La fonte du glacier le plus visité du continent est «stupéfiante»

Des marqueurs remontant jusqu'en 1890 démontrent que l'imposante... (PHOTO Jeff McIntosh, PC)

Agrandir

Des marqueurs remontant jusqu'en 1890 démontrent que l'imposante masse de glace a retraité de 1,5 kilomètre, laissant derrière elle un paysage lunaire de rocaille et de rochers.

PHOTO Jeff McIntosh, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Changements climatiques

Environnement

Changements climatiques

Tout sur les changements climatiques »

Bill Graveland
La Presse Canadienne
COLUMBIA ICEFIELDS, Alb.

Le glacier le plus visité d'Amérique du Nord fond de plus de cinq mètres chaque année et pourrait disparaître complètement d'ici une génération, affirme un responsable de Parcs Canada.

Le glacier le plus visité d'Amérique du Nord... (Photo Jeff McIntosh, PC) - image 1.0

Agrandir

Photo Jeff McIntosh, PC

Le glacier Athabasca est le plus grand des six glaciers formant une partie du champ de glace Columbia, dans le Parc national de Jasper, dans l'Ouest canadien. Il s'agit d'une destination populaire pour les touristes de partout sur la planète qui montent à bord de grands «autobus des neiges» pour aller jeter un coup d'oeil au glacier.

Si l'endroit reçoit environ sept mètres de neige par année, le glacier fond lentement depuis environ 150 ans.

En entrevue avec La Presse Canadienne, le responsable de la conservation de la nature du parc, John Wilmshurt, affirme que le phénomène est «stupéfiant».

Il précise que chaque année, des pieux sont plantés à cinq mètres de profondeur dans la glace, à l'automne. Au milieu de l'été, les pieux doivent de nouveau être plantés sur le glacier Athabasca, puisque la glace qui les entoure a souvent fondu.

Le passage du temps est clairement visible à la base du glacier. Des marqueurs remontant jusqu'en 1890 démontrent que l'imposante masse de glace a retraité de 1,5 kilomètre, laissant derrière elle un paysage lunaire de rocaille et de rochers.

«Nous effectuons des mesures près de la base du glacier et la croissance annuelle est bien moindre que le recul de la glace», dit M. Wilmshurst.

Un récent rapport américain sur la situation des glaciers a identifié la fonte rapide des glaciers de Colombie-Britannique et d'Alaska comme un important problème lié aux changements climatiques; les chercheurs affirment que ces glaciers «fondent de façon substantielle».

Le U.S. National Climate Assessment affirme que la tendance devrait se poursuivre et que celle-ci a des implications sur la production hydroélectrique, les courants océaniques, la pêche et la hausse du niveau des mers à l'échelle mondiale.

Toujours selon le document, les glaciers dans la région perdent de 20 à 30% de l'équivalent de la couverture de glace disparaissant de la calotte du Groenland, qui a reçu bien plus d'attention médiatique.

Selon M. Wilmshurst, le glacier Athabasca aurait une épaisseur d'environ 300 mètres, mais il serait lentement en train de disparaître.

L'eau du champ de glace Columbia s'écoule dans les trois océans bordant le Canada, et le paysage sera bien différent si ce champ finissait par fondre entièrement.

«Il est difficile de savoir, à long terme, ce que les cycles climatiques signifient pour les gens. Cela veut dire que nous devrions nous préparer pour des conditions plus sèches à l'avenir. Je crois qu'à long terme, ce ne sont vraiment pas de bonnes nouvelles», a-t-il dit.

«Le glacier va vraiment disparaître. Pas de mon vivant, probablement, mais peut-être du vivant de mes enfants.»




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer