Norvège: prison ferme pour cinq chasseurs de loups

Pas plus de 36 loups ont été dénombrés... (PHOTO DAWN VILLELLA, ARCHIVES AP)

Agrandir

Pas plus de 36 loups ont été dénombrés l'hiver dernier en Norvège et 39 autres vivent dans des zones frontalières à cheval entre la Suède et la Finlande. Protégé en Europe par la Convention de Berne de 1979, l'animal figure depuis 2010 sur la liste norvégienne des espèces en danger critiques d'extinction.

PHOTO DAWN VILLELLA, ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
OSLO

La justice norvégienne a condamné mardi cinq hommes à des peines de prison, allant de six à vingt mois fermes, pour avoir illégalement chassé des loups, une espèce protégée en Europe.

La peine la plus lourde a été prononcée à l'encontre de Dennis Roger Nordahl, reconnu coupable d'avoir abattu un loup le 14 mars 2014. Pour sa défense, il a invoqué une méprise, affirmant avoir cru qu'il s'agissait d'un renard.

M. Nordahl et les quatre autres hommes ont aussi été reconnus coupables d'avoir participé le lendemain à une battue sur les traces de trois loups. Plusieurs coups de feu avaient été tirés, sans atteindre leur cible.

Les cinq accusés se sont vu en outre retirer temporairement leurs permis de chasse et leurs armes ont été confisquées. Tous ont fait appel.

L'accusation, qui avait bâti son dossier à partir d'écoutes téléphoniques réalisées par la police, avait requis jusqu'à deux ans de prison.

Pas plus de 36 loups ont été dénombrés l'hiver dernier en Norvège et 39 autres vivent dans des zones frontalières à cheval entre la Suède et la Finlande. Protégé en Europe par la Convention de Berne de 1979, l'animal figure depuis 2010 sur la liste norvégienne des espèces en danger critiques d'extinction.

Sa chasse peut être exceptionnellement autorisée en Scandinavie quand sa présence pose d'importants problèmes aux éleveurs. Mais les chercheurs estiment que la plupart des loups sont abattus dans le cadre d'une chasse illégale.

«Ce jugement est historique», a estimé Nina Jensen, secrétaire générale de l'ONG de protection des animaux WWF Norvège, sur la chaîne NRK. «Jamais auparavant quelqu'un n'avait été jugé pour chasse illégale», a-t-elle ajouté, espérant que le verdict aurait un effet dissuasif.

La Fédération norvégienne des chasseurs et des pêcheurs a quant à elle dit «prendre totalement ses distances» vis-à-vis des accusés.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer