Le réchauffement climatique, accélérateur de pauvreté

Des évènements climatiques «extrêmes» qui surviennent aujourd'hui «une... (Photo Oswaldo Rivas, Archives Reuters)

Agrandir

Des évènements climatiques «extrêmes» qui surviennent aujourd'hui «une fois par siècle» pourraient alors devenir la «nouvelle norme climatique», prévient la Banque mondiale.

Photo Oswaldo Rivas, Archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Changements climatiques

Environnement

Changements climatiques

Tout sur les changements climatiques »

Jeremy TORDJMAN
Agence France-Presse
WASHINGTON

Le réchauffement climatique risque d'aggraver «considérablement» la pauvreté sur le globe en asséchant les récoltes agricoles et en menaçant la sécurité alimentaire de millions de personnes, met en garde la Banque mondiale dimanche.

«Sans une action forte et rapide, le réchauffement (...) et ses conséquences pourraient considérablement aggraver la pauvreté dans de nombreuses régions du globe», prévient l'institution-phare du développement dans un rapport publié un an avant la conférence de Paris sur le climat.

Sécheresse, canicule, acidification des océans, raréfaction de l'accès à l'eau... la BM se projette dans un scénario où la communauté internationale n'aurait pas atteint son objectif de limiter la hausse du thermomètre mondial de +2°C par rapport à l'ère pré-industrielle, contre +0,8°C actuellement.

Des évènements climatiques «extrêmes» qui surviennent aujourd'hui «une fois par siècle» pourraient alors devenir la «nouvelle norme climatique», prévient l'institution, qui sonne particulièrement l'alarme sur trois régions du globe (Amérique latine, Moyen-Orient et Europe orientale).

Le rendement des cultures de soja pourrait ainsi chuter de 30 à 70% au Brésil tandis que celui de blé risquerait d'être amputé de moitié en Amérique centrale ou en Tunisie, avance le rapport qui a été réalisé avec l'apport de l'Institut de recherches sur l'impact climatique de Potsdam (Allemagne).

«Les conséquences pour le développement seraient graves avec un déclin des récoltes, un recul des ressources aquatiques, une montée des eaux et la vie de millions de personnes mises en danger,» énumère la Banque, ajoutant que les populations «les plus pauvres» et les plus «exclues socialement» en seront les premières victimes.

Selon le scénario noir d'un réchauffement de +4°C, jusqu'à 80% du Moyen-Orient et d'Amérique du Sud pourraient être frappés par des vagues de chaleur d'une ampleur «sans précédent» au risque de provoquer de vastes vagues de migration, ajoute le document.

«Il est clair que nous ne pouvons pas continuer sur cette voie d'émissions (de CO2) croissantes et non-maîtrisées», écrit en avant-propos le président de la BM, Jim Yong Kim, au moment où la mobilisation sur le climat semble reprendre un peu d'allant.

Les deux pays les plus pollueurs de la planète, les États-Unis et la Chine, ont scellé le 12 novembre un accord inédit pour freiner leurs émissions de dioxyde de carbone.

Après de longues tractations, le Fonds vert de l'ONU vient par ailleurs de recevoir ses premières dotations de 9,3 milliards de dollars et pourra commencer à aider les pays pauvres à lutter contre le réchauffement climatique.

Impact «inévitable»

Mais la Banque mondiale assure qu'il faudra aller plus loin, notamment pour atteindre son but d'une éradication de l'extrême pauvreté d'ici à 2030.

Cet objectif s'annonce déjà «compliqué» dans un monde à +2°C, mais pourrait être tout simplement «hors de portée» en cas de hausse de 4°C du thermomètre mondial, s'inquiète la Banque mondiale.

L'institution estime également que la marge de manoeuvre de la communauté internationale se rétrécit alors que débute début décembre à Lima (Pérou) une réunion préparatoire à la conférence de Paris.

«Il y a des preuves croissantes que, même avec de très ambitieuses mesures de contrôle, un réchauffement proche de 1,5°C (...) d'ici à la moitié du siècle ne soit pas déjà ancré dans l'atmosphère» et que certains dérèglements climatiques soient déjà «inévitables», assure la BM.

Afin d'inverser la tendance, la Banque, qui a été elle-même critiquée pour avoir financé des projets basés sur des énergies fossiles, défend depuis plusieurs mois un système fixant un prix à la pollution, via par exemple une taxe carbone.

Dans son rapport, l'institution appelle plus globalement les pays à s'extraire des stratégies de croissance économique «intenables» tout en assurant qu'ils n'auront pas à renoncer à leur expansion et à leur développement, comme le redoutent certains grands pays émergents.

«Une action urgente est requise sur le changement climatique, mais elle n'a pas à se faire au détriment de la croissance économique», assure M. Kim.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer