La sécheresse menace d'extinction les saumons Chinook de Californie

La population de ces saumons s'est effondrée de... (Photo Justin Sullivan, AFP)

Agrandir

La population de ces saumons s'est effondrée de façon spectaculaire ces dernières années.

Photo Justin Sullivan, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
LOS ANGELES

Les saumons Chinook étaient déjà une espèce en voie de disparition du fleuve Sacramento, en Californie. La sécheresse record qui se prolonge dans cet État de l'Ouest américain les menace aujourd'hui d'extinction pure et simple.

«L'an dernier a été une année très difficile pour ces poissons du fleuve Sacramento à cause de la sécheresse et de la chaleur, et nous pensons que 95 % des jeunes poissons n'ont pas survécu», a indiqué à l'AFP vendredi Michael Milstein, porte-parole de l'Administration américaine des Océans et de l'Atmosphère.

«Nous craignons que cette année soit pire encore, car nos chiffres préliminaires font état de -22 % de jeunes têtards sortis de leurs oeufs comparativement à l'an dernier», ajoute-t-il.

La population de ces saumons s'est effondrée de façon spectaculaire ces dernières années: il y avait 4,4 millions de jeunes saumons Chinook parvenus en aval du fleuve en 2009 et seulement 411 000 l'an dernier.

Seuls 217 000 sont arrivés à ce stade cette année jusqu'alors, contre 280 000 l'an dernier à la même période.

Les saumons Chinook ont besoin d'eau très froide pour que leurs oeufs puissent se développer normalement.

Ils remontaient traditionnellement le fleuve jusqu'aux montagnes pour trouver de l'eau glacée. Depuis la construction du barrage de Shasta, ils se retrouvent bloqués plus bas dans le fleuve, où l'eau est plus chaude.

Jusqu'à il y a quelques années, les autorités relâchaient de l'eau du barrage pour faire tomber la température du fleuve et permettre aux Chinook de se reproduire.

Mais avec le manque de pluie qui dure depuis quatre ans, l'eau disponible en Californie est de plus en plus rare et disputée, notamment par l'industrie agricole. La chaleur fait par ailleurs monter la température des fleuves.

Les Chinooks sont particulièrement vulnérables et d'autres espèces de poissons du fleuve Sacramento, notamment les esturgeons, s'adaptent mieux au réchauffement de la température de l'eau.

Certains poissons souffrent aussi de la sécheresse ailleurs sur la côte ouest, notamment «les saumons Sockeye du fleuve Columbia dans l'Oregon et l'État de Washington», a précisé M. Milstein.

«C'est le genre de phénomène que nous prévoyons de voir plus souvent dorénavant à cause du réchauffement climatique», a-t-il conclu.

La sécheresse et le réchauffement des Océans, qui risquent de s'accentuer avec l'arrivée sur la côte ouest du phénomène climatique El Nino, perturbent la faune. Des lions de mer et autres morses se sont déjà échoués sur des plages d'Alaska ou de Californie ces derniers mois parce que leur habitat est perturbé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer