À l'horaire

Modifier Localisation :
Montréal
>

Les cinémas

ou

Les films

       
      ou
      Fermer X

      Désolé! Nous ne pouvons vous localiser.

      Suggestions:
      1- Vérifiez l'orthographe
      2- Entrez un code postal
      3- Entrez le nom d'une ville
      4- Entrez une adresse

      En DVD

      Transe

      Trance

      Résumé

      Commissaire-priseur criblé de dettes de jeux, Simon organise le vol d'un tableau de Goya durant une vente aux enchères à Londres, avec l'aide des hommes de Franck, un gangster français. Durement frappé à la tête à la suite de l'opération, Simon reprend conscience, mais sans parvenir à se rappeler du lieu où il a caché la toile. Appelée à la rescousse par Franck, qui lui consent une part importante du butin, l'hypnothérapeute Elizabeth s'efforce de sonder la mémoire de Simon, mais la précieuse information refuse de remonter à la surface. La mission de la jeune femme se complique davantage lorsque le commissaire-priseur tombe éperdument amoureux d'elle.

      Cote La Presse

      3/5

      Votre cote 12 votes

      3.1/5

      Fermer X

      Bande-annonce de Transe

      Vous avez vu le film?
      Faites-nous part de vos commentaires

      COTEZ CE FILM

      Légende

      • 5 etoile - exceptionnel
      • 4 etoile - Très bon
      • 3 etoile - Bon
      • 2 etoile - Passable
      • 1 etoile - À éviter

      DÉTAILS

      Date de sortie : 2013-04-12

      Classement : 13 ans + (violence, érotisme)

      Pays : Grande-Bretagne

      Distributeur : Fox Searchlight

      Date de sortie en DVD : 2013-07-23

      Genre : Thriller

      Durée : 104 min.

      Année : 2013

      Site officiel

      GÉNÉRIQUE

      Réalisation : Danny Boyle

      Montage : Jon Harris

      Scénario : Joe Ahearne,John Hodge

      Photographie : Anthony Dod Mantle

      Musique : Rick Smith

      ACTEURS

      James McAvoyVincent CasselRosario DawsonTuppence MiddletonDanny SapaniSam CreedMatt CrossWahab Sheikh

      Critique

      Trance : un bel emballage, mais rien de transcendant...

      Marc-André 
      Marc-André Lussier

      Au chapitre de la vraisemblance, le récit de Trance ne tient pas la route une seule seconde. Le nouveau film de Danny Boyle séduit pourtant par son style, son rythme, son emballage visuel et musical, par la qualité de ses interprètes. Sans jamais se prendre au sérieux, le réalisateur de Slumdog Millionaire s'immisce dans le film noir en s'amusant comme un gamin. Son plaisir est communicatif.

      Un téléfilm de Joe Ahearne, produit en 2001, a servi de base au scénario que John Hodge, le complice des débuts, a pondu en gardant à l'esprit les films concoctés par le duo au cours des années 90. À cet égard, Danny Boyle renoue avec un genre qui l'a imposé à l'époque de Shallow Grave (Petits meurtres entre amis).

      Commençant par une narration au cours de laquelle Simon (James McAvoy) explique au spectateur les rudiments de l'art du vol de tableaux de grands maîtres, le récit suivra justement les péripéties d'un crime dont la tournure est plutôt inattendue. Complice du gang qui dérobe au cours d'une enchère une toile de Francesco Goya évaluée à plus de 25 millions de dollars, le jeune commissaire-priseur reçoit pendant l'opération un violent coup à la tête. À son réveil, il n'a plus le moindre souvenir de l'endroit où il a caché le fameux tableau.

      À partir de là, ce thriller à la fois violent et sexy emprunte de (trop) nombreuses pistes, multiplie les rebondissements, et entraîne le spectateur dans un labyrinthe émotif parfois frustrant. Le chef de gang Franck (Vincent Cassel) ayant fait appel à une spécialiste de l'hypnose (Rosario Dawson) pour aider son expert à retrouver la mémoire, le scénariste s'est visiblement autorisé à en rajouter au rayon des imbroglios.

      Cela dit, on prendra néanmoins plaisir à voir Trance. La réalisation de Danny Boyle impressionne. Et le trio de pointe, formé d'acteurs issus d'univers très différents les uns des autres, fonctionne à merveille.

      Pour l'instant, Trance est à l'affiche en version originale anglaise seulement.

      * * *
      Trance. Suspense réalisé par Danny Boyle. Avec James McAvoy, Vincent Cassel, Rosario Dawson. 1h41.

      Trance: la grande illusion

      Éric 
      Éric Moreault

      Il aurait été sacrilège si Québec n'avait pas eu la chance de voir Trance, le très bon nouveau long métrage de Danny Boyle (Trainspotting, 127 heures). Le réalisateur s'est éclaté avec ce film noir, tant sur le fond que la forme, qui s'amuse à jouer sur les perceptions entre le réel et le rêve. Trance prend prétexte d'un vol qui tourne mal pour nous obliger à faire face aux pulsions et perversions qui nous habitent: désir, luxure, convoitise...

      Le film noir est habituellement un suspense psychologique qui mise sur un pauvre type empêtré dans une situation hors de son contrôle. C'est le cas de Simon (James McAvoy), un encanteur entraîné dans un audacieux braquage d'un tableau de Goya - filmé avec maestria par le réalisateur. Mais tout ne se déroule pas comme prévu pour les voleurs. Le chef de bande (très bon Vincent Cassel) réclame son dû à un Simon devenu amnésique. La bande fait appel à Elizabeth Lamb (Rosario Dawson vue dans Sin City et Sept vies) pour qu'elle exerce ses talents... d'hypnotiseur et retrouve le tableau caché par Simon.

      En vérité, Trance tourne autour de cette magnifique femme fatale qui manipule ces hommes primaires. N'est pas l'agneau qui on pense! Ce qui permet à Boyle et ses scénaristes d'aborder les thèmes propres au genre: le crime, la trahison, la jalousie, la manipulation, l'identité... Et par la bande, toute la question des phobies et du pouvoir de suggestion.

      Sur le plan formel, le film noir présente un univers distordu et urbain, aux éclairages expressionnistes qui jouent sur les clairs-obscurs. C'est le cas ici. Boyle s'en sert particulièrement dans les séances d'hypnose ou du moins celles qu'il présente comme telles aux spectateurs. Il va - évidemment - s'amuser à brouiller les pistes pour nous faire perdre nos repères. Qu'est-ce qui est «réel» et qu'est-ce qui relève de l'imaginaire quand Simon revit le vol? S'agit-il de sa vision des choses ou de celle d'un autre protagoniste?

      Nous sommes comme Simon aspirés dans un vortex où le tourbillon nous empêche de distinguer avec précision vers où nous sommes entraînés. Et quand nous immergeons et que le portrait se précise, la surprise nous laisse pantois.

      Danny Boyle s'est, de toute évidence, fait plaisir en tournant ce film. Il renoue ainsi avec l'esthétique de ses débuts, particulièrement celle du tordu et très réussi Shallow Grave (Petits meurtres entre amis, 1994). Ce qui veut dire qu'il force parfois un peu sur la violence gratuite - avis aux coeurs sensibles. Le film aurait gagné en force si le réalisateur avait suggéré plutôt que montré. Mais ça demeure une belle expérience de cinéma.

      Danny Boyle démontre son habituelle virtuosité cinématographique pour nous faire entrer dans un univers de violence à fleur de peau, de séduction et d'humour... noir, bien entendu!

      La structure du film - et son montage - peut nous faire penser à Memento. Mais tout le film se résume à une seule question: se souvenir ou pas?

      Le film est présenté seulement en version originale anglaise.

      On aime : la virtuosité cinématographique, le montage, l'électro bande sonore de Rick Smith.

      On n'aime pas : la violence gratuite.

      publicité

      Commentaires ( 2 ) Faites-nous part de vos commentaires >

      Commentaires (2)

      Commenter cet article »

      • un film d'une bonne "facture" cinématographique "malgré quelques invraisemblances dans le scenario..C'est pas mauvais mais ce n'est pas excellent non plus ..vous pouvez bien regarder ce film assis dans votre salon..sorti en DVD..

      • Comme j'avais dû faire 40km pour aller voir The Great Gatsby en version original anglaise "NON 3D" et que la salle était pleine à mon arrivé, j'ai décidé (tant qu'à être là) d'aller voir ce film, Trance, que j'avais pourtant décliné préalablement en voyant la BA.
        Malgré le fait que j'aime bien Cassel et que j'avais bien aimé les 2 derniers de D. Boyle, j'aurais dû rester fidèle à ma première impression et passer mon tour. Quel mauvais film. l'histoire ne tient pas la route une seconde. Un tableau de plusieurs millions de dollars plié mal traité et inséré dans un veston. C'est n'importe quoi. Rosario Dawson (Elisabeth) est complètement à côté de la trac avec son jeu de mme attitude. Ce film se cherche et part dans tout les directions sans jamais qu'on y croit. Soudain on apprend que tout le monde avaient planifié ce coup, tant les bandits que le bon et la "pas rapport". En faite ce film est un ode de l'hypnose. Allez donc voir Mesmer, vous risquez de passer un meilleur moment.
        NB. La salle de Gatsby 3D n'était pas rempli, mais il était hors de question que j'aille à Disney World ce soir, comme tout les autres soirs d'ailleurs. Cherchez donc a savoir pourquoi on s'entête à nous proposé des films 3D alors que les gens préfèrent le 2D? J'ai hâte que cette mauvaise vague soit passée.

      Commenter cet article

      Vous désirez commenter cet article? Ouvrez une session | Inscrivez-vous

       

      Veuillez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

      publicité

      10164:liste;1909714:box; 300_cinemaStandard.tpl:file;

      Critiques >

      publicité

      publicité

      la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

      publicité

      Autres contenus populaires