À l'horaire

Modifier Localisation :
Montréal
>

Les cinémas

ou

Les films

     
    ou
    Fermer X

    Désolé! Nous ne pouvons vous localiser.

    Suggestions:
    1- Vérifiez l'orthographe
    2- Entrez un code postal
    3- Entrez le nom d'une ville
    4- Entrez une adresse

     

    Absences

    Absences

    Résumé

    Devant sa mère atteinte de la maladie d'Alzheimer, Carole Laganière éprouve un triste sentiment d'abandon. Pour mieux le comprendre, la cinéaste est allée au devant de personnes qui sont elles aussi confrontées au phénomène de la perte, du vide, de l'absence. Nathalie, une jeune Québécoise, quadrille la ville de Toronto à la recherche de sa soeur disparue il y a quatre ans. Ines, une immigrante croate, retourne dans son pays avec l'espoir de retrouver sa mère, qui avait abandonné sa famille durant la guerre en 1993. Deni, un écrivain élevé aux États-Unis par son père excentrique, part en quête de ses racines en Gaspésie.

    Cote La Presse

    3/5

    Votre cote 14 votes

    3.7/5

    Fermer X

    Bande-annonce de Absences

    Vous avez vu le film?
    Faites-nous part de vos commentaires

    COTEZ CE FILM

    Légende

    • 5 etoile - exceptionnel
    • 4 etoile - Très bon
    • 3 etoile - Bon
    • 2 etoile - Passable
    • 1 etoile - À éviter

    DÉTAILS

    Date de sortie : 2013-09-20

    Classement : Général

    Pays : Canada

    Distributeur : ONF

    Date de sortie en DVD : n.d.

    Genre : Documentaire

    Durée : 75 min.

    Année : 2013

    Site officiel: n.d.

    GÉNÉRIQUE

    Réalisation : Carole Laganière

    Montage : Aube Foglia

    Scénario : Carole Laganière

    Production : Colette Loumède

    Photographie : Dominic Dorval

    Musique : Luc Sicard

    ACTEURS

    Critique

    Absences : à la recherche du temps perdu

    Luc 
    Luc Boulanger

    «L'Enfer, c'est l'absence», a écrit Paul Verlaine. Dans son plus récent documentaire, Absences, la réalisatrice Carole Laganière conjugue l'absence en quatre temps, ou plutôt avec quatre mots : Alzheimer, abandon, fuite et disparition.

    D'abord, l'abandon maternel vécu par Ines. Sa mère a quitté le foyer, du jour au lendemain, durant la guerre en Croatie, lorsqu'elle n'avait que 9 ans. Puis, le père fugitif et délinquant de l'écrivain Deni Y. Béchard, qui lui disait qu'il était «voleur de banque». Jeune, son père a coupé les ponts avec famille et patrie, avant de se suicider, comme pour mieux effacer ses origines. L'autre vide, c'est celui de la soeur de Nathalie, disparue voilà cinq ans sans laisser d'adresse et qu'elle recherche depuis. Finalement, il y a les absences de plus en plus troublantes de la mère de la réalisatrice, atteinte de la maladie d'Alzheimer.

    Quatre destins qui s'entrecroisent. Quatre quêtes de soi à travers la perte d'un être cher. Quatre volontés de laisser sa trace sur le chemin fuyant de la vie.

    Bien sûr, la matière du film de Laganière, produit par l'ONF, est lourde, chargée du poids des blessures infligées par ces absences sur les protagonistes. Mais les images font contrepoids à cette charge émotive. Elles sont d'une belle douceur : le littoral de la mer Adriatique ; les paysages sauvages de la Gaspésie ; la beauté des rues illuminées du centre-ville de Toronto, la nuit ; les nuages qui valsent dans le ciel au-dessus de Montréal. La cinéaste fait défiler ces différents panoramas, tandis qu'elle tente de coller les pans du passé. Et reconstruire ces existences brisées.

    Deni semble s'en sortir le mieux, à travers l'écriture et la découverte de sa famille gaspésienne. Il faut voir l'auteur tenir la main de sa grand-mère de 104 ans (!) et lui poser, avec une infinie tendresse, des questions sur son père. Ines retrouvera sa mère en Croatie. Mais elle rentrera au Québec sans avoir résolu son drame personnel. Nathalie poursuivra ses recherches en Ontario...

    Enfin, avec son film, Carole Laganière ne redonne pas la mémoire à sa mère, mais elle l'immortalise avec ses images, des images qui dévoilent une vieille femme à la fois lucide et perdue. Comme dans cette magnifique scène finale où la réalisatrice est couchée dans un lit avec sa mère. On les voit côte à côte, en plan serré, visages perdus dans leurs pensées lointaines. Soudainement, la fille dit à sa mère :

    « J'ai peur...

    T'as peur de quoi ?

    J'ai peur qu'un jour, tu ne me reconnaisses plus... »

    Sur ce, cette mère malade fait ce que toute bonne mère ferait : elle tente de rassurer et de réconforter sa fille.

    Bouleversant.

    * * * 1/2

    Absences. Documentaire de Carole Laganière. 1 h 15.

    publicité

    Commentaires Faites-nous part de vos commentaires >

    Commentaire (0)

    Commenter cet article »

    À vous de lancer la discussion!

    Soyez la première personne à commenter cet article.

    Commenter cet article

    Vous désirez commenter cet article? Ouvrez une session | Inscrivez-vous

     

    Veuillez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

    publicité

    10164:liste;1909714:box; 300_cinemaStandard.tpl:file;

    Critiques >

    publicité

    publicité

    la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

    publicité

    Autres contenus populaires