Bill Gates défend le «zéro émission» de CO2

Bill Gates.... (Photo: AP)

Agrandir

Bill Gates.

Photo: AP

Agence France-Presse
Long Beach, Californie

Le fondateur de Microsoft, Bill Gates, a plaidé vendredi pour une source d'énergie ne produisant pas de dioxyde de carbone, afin de lutter contre le réchauffement climatique.

«La détérioration du climat est synonyme de nombreuses années où les récoltes ne pousseront pas en raison de pluies insuffisantes ou trop abondantes, ce qui mènera à des famines et certainement des violences», a prédit M. Gates, qui s'exprimait à l'occasion de la conférence annuelle TED (Technology, Entertainment, Design) organisée à Long Beach, en banlieue de Los Angeles.

M. Gates a avoué que s'il devait faire un seul voeu pour les 50 prochaines années, ce serait celui d'une culture du «zéro carbone».

«Nous avons besoin de miracles énergétiques. Le microprocesseur et internet sont des miracles», a-t-il souligné, notamment en présence de l'ancien vice-président américain Al Gore, champion de la lutte contre le réchauffement. Or, le climat «est un domaine dans lequel nous devons trouver un miracle en un court laps de temps», a insisté M. Gates.

«La formule est très simple. Une plus grande quantité de dioxyde de carbone signifie une hausse des températures et donc des effets négatifs, comme la destruction d'écosystèmes. Nous devons arriver à zéro» émission de CO2, a-t-il insisté.

Bill Gates a profité de cette tribune pour défendre une initiative baptisée «Terrapower» qu'il soutient, consistant à fabriquer des réacteurs alimentés avec des déchets nucléaires et capables de fonctionner pendant des décennies.

«C'est un peu comme une bougie: on brûle 99% des déchets», a-t-il expliqué.

Au cours de la même conférence, Al Gore a défendu l'adoption d'un arsenal législatif pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Un projet de loi en ce sens est bloqué au Sénat américain.

«Les prochains mois représentent la dernière fenêtre politique pour y arriver» avant la campagne pour les élections législatives de mi-mandat à la fin de l'année, a-t-il insisté.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer