Interdiction des microbilles: les villes sautent dans la mêlée

En 2014, des chercheurs de l'Université McGill ont... (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE)

Agrandir

En 2014, des chercheurs de l'Université McGill ont découvert par hasard de fortes concentrations de microbilles de plastique dans les sédiments du fleuve Saint-Laurent.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Plusieurs villes situées le long du fleuve Saint-Laurent, dont Montréal, Longueuil et Québec, pressent le gouvernement québécois d'interdire les microbilles de plastique dans les produits de soins personnels.

L'Alliance des villes des Grands Lacs et du Saint-Laurent vient de confier un mandat de lobbyisme à Scott McKay. L'ex-député péquiste, qui a aussi dirigé le Parti vert du Québec, doit convaincre le gouvernement Couillard d'«adopter une loi et un plan d'action visant à bannir les microbilles des produits de soins personnels».

Ce mandat a été commandité par 16 villes québécoises situées le long du fleuve Saint-Laurent, qui verseront un peu plus de 80 000$ pour ces démarches. La contribution de la Ville de Montréal s'élève à 20 000$, tandis que celle de la Ville de Québec est de 15 000$ et celle de Longueuil, 10 000$. Son mandat est extrêmement large, puisqu'il envisage de prendre contact avec une quinzaine de ministres, une cinquantaine de députés, ainsi que plusieurs sociétés d'État.

Contamination

Les microbilles sont répandues dans les produits de beauté et les dentifrices. Elles ne seraient pas nocives pour la santé humaine. M. McKay note que leur petite taille - moins d'un demi-millimètre - fait en sorte qu'elles ne sont pas captées par les systèmes de traitement des eaux usées lorsqu'elles se retrouvent dans l'évier. Elles sont rejetées dans le fleuve Saint-Laurent, où elles sont contaminées par des substances toxiques et mangées par des poissons. «Éventuellement, ça se retrouve dans notre assiette et dans notre estomac, note M. McKay. C'est un énorme problème.»

Un problème «émergent»

En 2014, des chercheurs de l'Université McGill ont découvert par hasard de fortes concentrations de microbilles de plastique dans les sédiments du fleuve Saint-Laurent. «On croyait que les microbilles flottaient jusqu'à l'océan, mais pour une raison qui nous échappe, elles s'accumulent dans les sédiments», dit le professeur Anthony Ricciardi, qui a supervisé l'étude.

La Table de concertation régionale du Haut-Saint-Laurent et du Grand Montréal, qui regroupe des industries, des agriculteurs et des institutions publiques, qualifie les microbilles de «problème émergent». «Le problème, c'est qu'on a une étude qui nous dit qu'il y a des microbilles de plastique partout. Ce qu'on ne sait pas, c'est ce que ça fait», note Nicolas Milot, chargé de projet à la Table.

Des lois ailleurs

Aux États-Unis, l'Illinois et l'Indiana ont banni les microbilles de plastique, et d'autres États envisagent de leur emboîter le pas. En Ontario, la députée libérale d'Orléans, Marie-France Lalonde, a introduit un projet de loi privé en mars pour proscrire ces produits. Le processus d'homologation des produits relève toutefois du gouvernement fédéral. Ottawa a donc des pouvoirs plus étendus pour interdire les microbilles. Le gouvernement Harper a accepté de discuter du dossier des microbilles à l'initiative du Nouveau Parti démocratique. Un député libéral, John McKay, a introduit un projet de loi privé à la Chambre des communes.

Les provinces disposent elles aussi d'outils législatifs pour agir. Elles peuvent interdire des produits qu'elles jugent néfastes pour l'environnement, comme Québec l'a fait avec les pesticides il y a quelques années. La question des microbilles doit aussi rebondir lors du prochain conseil municipal de Montréal, l'opposition invitant l'administration Coderre à faire pression sur Québec pour les bannir.

Une pétition en ligne

Une pétition a été lancée sur le site de l'Assemblée nationale du Québec au début du mois de mai par la députée libérale de Hull, Maryse Gaudreault. Elle a été signée par un peu plus de 1400 personnes jusqu'à présent. En entrevue, la députée note que le problème des microbilles est un enjeu important dans sa région, où la préservation de la rivière des Outaouais fait l'objet de fréquentes discussions entre les députés du Québec et de l'Ontario. «Je crois que les microbilles sont alignées pour qu'il se passe quelque chose», a-t-elle affirmé.

Que fera Québec?

La députée libérale Marie-Claude Nichols, qui est l'adjointe parlementaire du ministre de l'Environnement David Heurtel, a rencontré les autorités ontariennes pour discuter du projet de loi sur les microbilles. Au bureau du ministre Heurtel, on a commenté le dossier avec un courriel laconique. «Le gouvernement du Québec prend la situation au sérieux et analyse les différentes études sur le sujet», a indiqué le porte-parole du ministre, Guillaume Bérubé. Le sujet sera abordé à la réunion des ministres de l'Environnement à Winnipeg dans deux semaines.

La recherche continue

Le phénomène étant encore mal compris, les chercheurs poursuivent leurs études pour mieux connaître la provenance des microbilles ainsi que les conséquences de leur présence sur l'environnement. Le professeur Anthony Ricciardi doit d'ailleurs analyser cet été l'introduction de ces produits et leurs effets dans le système digestif des poissons. «C'est certain qu'interdire les microbilles dans les produits cosmétiques va aider, mais je ne suis pas sûr que ça va être suffisant. Le dossier est loin d'être clos, on continue à jeter des tonnes de plastique dans l'eau.»

***

  • Dans quels produits trouve-t-on les microbilles de plastique? : Le maquillage, les crèmes exfoliantes, le dentifrice et le papier.
  • Y a-t-il d'autres sources de particules de plastique dans les cours d'eau? : Oui. Le lavage des vêtements, notamment ceux en nylon, entraîne le rejet de particules de polymère. L'effritement des sacs de plastique a le même effet.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer