Sommet sur le climat à Paris: 100 pays invités, 2000 participants, mais pas Trump

Ce sommet, que la France organise à l'occasion... (Photo archives Agence France-Presse)

Agrandir

Ce sommet, que la France organise à l'occasion des deux ans de l'accord de Paris sur le climat, réunira 2000 participants issus d'une centaine de pays invités, et de 800 organisations et acteurs publics et privés.

Photo archives Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Changements climatiques

Environnement

Changements climatiques

Tout sur les changements climatiques »

Agence France-Presse
Paris

Une centaine de chefs d'État et de gouvernement, mais «pour l'instant» pas Donald Trump, ont été invités au Sommet de Paris du 12 décembre, que la France organise pour les deux ans de l'accord de Paris sur le climat, a annoncé l'Élysée mardi.

Environ 2000 participants au total, dont 800 organisations et acteurs publics et privés, sont attendus à ce sommet, baptisé «One Planet Summit». Organisé conjointement par la France, l'ONU et la Banque mondiale, il se tiendra sur l'Ile Seguin, en banlieue parisienne.

Il avait été annoncé par Emmanuel Macron lors du G20 cet été, pour remobiliser sur ce dossier après la décision des États-Unis de se retirer de l'accord de Paris, annoncée en juin par le président Trump.

Le sommet se tiendra juste après la 23e conférence de l'ONU sur le changement climatique, la COP 23, qui se déroule jusqu'au 17 novembre à Bonn (Allemagne).

«Pour l'instant, le président Donald Trump n'est pas invité» car les chefs d'État invités sont ceux «des États engagés dans la mise en oeuvre de l'accord», a précisé la présidence française qui conviera cependant des représentants du gouvernement américain.

Interrogé sur l'utilité concrète de ce rendez-vous climatique supplémentaire et sur la possibilité d'obtenir des résultats en une seule journée, l'Élysée a affirmé qu'il était «nécessaire et important» pour renforcer la mobilisation internationale.

«Mais ce ne sera pas une "pledging conference" (conférence avec des engagements officiels chiffrés)», avertit l'Élysée.

Construire des coalitions

Paris espère à cette occasion «construire des coalitions pour arriver à ce sommet avec des résultats concrets», notamment en créant des dynamiques avec les villes, les fonds d'investissement ou encore les banques de développement.

«L'idée est de montrer qu'il y a de l'action, qu'il faut les accélérer et trouver de nouvelles sources de financement pour des projets très concrets. C'est très complémentaire» de la COP 23, estime Paris.

«Il faut dresser le bilan de notre trajectoire par rapport aux engagements» de l'accord de Paris. Si nous n'accélérons pas nos efforts, nous n'arriverons pas à atteindre l'objectif d'une augmentation» de la température limitée à «1,5 degré à la fin du siècle. Il faut redoubler d'efforts, un sursaut», selon Paris.

«Toute initiative qui peut permettre de combler le gouffre entre l'action climatique et la diplomatie climatique va dans le bon sens», a réagi l'eurodéputé écologiste Yannick Jadot.

Il estime cependant que «ce sommet est d'abord le résultat d'une stratégie de communication après, d'une certaine façon, l'échec d'Emmanuel Macron à modifier la décision de Donald Trump sur le climat».

«Il y a une tentation énorme aujourd'hui des États, que ce soit à la COP ou en dehors de la COP, à organiser, si j'étais négatif je dirais des foires-expo, où on valorise les villes, les entreprises, les citoyens, mais où les États se cachent derrière une société qui avance beaucoup plus vite qu'eux pour ne pas faire grand-chose», a-t-il déclaré à l'AFP.

Aller plus vite

Laurence Tubiana, ex-négociatrice climat de la France, estime elle aussi que «l'utilité de ce sommet, c'est la mobilisation politique de ceux qui veulent aller plus vite».

«Le sommet du 12, ce n'est pas le consensus multilatéral» comme aux COP, il réunira «ceux qui veulent aller de l'avant, des collectivités, qui n'attendent pas, c'est l'accélération, par exemple des coalitions sur la neutralité carbone...», a récemment déclaré à l'AFP celle qui fut la cheville ouvrière de l'accord de Paris et dirige désormais l'European Climate Foundation.

L'ancien ministre Pascal Canfin, directeur du WWF France, «soutient l'initiative» de ce sommet. «On n'est pas dans une logique de négos», mais «dans une logique d'annonces», a-t-il récemment souligné auprès de l'AFP.

Parallèlement au sommet lui-même, «une vingtaine d'événements» se tiendront les 10, 11 et 13 décembre, a indiqué l'Élysée.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer