eau nécessaire dans le delta pour préserver les fonctions écologiques de l'écosystème, et ce, même si la demande industrielle augmente.

Le parc de Wood Buffalo est le seul habitat de reproduction au monde de la grue blanche et a été ajouté à la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO en 1983.

Le rapport de l'UNESCO suggère également que l'exploitation des sables bitumineux dans la région laisse des contaminants dans l'air, dans l'eau et dans la terre. Des toxines telles que du mercure sont observées dans le réseau alimentaire, notamment dans les oeufs d'oiseaux et dans des poissons, relève-t-on.

On note en outre que de nouveaux sites d'exploitation de sables bitumineux envisagés se situent près de la bordure sud du parc national.

Le gouvernement de l'Alberta, qui est chargé d'assurer la surveillance environnementale de la zone en question et qui établit les réglementations touchant l'industrie pétrolière, n'était pas disponible dans l'immédiat pour répondre aux questions de La Presse canadienne.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer