L'activité humaine affecte le climat, admet le chef de l'Agence environnementale américaine

Scott Pruitt... (PHOTO ZACH GIBSON, Agence France-Presse)

Agrandir

Scott Pruitt

PHOTO ZACH GIBSON, Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Changements climatiques

Environnement

Changements climatiques

Tout sur les changements climatiques »

Agence France-Presse

Le controversé directeur nommé à la tête de l'Agence américaine de protection de l'environnement (EPA), Scott Pruitt, a reconnu mercredi que l'activité humaine affectait le changement climatique, mais que l'ampleur de cet impact faisait toujours débat.

Organisations de défense de l'environnement et démocrates ont critiqué la nomination par le président élu Donald Trump de cet ancien ministre de la Justice de l'Oklahoma, qu'ils accusent d'être climato-sceptique et de vouloir supprimer d'importantes régulations fédérales sur l'environnement touchant le secteur industriel.

«Laissez-moi vous dire: la science nous dit que le climat change et que l'activité des hommes d'une certaine manière affecte ce changement», a-t-il déclaré lors d'une audition devant le Sénat.

Mais «la capacité à mesurer avec précision le degré et l'étendue de cet impact, et ce que nous devons faire à son égard, font l'objet de débats et de discussions continuels - et oui, il le faut», a ajouté le futur chef de l'EPA.

Scott Pruitt est un ami connu du secteur pétrolier et a souvent poursuivi en justice l'EPA au nom d'entreprises de l'Oklahoma.

Donald Trump avait expliqué que M. Pruitt allait renverser «le programme anti-énergie et hors de contrôle» de l'EPA.

M. Pruitt a minimisé devant les sénateurs ses liens avec le secteur des énergies fossiles: «Nous devons rejeter l'idée selon laquelle si vous êtes proénergie (fossile), vous êtes anti-environnement», a-t-il affirmé.

Le sénateur démocrate Sheldon Whitehouse a expliqué comment les pêcheries de son État avaient été affectées par le changement climatique.

«Je ne vois rien dans votre carrière qui assure à ces pêcheurs que vous allez prendre en compte un tant soit peu leur bien-être, et pas seulement le bien-être de l'industrie des énergies fossiles», a déclaré M. Whitehouse.

D'autres démocrates se sont inquiétés de la manière dont M. Pruitt traiterait la pollution au mercure par les centrales électriques, la qualité de l'air ou encore la pollution de l'eau au plomb.

En 2012 Donald Trump avait déclaré que le changement climatique était un canular créé par les Chinois, avant d'adoucir sa position après l'élection. Il avait ainsi affirmé fin novembre être «ouvert sur (la) question» de l'accord de Paris sur le climat.

Il a cependant souvent laissé entendre qu'il limiterait les pouvoirs de l'EPA. «Ce qu'on fait en matière de protection de l'environnement est une honte. Chaque semaine, ils sortent des nouvelles régulations», avait-il déclaré sur Fox en octobre 2015.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer