Énergie Est: un projet capable de relancer l'industrie pétrolière?

Selon l'industrie pétrolière canadienne, le projet Énergie Est... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Selon l'industrie pétrolière canadienne, le projet Énergie Est pourrait permettre de ranimer le secteur des projets d'extraction de pétrole lourd, plombé par la chute des cours du brut. Mais pour les groupes écologistes, il n'y a pas de renaissance possible dans les sables bitumineux, compte tenu des engagements canadiens de réduction des émissions de gaz à effet de serre

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les partisans et détracteurs du projet de pipeline Énergie Est pourront exprimer leur point de vue dès ce matin à Montréal, alors que s'ouvrent les audiences publiques de l'Office national de l'énergie. Si l'industrie pétrolière canadienne croit que le projet relancerait une industrie en panne, les écologistes, eux, soutiennent que de respecter les engagements canadiens de réduction des émissions de gaz à effet de serre rendrait impossible une renaissance dans les sables bitumineux.

Les partisans et détracteurs du projet de pipeline... (Infographie La Presse) - image 1.0

Agrandir

Infographie La Presse

Les bonnes nouvelles sont rares dans le nord de l'Alberta, ces jours-ci. Non seulement des incendies ont dévasté Fort McMurray cette année, mais des projets d'extraction de pétrole lourd valant des dizaines de milliards ont été revus à la baisse, retardés ou carrément annulés.

C'est près de 1 million de barils par jour (bpj) qui ne seront pas produits.

Selon l'industrie pétrolière canadienne, le projet Énergie Est pourrait permettre de ranimer ce secteur en panne, plombé par la chute des cours du brut.

Mais pour les groupes écologistes, il n'y a pas de renaissance possible dans les sables bitumineux, compte tenu des engagements canadiens de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES).

Ces données forment la trame de fond du débat sur le pipeline Énergie Est, qui se transporte à Montréal ce matin avec les audiences de l'Office national de l'énergie.

Pendant des années, l'industrie pétrolière a clamé que les nouveaux pipelines étaient requis pour faire face à la croissance prévue de la production en provenance des sables bitumineux.

Aujourd'hui, l'industrie affirme que ces mêmes pipelines pourraient faire renaître la croissance qui s'est évaporée avec la chute du prix du brut.

Il n'y a rien de contradictoire là-dedans, affirme Chelsie Klassen, porte-parole de l'Association canadienne des producteurs pétroliers (ACPP). « Avec des pipelines supplémentaires, les investisseurs seront rassurés au sujet de l'accès au marché pour leurs nouveaux projets », dit-elle en entrevue téléphonique depuis Calgary.

Elle ajoute que, en dépit de nombreux projets annulés, la production en provenance de sables bitumineux devrait augmenter de 850 000 barils par jour d'ici 2021, dont 420 000 d'ici deux ans.

UN DÉMARRAGE PLUS LENT

Une prévision trop optimiste, selon Adam Scott, du bureau torontois de l'organisme Price of Oil, groupe qui dénonce l'impact de l'industrie pétrolière sur le climat.

« On le voit, dans les sables bitumineux, tous les projets qui ne sont pas déjà en marche sont sur la glace ou carrément annulés, dit-il. Ils sont parmi les plus coûteux et les plus polluants en termes de carbone. »

Il avance en outre que le secteur des sables bitumineux n'est pas près de se relever, même si le cours du brut remonte. « Ces projets mettent de six à huit ans à démarrer, alors que pour le pétrole de schiste, c'est une question de mois », dit-il.

Mme Klassen affirme que la capacité pipelinière totale, soit 4 millions de barils par jour, est presque atteinte, avec une production de 3,9 millions actuellement.

Une affirmation que rejette Adam Scott. « L'ACPP trompe les Canadiens depuis des années, dit-il. Depuis 2012, ils annoncent la disparition de la capacité pipelinière excédentaire et ils ont eu tort. »

Il affirme que des améliorations aux infrastructures existantes - et, dans une moindre mesure, le transport par rail - ont permis jusqu'à maintenant d'absorber la hausse de la production canadienne. Il prédit que celle-ci va plafonner en 2020 et amorcer un lent déclin par la suite.

Et c'est tant mieux, selon lui.

« Le Canada doit choisir entre l'expansion de la production des sables bitumineux et le respect de ses engagements climatiques internationaux », dit Adam Scott, de l'organisme Price of Oil.

Il juge que cela en soi est une raison de bloquer les projets de pipeline comme Énergie Est. Celui-ci est capable à lui seul d'absorber une augmentation de 46 % de la production en provenance des sables bitumineux.

Un lien que refuse d'établir Pierre-Olivier Pineau, titulaire de la Chaire de gestion du secteur de l'énergie à HEC Montréal.

Pour lui, la clé de la lutte contre les changements climatiques réside du côté de la consommation de pétrole, pas de sa production ou de son transport. « Si une société privée veut construire un pipeline, je ne vois pas pourquoi on ne lui permettrait pas de prendre le risque », dit-il.

Et cela, même s'il note qu'investir dans un pipeline de cette ampleur équivaut à miser sur un échec des politiques climatiques canadiennes. Le problème, c'est que ce n'est pas un mauvais pari.

« Si j'avais à parier sur les chances que le Canada atteigne ses objectifs climatiques, je dirais que non », dit Pierre-Olivier Pineau, titulaire de la Chaire de gestion du secteur de l'énergie à HEC Montréal

Il juge toutefois « scandaleux » que l'Office national de l'énergie, qui doit se prononcer sur le projet Énergie Est, fasse comme si ces objectifs n'existaient pas.

En effet, dans le document de référence Avenir énergétique du Canada en 2016, l'ONE affirme tenir compte « uniquement [...] des politiques et programmes en place au moment de l'analyse » et précise que « les politiques à venir touchant les changements climatiques représentent une incertitude importante dans les perspectives énergétiques ».

« Année après année, je dénonce l'ONE, qui ignore complètement les objectifs du Canada, dit-il. Ils devraient plutôt proposer des scénarios qui permettent d'atteindre ces cibles. »

Sur ce point, il s'accorde avec M. Scott, qui affirme : « Nous devons créer un scénario de succès dans le domaine de la lutte contre les changements climatiques et prendre nos décisions en conséquence. »

Selon Mme Klassen, l'industrie fait beaucoup d'efforts pour réduire ses émissions à la production. « Les entreprises ont mis leurs brevets de technologies environnementales en commun », dit-elle. Là réside selon elle la clé d'une expansion continue du secteur controversé.

***

ÉNERGIE EST SERA RENTABLE, SELON TRANSCANADA

TransCanada assure que la viabilité commerciale du pipeline Énergie Est n'est nullement menacée par les annulations de projets dans les sables bitumineux. « Le projet Énergie Est est soutenu par des contrats de livraison à long terme, affirme Tim Duboyce, porte-parole de l'entreprise, dans un courriel. Les producteurs de pétrole ont exprimé leur désir de livrer leurs différents produits aux divers marchés domestiques et étrangers par pipeline. En effet, le pipeline aura une capacité suffisante pour éliminer le besoin d'importer du pétrole brut d'autres pays, ce qui coûte plus cher. Ce désir des producteurs en Alberta et en Saskatchewan de livrer leurs produits par ce moyen est inchangé. »

19
Projets annulés ou retardés au Canada
968 000
barils par jour (bpj)
Production totale retranchée
5
Projets qui s'ajouteront d'ici deux ans
420 000
barils par jour (bpj)
Production totale ajoutée
1 million
barils par jour (bpj)
Diminution prévue de la consommation de pétrole en Amérique du Nord d'ici 2035, selon BP Energy Outlook

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer