Le réchauffement climatique pourrait nuire aux ours polaires dès 2025

L'ours polaire, considéré comme globalement menacé, a été... (PHOTO STEVE AMSTRUP, ARCHIVES AP)

Agrandir

L'ours polaire, considéré comme globalement menacé, a été placé sous la loi américaine des espèces en danger en 2008.

PHOTO STEVE AMSTRUP, ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
ANCHORAGE, Alaska

Environ le tiers des ours polaires de la planète pourraient être menacés par les émissions de gaz à effet de serre (GES) d'ici dix ans, prévient un rapport du gouvernement américain.

Les GES sont tenus pour responsables du réchauffement climatique qui réduit la glace marine dont les ours ont besoin pour chasser.

Le U.S. Geological Survey des États-Unis n'a constaté aucun redressement des populations d'ours lors de projections qui s'étiraient jusqu'en 2100.

Les deux modèles scientifiques étudiés prévoyaient soit une poursuite de la croissance effrénée des émissions de GES, soit une stabilisation de ces émissions.

Dans les deux cas, les ours de l'Alaska, de la Russie et de la Norvège - avec une population d'environ 8500 animaux - seraient touchés au plus tard en 2025 ou 2030.

Les ours polaires du Canada et du Groëland pourraient aussi être touchés, mais ce sont ceux du Canada qui s'en tirent le mieux puisque leurs populations chuteraient uniquement si le pire des deux scénarios se concrétise.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer