Les glaciers d'Alaska fondent moins vite que prévu

Un glacier, en Alaska.... (Photo: Archives AP)

Agrandir

Un glacier, en Alaska.

Photo: Archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris

En utilisant des images satellitaires, une équipe franco-canadienne montre que les glaciers d'Alaska ont fondu moins vite entre 1962 et 2006 qu'estimé précédemment, selon une étude publiée dimanche par la revue scientifique Nature geoscience.

Durant cette période, les glaciers d'Alaska ont perdu environ 42 km3 (42 milliards de m3) d'eau par an, ce qui a contribué au relèvement du niveau des mers à raison de 0,12 millimètre par an, «soit 34% de moins que ce qui avait été estimé auparavant», selon Etienne Berthier (CNRS/université de Toulouse, France) et ses collègues.

L'amincissement des glaciers s'avère très hétérogène, d'où la difficulté d'aboutir à une estimation globale.

Les langues glaciaires s'avançant dans les vallées peuvent être couvertes de débris. Ainsi protégée du soleil, la glace fond moins vite. Ce «qui n'avait pas été pris en compte dans les travaux antérieurs», relève le Centre national de le recherche scientifique (CNRS) dans un communiqué.

Les images fournies par les satellites Spot5 et Aster ont aussi permis d'obtenir une «meilleure résolution spatiale», c'est-à-dire des relevés plus précis, soulignent les auteurs.

«Au cours des 50 dernières années, le recul des glaciers et des calottes glaciaires a contribué à une hausse du niveau des mers de 0,5 millimètre par an», rappellent-ils. Les glaciers d'Alaska étaient supposés y avoir contribué pour un tiers, soit 0,17 millimètre par an, selon des travaux publiés en 2002 par des chercheurs de l'université d'Alaska.

Mais leurs estimations «étaient basées sur des mesures concernant un nombre limité de glaciers», notent M. Berthier et son équipe, suggérant que les calculs pourraient être aussi à revoir pour d'autres glaciers ou calottes glaciaires de régions montagneuses.

D'après le CNRS, les nouveaux résultats ne remettent toutefois pas en cause «l'accélération spectaculaire» de la réduction de la masse des glaciers depuis les années 1990.

Sur l'ensemble du globe, les glaciers de montagne couvrent une surface de 500.000 à 600.000 km2, soit beaucoup moins que les calottes glaciaires du Groenland (1,6 million de km2) ou de l'Antarctique (12,3 millions de km2)

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer