Trump n'exclut pas un retour dans l'accord de Paris

Dans le cadre de l'accord de Paris sur... (Photo Branden Camp, archives AP)

Agrandir

Dans le cadre de l'accord de Paris sur le climat, les États-Unis se sont engagés sur une réduction de 26% à 28% de leurs émissions de gaz à effet de serre d'ici 2025 par rapport à 2005.

Photo Branden Camp, archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Changements climatiques

Environnement

Changements climatiques

Tout sur les changements climatiques »

Agence France-Presse
Washington

Le président américain Donald Trump a affirmé mercredi que les États-Unis pourraient en théorie revenir dans l'accord de Paris sur le climat, tout en ne donnant aucun signe concret qu'il entendait aller dans cette direction à ce stade.

«Honnêtement, je n'ai pas de problème avec cet accord dans l'absolu mais j'ai un problème avec l'accord qu'ils ont signé», a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse commune avec la première ministre norvégienne Erna Solberg.

«Car, comme toujours, ils ont conclu un mauvais accord», a-t-il ajouté, en référence à l'administration de son prédécesseur démocrate Barack Obama.

«Nous pourrions en théorie y revenir», a encore dit M. Trump qui, par le passé, a déjà laissé la porte entrouverte à un retour en cas de renégociations sur lesquelles il est cependant toujours resté évasif.

Réaffirmant sa conviction que l'accord de Paris, tel qu'il «a été signé» par son prédécesseur était «très injuste pour les États-Unis», le président américain a longuement insisté sur son impact économique négatif pour l'Amérique.

«Nous sommes un pays riche en gaz, en charbon et en pétrole et en beaucoup d'autres choses», a-t-il souligné. L'accord était «mauvais pour nos entreprises», a-t-il martelé, jugeant que les objectifs des États-Unis étaient trop élevés par rapport à ceux de son grand rival chinois.

Dans le cadre de cet accord, les États-Unis se sont engagés sur une réduction de 26% à 28% de leurs émissions de gaz à effet de serre d'ici 2025 par rapport à 2005.

Selon les termes de l'administration Trump, le retrait, qui prendra plusieurs années avant d'être effectif, aura bien lieu «à moins que le président n'identifie les termes qui soient plus favorables aux entreprises, aux travailleurs et contribuables américains».

L'exécutif n'a cependant jamais donner plus de précisions sur cette formulation relativement vague.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer