L'ONU impatiente de coopérer avec Trump sur le climat

« Nous avons hâte de collaborer avec son administration,... (photo Mosa'ab Elshamy, archives AP)

Agrandir

« Nous avons hâte de collaborer avec son administration, afin de faire avancer l'agenda climatique pour le bénéfice des peuples du monde », a déclaré dans un communiqué Patricia Espinosa, depuis Marrakech où se tient la 22e conférence de l'ONU sur le climat (COP22).

photo Mosa'ab Elshamy, archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Changements climatiques

Environnement

Changements climatiques

Tout sur les changements climatiques »

Agence France-Presse
MARRAKECH

La responsable climat de l'ONU a « félicité » mercredi pour sa victoire le président américain élu Donald Trump, qui au cours de sa campagne avait qualifié le dérèglement climatique de « canular » et menacé d'« annuler » l'accord de Paris contre le réchauffement.

« Nous avons hâte de collaborer avec son administration, afin de faire avancer l'agenda climatique pour le bénéfice des peuples du monde », a déclaré dans un communiqué Patricia Espinosa, depuis Marrakech où se tient la 22e conférence de l'ONU sur le climat (COP22).

La responsable climat de l'ONU n'a pas fait d'autre commentaire alors que les négociateurs et les observateurs à la COP, bien que sonnés par l'élection d'un climato-sceptique, ont affiché leur confiance dans un processus de transformation des économies déjà engagé et incontournable.

« Trump doit choisir : sera-t-il un président dont on se souviendra pour avoir mis le monde sur la voie d'un désastre climatique, ou celui qui aura écouté le public américain et nous maintiendra sur la voie du progrès climatique ? », s'est interrogé Michael Brune, de l'ONG Sierra Club, qui lui a conseillé de « choisir avec sagesse ». « Sinon nous lui garantissons un combat acharné à chaque étape », a-t-il ajouté.

« L'un des grands défis que l'administration Trump devra affronter est le changement climatique », a estimé le Maldivien Thoriq Ibrahim, pour l'Alliance des petits États insulaires.

Le Malien Seyni Nafo, le négociateur du groupe Afrique, affichait même un certain optimisme : « Je ne suis pas inquiet, ce sera intéressant, j'ai hâte de travailler avec la nouvelle administration américaine », a-t-il déclaré à l'AFP.

L'accord de Paris sur le climat, scellé l'an dernier, est entré en vigueur le 4 novembre. Les pays doivent maintenant s'entendre sur un certain nombre de règles pour le rendre opérationnel. Il implique notamment des investissements massifs dans les énergies renouvelables pour que les économies se détournent des énergies fossiles, dont Donald Trump est un grand défenseur.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer