Julie Hivon: promesse tenue

La réalisatrice Julie Hivon dit avoir voulu dépeindre... (Photo: Olivier Pontbriand, La Presse)

Agrandir

La réalisatrice Julie Hivon dit avoir voulu dépeindre le moment où, au début de la vie professionnelle, les êtres se retrouvent face à un carrefour existentiel.

Photo: Olivier Pontbriand, La Presse

Plus jeune, Julie Hivon a perdu deux amis qui occupaient une place importante dans sa vie. Le temps a passé, elle a fondé une famille, tourné deux films et occupé plusieurs fonctions dans le milieu du cinéma. Mais le besoin de rendre hommage à l'amitié revenait sans cesse. Avec Qu'est-ce qu'on fait ici?, son troisième long métrage, c'est maintenant chose faite. Cette promesse tenue lui a permis de se délester de deuils qu'elle traînait depuis longtemps.

Il y a toutes sortes de premières fois. Comme celle où l'on fait face à la mort qui survient avec une brutalité inouïe et fait chavirer nos certitudes.

C'est le cas pour Lily, Max, Roxanne et Simon, amis de Yan tué dans un bête accident de la route dans Qu'est-ce qu'on fait ici?, troisième long métrage de Julie Hivon (Tromper le silence).

«C'est un film qui parle de la vie, de l'amour et de l'amitié. À travers ces quatre jeunes qui vivent quelque chose d'extrêmement difficile, le film évoque un premier mur», dit avec justesse Guylaine Tremblay, interprète de Nicole dans cette histoire.

Premier mur dans le sens intérieur du terme, qui stoppe un élan.

La scénariste et réalisatrice Julie Hivon l'a vécu plus jeune et a senti le besoin de le transposer, très librement, au grand écran. On le comprend tout au long du film, mais encore plus en lisant la dédicace du générique de fin: «À mes amis disparus et ceux qui restent».

«J'ai vécu la perte d'amis proches à deux reprises, dit Julie Hivon. Ce film, c'est quasiment une promesse que je m'étais faite à moi-même. C'est un genre d'hommage à l'amitié.»

Se déroulant à Granby, ville natale de l'auteure, Qu'est-ce qu'on fait ici? nous introduit dans l'univers de Lily (Sophie Desmarais), Max (Maxime Dumontier), Simon (Charles-Alexandre Dubé) et Roxanne (Joëlle Paré-Beaulieu). Tous au début de la vingtaine et de leur vie professionnelle, ils sont un peu foireux et cherchent un sens à leur vie. La mort subite et imprévue de leur ami Yan (Frédéric Millaire Zouvi) va, dans un premier temps, les assommer. Mais avec le temps, elle va nourrir chez eux un désir d'avancer.

La réalisatrice explique aussi avoir été attirée par ce moment de l'existence, au début de la vie professionnelle, où les êtres se retrouvent face à un carrefour.

«Tant qu'on est étudiant, on ne se pose pas (ou moins) de questions. On suit le chemin qui est tracé. Puis, arrive un moment où l'on termine nos études et c'est un gros passage, dit-elle. Plusieurs possibilités s'offrent à nous. Mais justement, que choisir? Avoir autant de choix devant soi est épeurant, d'une certaine façon. On est soudainement conscient qu'on va devoir vivre pendant longtemps avec nos choix, autant personnels que professionnels. Pour quelqu'un qui écrit, c'est une mine d'or sur le plan dramatique.»

Lumineuse Lily

Au coeur des personnages, on retrouve Lily (Sophie Desmarais). Fille effacée, plieuse de vêtements dans un magasin, elle rêve à un meilleur sort, mais éprouve d'énormes difficultés à déployer ses ailes. Elle est d'autant plus concernée par la mort de Yan qu'il était son amoureux.

«Lily est un personnage candide, ce que je n'avais jamais eu l'occasion de faire, dit la comédienne. D'ordinaire, je joue davantage des petites tannantes, des personnages plus mystérieux. Ici, je suis un personnage très féminin, très fleur bleue, sans malice. C'est la girl next door, qui ne cache rien. Elle est tout le contraire de Sarah (Sarah préfère la course), qui était une bibitte et que je devais beaucoup jouer dans le sous-texte.»

Questionnée sur le choix de Sophie, Julie Hivon répond: «Je voyais Lily comme un personnage lumineux avec de la candeur, dit-elle. Sophie dégage ça: un mélange de spontanéité et de force vive. Elle était aussi capable de jouer dans la fragilité.»

En compagnie de la scénariste Guylaine Bachand, avec qui elle a travaillé sur certains épisodes de la série Toute la vérité, Julie Hivon planche maintenant sur un autre projet de film campé à Granby et dont les héros seront à nouveau des jeunes dans la vingtaine. Intitulé Qu'est-ce que tu deviens?, le projet porte sur l'histoire d'une vedette déchue du monde du hockey qui doit se trouver un plan B.

Ce sera une comédie romantique, assure la réalisatrice qui, avec la sortie de Qu'est-ce qu'on fait ici?, tourne la page sur un segment de sa vie. «Je ne l'ai pas réalisé au départ, mais en tournant ce film, j'ai fait le deuil de choses que je traînais depuis longtemps. D'une certaine façon, faire ce film m'a laissée en paix.»

Comme on dit: promesse tenue.

______________________________________________________________________________

Qu'est-ce qu'on fait ici? prend l'affiche le 26 septembre.

Ils ont dit...

Guylaine Tremblay (Nicole)

«J'adore Nicole! Je ferais un film juste avec elle. J'adore ce genre de femme qui a, malgré tout, foi en la vie. En amour, elle se pète la gueule, mais c'est pas grave, elle recommence! C'est une battante, une femme avec un front de boeuf. Elle s'habille plus jeune que son âge, elle se fout des diktats de la mode, etc. Ce sont des femmes hyper intéressantes à jouer. Je l'ai interprétée comme quelqu'un qui se dit: si tu ne te bats pas dans la vie, tu vas te faire écraser. Je viens d'un milieu ouvrier et j'en ai vu des femmes comme ça, qui attaquent presque avant d'être attaquées. Parce que la vie est dure. Elles le savent, mais en même temps, elles sont remplies d'humour, savent rire. Ce sont des femmes entières.»

Maxime Dumontier (Max)

«J'ai joué dans le film précédent de Julie Hivon, Tromper le silence. À la base, ce sont deux films complètement différents, mais Julie et moi travaillons bien ensemble. Nous n'avons pas besoin de nous dire grand-chose pour nous comprendre. Ici, mon personnage de Max est le gars qui suit la vague. Ce n'est pas un leader. C'est son ami Yan qui l'était et sa mort affecte grandement Max. Je pense que Max et Lily (Sophie Desmarais), qui sont frère et soeur dans le film, sont les plus affectés par la mort de Yan puisqu'ils étaient son meilleur ami et sa blonde.»

Joëlle Paré-Beaulieu (Roxanne)

«La mort subite de Yan crée un vide dans le groupe, mais elle va aussi leur donner un rebond nécessaire. Une fois Yan disparu, tous se demandent: qui suis-je sans lui? Du deuil émergera la lumière. Dans le cas de Roxanne, ce sera dans son rapport à son corps. Roxanne montre toujours une couche de fille dure. C'est l'amie de tout le monde qui tire au poignet avec les gars pour ne pas montrer sa fragilité. Son talon d'Achille, c'est son rapport à son corps comme lui montre sa mère Nicole.»

Charles-Alexandre Dubé (Simon)

«Dans le film, nous formons un gang d'amis qui traverse un deuil, mais le tout est axé sur l'aspect positif de la chose. Il y a plein de lumière dans ce film. Par contre, pour mon personnage de Simon, ce chemin vers la lumière est long. Simon garde tout à l'intérieur de lui-même. Il veut rester fort et ne veut pas croire que la mort de son ami Yan l'affecte. Ce qui est pourtant le cas. Le seul être à qui il se confie est son gorille.»




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Sophie Desmarais: la moderne romantique

    Entrevues

    Sophie Desmarais: la moderne romantique

    Si vous tapez le nom de l'actrice Sophie Desmarais sur l'internet, vous risquez d'apprendre qu'elle est la fille de Paul Desmarais, que le prénom de... »

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer