Fréquentation des salles: le pire résultat en 22 ans

Les salles de cinéma ont eu beaucoup de mal à attirer des spectateurs en 2016,... (Photo Digital Vision/Thinkstock)

Agrandir

Photo Digital Vision/Thinkstock

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les salles de cinéma ont eu beaucoup de mal à attirer des spectateurs en 2016, tout particulièrement lors de projections de films québécois. C'est ce qu'indique le rapport publié hier par l'Observatoire de la culture et des communications du Québec.

Les salles en perte de vitesse

Quelque 18,6 millions d'entrées pour les salles obscures ont été comptabilisées en 2016, un résultat négatif jamais vu depuis 1994. Le taux d'occupation des salles n'a pas été beaucoup plus encourageant. En 2016, il a atteint 9,6 %. Il est ainsi à son plus bas depuis 1975. Un résultat qui provient de la baisse prononcée de l'assistance (- 7,1 % par rapport à l'an dernier) combinée à une relative stabilisation du nombre de projections (- 0,4 %).

«Depuis 2014, on ressent cette baisse de la fréquentation. Je crois qu'elle est due au contenu et non à la plateforme qui serait périmée. Les cinémas ne vont pas disparaître!», s'exclame Vincent Guzzo, propriétaire des cinémas du même nom.

«Cette année, on est déjà en hausse de 8 % par rapport à l'an dernier à la même date. 2017 sera supérieure à 2016 sans aucun doute.»

Films québécois au plus mal

Les films québécois ont fait sonner le tiroir-caisse 1,2 million de fois - l'équivalent du nombre d'entrées combinées des deux productions américaines Deadpool et The Secret Life of Pets. Une piètre performance pour le cinéma d'ici qui a ainsi vu son assistance baisser de 23 % par rapport à 2015 et qui enregistre son pire résultat depuis 2000.

Vincent Guzzo garde espoir

«En 2017, le cinéma québécois va être beaucoup plus fort grâce à la sortie de Bon Cop, Bad Cop 2 et De père en flic 2», juge Vincent Guzzo, président de l'Association des propriétaires de cinémas du Québec.

Pour lui, les mauvais résultats enregistrés par les films québécois tiennent plus au fait que les productions sorties en 2016 n'ont pas rejoint le plus grand nombre. «Je n'ai jamais voulu dire que les films québécois ne sont pas bons. Les propriétaires de salles sont vendus à ce que le public veut voir. Et si c'est Votez Bougon ou Les Boys, c'est ce qu'on présente - tout en donnant la chance aux autres, bien entendu.»

Un top 10 américain

Bien qu'ils aient eux aussi connu une baisse (- 5 %), les films américains dominent largement le marché québécois. En 2016, les 10 films les plus vus provenaient tous des États-Unis. Les longs métrages américains représentent 87 % des entrées en salle au Québec, un record depuis 1985. «Fast & Furious 8 va sortir à Pâques. Je peux vous garantir qu'avril 2017 va être en hausse de 30 ou 40 % par rapport à l'an passé!», prédit Vincent Guzzo.

Les 3 p'tits cochons 2 sauve la mise

Parmi les films québécois les plus vus en 2016, Les 3 p'tits cochons 2 arrive en tête avec ses 306 399 entrées (14e au palmarès général). Il est suivi par Votez Bougon (142 962 entrées en 2016 pour ce film sorti pendant les Fêtes) et 1:54 (125 909 entrées). Ensemble, ces trois longs métrages comptent pour 47 % de l'assistance des productions québécoises au cours de l'année.

L'exception 3D

Seule exception au déclin du nombre de spectateurs en salle: les productions en 3D, qui ont enregistré une croissance de 2 % en 2016. Un phénomène qui s'explique en partie par l'augmentation du prix moyen des billets de cinéma. On observe d'ailleurs une forte présence des films 3D dans le palmarès: parmi les 10 films les plus vus en 2016, huit offraient une version 3D.




publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer