En DVD

Donneur anonyme

Donneur anonyme

Delivery Man

Résumé

Au moment où sa petite amie Emma lui annonce qu'elle souhaite poursuivre seule sa grossesse, David Wozniak, quadragénaire immature ayant fait de nombreux dons de sperme dans sa jeunesse, apprend que 142 de ses 533 enfants biologiques veulent faire lever juridiquement la clause d'anonymat. Son ami Brett, avocat médiocre, lui fait promettre de ne pas ouvrir l'enveloppe contenant le dossier de chacun des plaignants. Mais sa curiosité prend le dessus. Au risque de négliger son travail de livreur pour la boucherie de son père, David se renseigne sur chacun de ses enfants biologiques, leur rend visite incognito et va même jusqu'à s'improviser ange gardien auprès d'eux. Pendant ce temps, la presse fait ses choux gras de l'affaire Starbuck, surnom donné à David dans les médias. Ce dernier tremble devant la perspective d'être démasqué. Et plus encore à l'idée qu'Emma ne découvre le pot aux roses.

Cote La Presse

3.5/5

Votre cote 32 votes

3.1/5

Fermer X

Bande-annonce de Donneur anonyme

Vous avez vu le film?
Faites-nous part de vos commentaires

COTEZ CE FILM

Légende

  • 5 etoile - exceptionnel
  • 4 etoile - Très bon
  • 3 etoile - Bon
  • 2 etoile - Passable
  • 1 etoile - À éviter

DÉTAILS

Date de sortie : 2013-11-22

Classement : Général

Pays : États-Unis

Distributeur : Buena Vista

Date de sortie en DVD : 2014-03-25

Genre : Comédie dramatique

Durée : 105 min.

Année : 2013

Site officiel: n.d.

GÉNÉRIQUE

Réalisation : Ken Scott

Montage : Priscilla Nedd-Friendly

Scénario : Ken Scott

Photographie : Eric Alan Edwards

Musique : Jon Brion

ACTEURS

Vince VaughnChris PrattCobie SmuldersBritt RobertsonBobby MoynihanJack Reynor

Critique

Delivery Man : copie conforme

Marc-André 
Marc-André Lussier

Il est bien difficile de dire si le Delivery Man de Ken Scott est supérieur ou inférieur au Starbuck de Ken Scott. En vérité, il n'y a pratiquement pas de différences marquantes entre les deux films. On y trouve exactement le même dosage de comédie et de tendresse non affectée. Puisque le film original était très bon, on peut en dire autant de ce remake. La question est maintenant de savoir si le public québécois sera intéressé par un film qu'il connaît déjà très bien, et qu'il aura carrément l'impression, dans ce cas-ci, de revoir une nouvelle fois.

C'est dire qu'on se retrouve ici devant le même cas de figure que pour The Grand Seduction, remake canadien de La grande séduction (dont le scénario est aussi écrit par Ken Scott). Lancé récemment au festival de Toronto, le film de Don McKellar, qui sortira en 2014, est aussi une copie conforme de l'original.

Respect du film original

Dans le cas de Delivery Man (Donneur anonyme en version française), le «produit» n'est pas du tout dénaturé par le changement de lieu et de langue. À cet égard, il convient de souligner que, dans cette production américaine chapeautée par Steven Spielberg, les mêmes artisans reprennent du service sur le plan créatif et occupent les postes clés. Ken Scott, l'un des rares cinéastes à qui l'on a donné la chance de refaire lui-même son propre film, est à la réalisation et à l'écriture; André Rouleau est à la production; et Martin Petit est crédité en tant que coscénariste du film d'origine.

Vince Vaughn, un verbomoteur qui peut parfois se laisser aller à l'excès s'il n'est pas retenu dans ses élans, offre cette fois une performance sobre et sensible dans le rôle de David Wosniak. Ce modeste livreur d'une grande boucherie familiale, immature et criblé de dettes, voit un jour son passé de frénétique donneur anonyme de sperme le rattraper. Parmi les 533 enfants engendrés à cause d'une erreur de la clinique de fertilité, 142 d'entre eux - tous de jeunes adultes - réclament maintenant la levée de la clause d'anonymat et entreprennent une action en justice.

Vous connaissez la suite. Même si l'on connaît déjà l'histoire par coeur, l'on se surprend parfois quand même à se laisser gagner par l'émotion qui en émane. Celle-ci est d'autant plus sincère qu'elle surgit au détour de situations touchantes sur lesquelles on n'appuie pourtant jamais trop. À cet égard, on a su éviter la dose fatale de sirop hollywoodien.

Une réussite dans les circonstances

Cela dit, même si ce remake est une réussite dans les circonstances, on lui préférera quand même toujours le Starbuck original. Chris Pratt (Parks and Recreation) fait du bon boulot, mais il ne peut faire oublier - à l'impossible nul n'est tenu - l'irrésistible Antoine Bertrand. Et même si le choix musical est conséquent, il manque aussi la douce mélancolie de Quelque part, la charmante chanson de Caracol...

* * * 1/2

Delivery Man (Donneur anonyme). Comédie romantique de Ken Scott. Avec Vince Vaughn, Chris Pratt, Cobie Smulders. 1h43.

publicité

Commentaires ( 1 ) Faites-nous part de vos commentaires >

Commentaire (1)

Commenter cet article »

  • C'Est pas comme Starbuck le film sa.

Commenter cet article

Vous désirez commenter cet article? Ouvrez une session | Inscrivez-vous

 

Veuillez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité