En DVD

Le Prix à payer

Le Prix à payer

The Price We Pay

Résumé

En 1066, alors que Guillaume le Conquérant devient roi d'Angleterre, la City de Londres, qui a résisté à l'envahisseur normand, obtient un statut fiscal et politique particulier. Au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, la City, qui n'occupe qu'un kilomètre carré de l'actuelle ville de Londres, est devenue le plus grand centre financier de l'Europe. Et pour asseoir son hégémonie mondiale, elle a instauré à l'intention des multinationales et des grandes fortunes de la planète un vaste système de paradis fiscaux dans les anciennes colonies de l'empire britannique, dont l'île de Jersey, les Bahamas, les Bermudes et les îles Caïman. Aujourd'hui, on estime que l'évitement fiscal prive les gouvernements de 32 mille milliards de dollars de revenus, obligeant les dirigeants à surtaxer la classe moyenne et à couper dans les programmes sociaux. Dans le but de mieux redistribuer la richesse et de discipliner le secteur de la haute finance, des experts prônent une transformation radicale des législations fiscales à l'échelle mondiale, ainsi que l'instauration d'une taxe sur les transactions boursières.

Cote La Presse

3/5

Votre cote 18 votes

4.5/5

Fermer X

Bande-annonce de Le Prix à payer

Vous avez vu le film?
Faites-nous part de vos commentaires

COTEZ CE FILM

Légende

  • 5 etoile - exceptionnel
  • 4 etoile - Très bon
  • 3 etoile - Bon
  • 2 etoile - Passable
  • 1 etoile - À éviter

DÉTAILS

Date de sortie : 2015-03-13

Classement : Général

Pays : Canada

Distributeur : Filmoption International

Date de sortie en DVD : 2015-10-27

Genre : Documentaire

Durée : 93 min.

Année : 2014

Site officiel

GÉNÉRIQUE

Réalisation : Harold Crooks

Montage : Louis-Martin Paradis

Scénario : Harold Crooks,Brigitte Alepin

Production : Nathalie Barton

Photographie : Alex Margineanu,Dylan Verrechia

Musique : Ramachandra Borcar

D'après le livre de : Brigitte Alepin

ACTEURS

Critique

Le prix à payer: pour quelques (milliards de) dollars de plus...

André 
André Duchesne

On dit que l'argent n'a pas d'odeur. Il ne semble pas avoir non plus de domicile fixe. Sinon dans la poche, virtuelle, des riches.

Et de l'argent, dans ces cas-là, il y en a beaucoup, avec des tonnes de zéros avant le point. De l'argent qui transite d'un disque dur à un autre par des réseaux numériques très secrets dans des endroits singuliers, par leur géographie ou leur définition légale.

Vous pensez aux paradis fiscaux? Bravo, vous gagnez! Gagnez quoi? Rien. Parce que n'y entre pas qui veut, n'y fait pas des affaires qui veut, comme le montre Le prix à payer, documentaire-choc de Harold Crooks qui fait un tabac partout où il passe.

Il est facile de comprendre pourquoi. Dans la foulée de Survivre au progrès, film que Crooks avait coréalisé il y a deux ans avec Mathieu Roy, Le prix à payer est du travail bien fait.

Très documenté, solide, bien écrit, bien construit, le documentaire nous raconte comment, chaque année, des dizaines, voire des centaines de milliards de dollars échappent au fisc pour se retrouver entre les mains de sociétés offshore contrôlées par un minimum de gens.

L'exemple le plus parfait saute aux yeux, puisqu'il s'agit de la City. Le film nous explique comment, pour des raisons historiques fascinantes, le quartier londonien de la finance échappe encore aujourd'hui aux lois fiscales.

Crooks puise essentiellement son information auprès de deux sources. D'abord des experts. Nombreux, érudits, bardés de diplômes, les gens qu'il interviewe ne pellettent pas de nuages. Mais on aime encore plus la deuxième source du film, à savoir des extraits filmés de gestionnaires d'entreprises passant à la casserole de commissions parlementaires. Ici, certains reçoivent d'incroyables volées de bois vert.

Davantage destiné à enseigner qu'à éblouir, Le prix à payer a cependant les défauts de ses qualités. Didactique, le film l'est d'un bout à l'autre. On ne s'éloigne jamais longtemps de l'entrevue classique, de sorte que l'ensemble a les allures d'une belle ligne d'horizon absente de relief et qu'on se lasse de regarder.

On aurait aussi aimé plus de diversité dans les interventions. Dans le cas présent, trop d'opinions du même bord fait un peu manichéen. Ce qui agace.

On aurait aimé entendre d'autres politiciens que ceux apparaissant dans les extraits filmés en commission politique. Peut-être avaient-ils de bonnes raisons d'être absents? Après tout, comme le dit le film, ceux qui croient gouverner les mains libres ne veulent pas voir qu'ils sont limités par le système financier international.
* * *
Le prix à payer. Documentaire de Harold Crooks. 1h33.

publicité

Commentaires Faites-nous part de vos commentaires >

Commentaire (0)

Commenter cet article »

À vous de lancer la discussion!

Soyez la première personne à commenter cet article.

Commenter cet article

Vous désirez commenter cet article? Ouvrez une session | Inscrivez-vous

 

Veuillez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité