Un microbiologiste propose de faire du savon avec de l'eau sale

La recette du microbiologiste Simon Barnabé consiste à introduire... (photo fournie par casacom)

Agrandir

La recette du microbiologiste Simon Barnabé consiste à introduire des microalgues dans des bassins d'eaux usées pour les faire proliférer. On pourra ensuite extraire de ces microalgues une huile qui sert à fabriquer du savon, des cosmétiques ou des biocarburants.

photo fournie par casacom

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Prenez les eaux sales qui sortent des usines ou des égouts. Faites-y croître des algues, puis transformez-les autant en savon et en cosmétiques qu'en biocarburants, suppléments alimentaires, nourriture pour le bétail ou même... en pigments bleus. C'est l'idée que propose Simon Barnabé, professeur de microbiologie à l'Université du Québec à Trois-Rivières.

Coup d'oeil en trois étapes sur une recette qui promet de faire d'une pierre deux coups en produisant des substances commercialisables à partir d'une source de pollution.

1. MÉLANGEZ LES EAUX USÉES

De l'eau remplie de substances laitières qui sort d'une usine à fromage. Du « jus de poubelle » qui s'écoule d'un dépotoir. Des rejets d'une usine chimique. Même le peu ragoûtant contenu des égouts. Dans la recette du professeur Barnabé, l'ingrédient de base est toujours une substance dont on cherche à se débarrasser.

Cette eau sale contient toutefois des déchets qui intéressent des êtres bien particuliers : les algues, qui les considèrent comme de la nourriture. « On fait des mélanges. On prend des eaux usées, on en ajoute d'autres pour avoir le bon ratio de nutriments », explique le professeur Barnabé, rencontré hier en marge du congrès BIO sur les biotechnologies qui se tient cette semaine à Montréal.

2. AJOUTEZ LES ALGUES

Oubliez les grandes plantes aquatiques qui peuplent nos lacs. Ce sont plutôt les microalgues qui intéressent Simon Barnabé. Elles mesurent de 1 à 5 micromètres, soit 10 fois moins que le diamètre d'un cheveu.

Les microalgues sont tristement célèbres au Québec depuis que les algues bleues, qui font partie de cette catégorie, ont envahi nos lacs. Comme elles, les microalgues utilisées par le professeur Barnabé se nourrissent de polluants. « La différence, c'est que nous prenons des microalgues "gentilles" et qu'on contrôle leur production », dit le professeur Barnabé. Les microalgues sont introduites dans les bassins contenant les eaux usées, où elles prolifèrent.

3. RÉCOLTEZ ET TRANSFORMEZ

Les microalgues peuvent servir de nourriture pour le bétail ou les poissons d'aquaculture. On peut aussi en extraire une huile qui sert à fabriquer du savon, des cosmétiques ou des biocarburants. « On commence toujours par le produit. On cherche un produit qui peut être en demande dans le parc industriel où l'on travaille, puis on choisit l'algue qui pourra le produire », explique le professeur Barnabé.

Exemple : à Victoriaville, l'équipe du chercheur voulait aider le fabricant de produits de nettoyage Sani Marc à trouver de nouvelles sources d'approvisionnement. Elle a récolté ses eaux usées, qu'elle a mélangées à celles des usines voisines de Parmalat (fromage) et de Canlac (produits pharmaceutiques).

Les chercheurs ont ajouté du jus de déchets provenant du dépotoir local, puis y ont fait proliférer des algues. L'huile de ces dernières donne un savon qui entre maintenant dans la composition des produits de Sani Marc. « L'économie circulaire, c'est ça ! », dit Simon Barnabé. » Autre exemple : au site d'enfouissement de Berthierville, les eaux non traitées servent à faire pousser des algues qui sont ensuite transformées en biopétrole et en colle. Une fois les eaux traitées, il y reste assez de composés pour y faire pousser d'autres algues qui, elles, sont transformées en phycocyanine - un pigment bleu naturel.

Du long terme

Malgré ses avantages, ce n'est pas demain la veille qu'on verra la production de microalgues se multiplier dans la province. « Il y a de la production industrielle à quelques endroits dans le monde, mais ça va surtout se passer à moyen et long terme », dit Simon Barnabé. L'expert explique qu'il faudra encore de la recherche pour rendre les procédés faciles à déployer à grande échelle, une condition essentielle pour que la rentabilité soit au rendez-vous.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer