• Accueil > 
  • Environnement 
  • > Des diplomates canadiens inquiets pour le climat bien avant l'élection de Trump 

Des diplomates canadiens inquiets pour le climat bien avant l'élection de Trump

L'ambassade du Canada s'était dite inquiète de l'effet... (PHoto ARCHIVES AP)

Agrandir

L'ambassade du Canada s'était dite inquiète de l'effet d'une administration de Donald Trump sur la lutte contre les changements climatiques.

PHoto ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Changements climatiques

Environnement

Changements climatiques

Tout sur les changements climatiques »

Mike Blanchfield, Jim Bronskill
La Presse Canadienne
Ottawa

Des diplomates canadiens à Washington ont averti le gouvernement fédéral plus tôt cette année, bien avant l'élection présidentielle américaine de novembre, qu'un gouvernement américain sous la gouverne de Donald Trump nuirait à la façon dont les deux pays coopèrent dans la lutte contre les changements climatiques.

Dans des rapports destinés à Affaires mondiales Canada, obtenus par La Presse Canadienne en vertu de la Loi sur l'accès à l'information, les diplomates critiquent aussi la position protectionniste du républicain en matière de commerce international.

Moins de deux mois avant l'élection du 8 novembre aux États-Unis, ceux-ci ne semblaient toutefois pas redouter une victoire de Donald Trump, alors qu'ils relevaient que Hillary Clinton allait probablement devenir présidente compte tenu de l'avance que lui conféraient les sondages.

Ces constats ont été faits dans une série de rapports de surveillance de la campagne électorale américaine produits par l'ambassade du Canada à Washington.

Ces documents mettent en lumière la façon dont Justin Trudeau voyait une éventuelle présidence du milliardaire new-yorkais.

Ils permettent par ailleurs de comprendre pourquoi le premier ministre canadien a évité de formuler des commentaires négatifs à l'égard de Donald Trump au cours de la campagne électorale - un comportement qui a été applaudi après que le magnat de l'immobilier a été élu président.

L'ambassade du Canada s'était dite inquiète de l'effet d'une administration de Donald Trump sur la lutte contre les changements climatiques. En mai, les diplomates estimaient que le républicain allait «au minimum» tenter de renégocier l'accord de Paris sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

À l'époque, le Canada et les États-Unis célébraient alors qu'ils venaient de renouveler leurs voeux de lutter ensemble contre le réchauffement de la planète.

Justin Trudeau s'était valu les compliments de Barack Obama pour sa contribution aux négociations ayant mené à l'accord de Paris.

«Donald Trump a nié que les changements climatiques sont causés par l'homme (et) il y réfère comme "un canular" et une "forme de taxe très coûteuse"», soulignent les diplomates dans un rapport daté du 25 mai. Il va même jusqu'à dire qu'ils ont été «créés par la Chine pour miner l'industrie américaine.»

Les auteurs du rapport notent par ailleurs que Donald Trump a dénigré l'Agence américaine de protection environnementale (EPA) et menacé de l'abolir.

La semaine dernière, le ministre canadien des Affaires étrangères, Stéphane Dion, a dit que le Canada appellerait Donald Trump à être un allié dans la lutte contre les changements climatiques et qu'il entendait faire valoir que le déploiement d'efforts en ce sens contribuera à créer des emplois.

Catherine McKenna... (THE CANADIAN PRESS) - image 2.0

Agrandir

Catherine McKenna

THE CANADIAN PRESS

Or, le président désigné des États-Unis a, depuis, nommé le procureur général de l'Oklahoma Scott Pruit à la tête de l'EPA. Ce dernier s'oppose aux politiques environnementales de Barack Obama. Il a aussi attribué le poste de secrétaire de l'Énergie au gouverneur du Texas Rick Perry, connu pour ses liens avec l'industrie pétrolière de son État.

Quoi qu'il en soit, la ministre de l'Environnement Catherine McKenna a réitéré, mercredi, durant une période de questions au Sénat, que le Canada continuera à concrétiser ses engagements en matière de lutte contre les changements climatiques aux côtés de l'administration de Donald Trump.

Mme McKenna a dit qu'elle vanterait l'occasion économique que représente la mise au point de technologies vertes.

Le fait que 195 pays aient signé l'accord de Paris «a envoyé un signal aux marchés que nous allons dans la direction d'un avenir plus vert (...) et avec moins de carbone», a-t-elle fait valoir.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer