Anticosti: Pétrolia obtient le feu vert pour forer

Trois forages par fracturation hydraulique devront être menés... (PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE)

Agrandir

Trois forages par fracturation hydraulique devront être menés pour confirmer le potentiel d'Anticosti.

PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Après des mois de délais, le gouvernement Couillard a donné son feu vert au forage de trois puits par fracturation hydraulique sur l'île d'Anticosti, mercredi.

Le ministère de l'Environnement a délivré un certificat d'autorisation à Hydrocarbures Anticosti pour la poursuite de sacampagne d'exploration du sous-sol de l'île, a confirmé l'opérateur du consortium, Pétrolia.

En matinée, le ministre de l'Environnement, David Heurtel, assurait que la demande de la coentreprise était toujours «sous analyse». Son bureau a refusé de commenter la décision, mercredi après-midi.

Dans un communiqué, le ministère de l'Environnement affirme qu'il mènera un «suivi serré» des travaux sur Anticosti.

«Il sera présent sur les sites mêmes de l'exploration pétrolière, et ce, à chacune des étapes importantes du projet, peut-on lire dans le communiqué. Il effectuera également des inspections de façon régulière afin d'assurer la conformité des opérations aux lois et aux règlements applicables ainsi qu'aux exigences et engagements contenus dans les autorisations.»

La coentreprise a mené des sondages stratigraphiques l'été dernier. Elle doit maintenant mener trois forages par fracturation hydraulique pour confirmer le potentiel d'Anticosti. Elle a demandé un certificat d'autorisation en février. 

Mais sa demande est survenue quelques semaines après que Philippe Couillard eut pris position contre le projet pétrolier sur Anticosti à la conférence de Paris sur les changements climatiques. Le premier ministre a dit refuser de s'associer au «saccage» de l'île et a maintes fois dénoncé les risques de la fracturation hydraulique.

Depuis, l'opérateur de la coentreprise, Pétrolia, s'est plaint plusieurs fois de «l'hostilité» du gouvernement libéral et des «patentes à gosses» qu'il aurait utilisées pour retarder le projet. Québec a notamment utilisé une procédure rarissime - le recours à un comité d'experts externes - pour analyser la demande de l'entreprise. 

L'affrontement entre Québec et Pétrolia a culminé il y a deux semaines lorsque le PDG de l'entreprise, Alexandre Gagnon, a démissionné de son poste de porte-parole d'Hydrocarbures Anticosti.

Même si elle a obtenu le feu vert de Québec, Pétrolia ne procèdera pas à une campagne de fracturation hydraulique avant l'été 2017. Elle a annoncé le report d'un an de cette phase du projet en critiquant le «retard» dans le traitement de sa demande.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer