Le changement climatique nous rend déjà malades, selon des experts

Les changements climatiques rendent déjà les gens malades, même au Canada,... (PHOTO ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

PHOTO ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stéphanie Marin
La Presse Canadienne
MONTRÉAL

Les changements climatiques rendent déjà les gens malades, même au Canada, soutient un rapport d'un groupe de 24 organisations, dont l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Le récent rapport du Lancet Countdown on Health and Climate Change avertit que si les symptômes des changements climatiques sont clairs depuis bon nombre d'années, les impacts pour la santé de la population sont bien pires que ce qu'on croyait auparavant. L'inaction au sujet de l'environnement met des vies en danger, tranche-t-il.

C'est aussi le cas au pays, si l'on se réfère au volet spécifique au Canada qui accompagnait ce rapport mondial, auquel s'est alliée l'Association canadienne de santé publique. L'urgentologue canadienne Courtney Howard, qui exerce son métier à Yellowknife, est son auteure principale.

Elle y fait état de plusieurs conséquences des changements climatiques qui portent atteinte à la santé des Canadiens.

Elle cite par exemple la vague de chaleur de 2009 en Colombie-Britannique qui est liée à 156 décès et celle du Québec en 2010 associée à 280 décès - surtout des personnes âgées ou vulnérables, qui succombent à des arrêts cardiaques ou respiratoires en raison de la chaleur. «Plus de morts que ce que l'on voit d'habitude dans ces périodes», a-t-elle commenté en entrevue.

Les immenses incendies de forêt des dernières années - dont ceux de Fort McMurray et de Slave Lake, en Alberta, respectivement en 2016 et 2011 - ont causé de nombreux problèmes respiratoires, de l'asthme et des maladies pulmonaires chroniques pour ceux qui habitent dans les environs des lieux touchés par cette pollution atmosphérique.

Le réchauffement des températures porte aussi certains insectes à changer d'habitat: la maladie de Lyme transmise par des tiques est de plus en plus fréquente au Canada, rapporte la femme qui est aussi la présidente élue de l'Association canadienne des médecins pour l'environnement.

Et toute catastrophe naturelle, comme une inondation majeure - notamment celle de Calgary en 2013 - cause un stress majeur pour certaines personnes qui perdent tous leurs biens et se retrouvent sans maison, entre autres conséquences.

«Cela peut déclencher des problèmes de santé mentale, et du stress post-traumatique», souligne la médecin.

Ailleurs dans le monde, les changements climatiques peuvent aussi affecter lourdement les récoltes.

«Au niveau mondial, la malnutrition va être l'effet le plus sévère des changements climatiques sur la santé», souligne Mme Howard. Déjà, près de la moitié des enfants dans le monde meurent de malnutrition.

«C'est encore gérable, mais il faut agir», prévient-elle.

Des pistes de solutions sont d'ailleurs proposées dans son rapport. On y parle entre autres d'éliminer graduellement l'électricité produite au Canada par les centrales au charbon d'ici 2030, ou même avant. L'auteure insiste sur le partage d'information lors de catastrophes naturelles, pour que les prochains à les subir aient des outils adéquats.

The Lancet Countdown on Health and Climate Change est une collaboration de recherche internationale qui vise à faire le suivi des impacts des changements climatiques pour la santé.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer