À l'horaire

Modifier Localisation :
Montréal
>

Les cinémas

ou

Les films

       
      ou
      Fermer X

      Désolé! Nous ne pouvons vous localiser.

      Suggestions:
      1- Vérifiez l'orthographe
      2- Entrez un code postal
      3- Entrez le nom d'une ville
      4- Entrez une adresse

      En DVD

      L' Oubli

      Oblivion

      Résumé

      2077. L'humanité a vaincu des envahisseurs extraterrestres, les Scavengers, qui avaient auparavant réussi à détruire la Lune. Au terme des combats cependant, la planète ravagée, rongée par la radioactivité, est devenue inhabitable. De sorte que les hommes et femmes toujours vivants s'apprêtent à émigrer sur Titan, satellite de Saturne. Avant de partir, Jack Harper doit, sous la supervision de sa compagne Vicka, compléter une dernière mission sur Terre: réparer les drones, objets volants programmés pour tuer les Scavengers. Lesquels, poursuivant la guerilla, sabotent le processus de conversion de l'eau en hydrogène, source d'énergie nécessaire à l'expédition vers Titan. Or, Jack remet en question son départ et ses allégeances passées lorsqu'il sauve la vie de Julia, une astronaute qui était en état d'hibernation depuis soixante ans. Car bien que sa mémoire et celle de Vicka aient été effacées par leurs supérieurs, le réparateur de drones reconnaît en cette jeune rescapée la femme qui hante ses rêves.

      Cote La Presse

      2.5/5

      Votre cote 168 votes

      3.5/5

      Fermer X

      Bande-annonce de L' Oubli

      Vous avez vu le film?
      Faites-nous part de vos commentaires

      COTEZ CE FILM

      Légende

      • 5 etoile - exceptionnel
      • 4 etoile - Très bon
      • 3 etoile - Bon
      • 2 etoile - Passable
      • 1 etoile - À éviter

      DÉTAILS

      Date de sortie : 2013-04-19

      Classement : Général (déconseillé aux jeunes enfants)

      Pays : États-Unis

      Distributeur : Universal

      Date de sortie en DVD : 2013-08-06

      Genre : Science-fiction

      Durée : 124 min.

      Année : 2013

      Site officiel

      GÉNÉRIQUE

      Réalisation : Joseph Kosinski

      Montage : Richard Francis-Bruce

      Scénario : Joseph Kosinski,Michael Arndt,Karl Gajdusek

      Photographie : Claudio Miranda

      Musique :  M.8.3,Anthony Gonzalez

      D'après l'oeuvre de : Joseph Kosinski

      ACTEURS

      Morgan FreemanOlga KurylenkoTom CruiseMelissa LeoAndrea RiseboroughZoe BellNikolaj Coster-Waldau

      Critique

      Oblivion : terre champ de bataille

      Aleksi K. 
      Aleksi K. Lepage

      Se dégage de cette espèce d'opérette techno un agréable parfum kitsch, et la présence de Tom Cruise ajoute au charme insolite, voire franchement psychotronique, de l'ensemble: on connaît les penchants ésotériques de Cruise, fidèle aux enseignements de L.Ron Hubbard, père de l'Église de la Scientologie et auteur d'une série de romans bizarres.

      On ne vous embarrassera pas trop avec les tenants, et encore moins les aboutissants, de cette histoire tordue en tous sens, tirée d'une bande dessinée de Kosinski lui-même. Nous sommes dans le futur, notre planète est dévastée et abandonnée à la suite de la destruction de l'astre lunaire, les survivants sont déplacés ailleurs dans le cosmos.

      Il faut, pour en jouir pleinement sans se casser la tête, prendre Oblivion comme un show, comme un défilé de mode. Les décors, les costumes, les innombrables objets et machines futuristes (des armes aux véhicules, passant par le mobilier et la garde-robe) sont admirablement conçus. Et la musique originale est à l'avenant. Les acteurs et actrices, tous, Tom Cruise le premier, interprétant des personnages totalement dénués de caractère et d'intensité, sont ici relégués au second plan dans ce film visuellement hallucinant mais au scénario prétentieux. On en sort avec en tête l'idée d'un improbable mélange de Planet of the Apes, Battlefield Earth, Minority Report et Wall-E...

      * * 1/2
      Oblivion. Science-fiction de Joseph Kosinski. Avec Tom Cruise, Morgan Freeman, Olga Kurylenko. 2h06.

      L'oubli: spectaculaire et intelligent

      Éric 
      Éric Moreault

      L'oubli (Oblivion) a clairement l'ambition de transcender son canevas de science-fiction pour rejoindre un public plus exigeant que celui du genre. Même s'il n'y arrive pas, qu'il multiplie les clins d'oeil et emprunte même des thèmes et des éléments narratifs à des films similaires, le spectaculaire long métrage de Joseph Kosinski est une aventure cinématographique qui nous rive à notre siège.

      L'oubli est le genre de film qu'on peut facilement descendre en flammes si on s'attarde à ses défauts. En commençant par Tom Cruise qui prouve, encore une fois, qu'il a trois mimiques dans son jeu et un niveau d'expressivité proche du zéro absolu. Mais l'acteur évolue dans un genre qui le sert bien, avec un jeu très physique. En fait, cette fois, c'est la facture même du film et son thème de déshumanisation qui poussent à une certaine inexpressivité, beaucoup mieux rendue d'ailleurs par Andrea Riseborough - à la Julianne Moore.

      On peut aussi souligner que le long métrage ressemble à une courtepointe de références dont les coutures sont apparentes - tellement nombreuses, en fait, qu'on manquerait d'espace ici pour toutes les énumérer. Tout en remarquant que le résultat ne jure pas trop et que le film a sa propre esthétique, composée d'images saisissantes d'une Terre postapocalyptique et d'un environnement sonore obsédant.

      Poursuivre ensuite en écrivant que L'oubli s'essouffle en deuxième partie quand il délaisse la science-fiction proprement dite pour se transformer en film d'action avec les scènes de pow-pow et d'explosions obligatoires. Tout en constatant l'efficacité et la virtuosité de certaines séquences.

      Et conclure que la finale se moque de l'intelligence du spectateur. Sur ce point, en effet, on n'y échappe pas. La dernière minute est de trop. Mais ça n'empêche pas tout le reste. À savoir, d'abord, que L'oubli joue adroitement sur les apparences.

      Quand le film débute, le spectateur fait la connaissance de Jack Harper (Cruise) et de sa technicienne aux communications, Victoria (Riseborough). Celui-ci répare les drones qui patrouillent la Terre ravagée, 60 ans après une attaque extraterrestre qui a mené à une guerre nucléaire. Puis la découverte d'un engin spatial et de sa mystérieuse passagère (Olga Kourylenko) commence à lui faire remettre en question ce qu'il sait de sa mission, de la guerre et de lui-même. D'autant que Harper a des réminiscences de cette femme et de New York à notre époque.

      L'air de rien, L'oubli aborde les questions d'identité, de mémoire et de souvenirs qui composent l'individualité. «Tu n'es pas qui tu crois être», comme dit Victoria. Ce qui fait notre spécificité est opposé aux dangers de confier son libre arbitre à des machines-robots (un thème récurrent en science-fiction).

      On s'entend, Joseph Kosinski (Tron: L'héritage) n'est pas Stanley Kubrick. Il insiste parfois lourdement. Ça va, mon vieux, on a compris avec les images. Pas besoin qu'un personnage nous l'explique. D'autant que ces interventions nuisent à la fluidité du long métrage. Mais il lui aurait été facile de perdre le contrôle de ce film ambitieux, tant sur le fond que la forme.

      Or, L'oubli est un film spectaculaire et, malgré tout, intelligent. On n'en attendait pas tant. Surtout avec Tom Cruise dans le rôle principal...

      On aime: la thématique, l'esthétique.

      On n'aime pas: Tom Cruise, la finale.

       

       

       

       

      publicité

      Commentaires ( 6 ) Faites-nous part de vos commentaires >

      Commentaires (6)

      Commenter cet article »

      • C'est avec une incompréhension amusé que je lis nos 2 cerbères s'attaquer à un vrai classique de Science-Fiction. Un vrai classique de Science-Fiction ne donne pas le sentiment au spectateur d'une psycho-sociale où il doit se reconnaître en Obi Wan Kenobi. Et sacré moé patience avec les ressemblances. Quelle critique facile de constater des ressemblances avec certains classiques du genre. Oblivion est un vrai film de Science-Fiction. Pour ceux qui mélange le genre, autant versé dans les galeries d'art ou les musées et y rester. Je donne un 4 pour Oblivion.

      • Quel MAUVAIS FILM! Tom Cruise sauve le monde qui ressemble à un gros AppleStore. Rien de nouveau ici. À ceux qui trouvent cela un chef-d'oeuvre, allez donc revoir des classiques comme Blade Runner. Ok le look est bien, donc belle emballage et cadeau de mauvaise qualité. **1/2 c'est généreux. Tom joue comme d'habitude, avec des yeux de poisson frit. Autant d'émotion qu'un clone... ouch!

      • J'ai l'impression que vous avez pas du tout regardé le même film que moi. Il est absolument absurde de donner ** 1/2 pour ce film. Il serait important de bien doser votre médicamentation avant de faire votre critique. C'est la première fois que je lis votre rubrique et j'avoue que je ne suis pas vraiment impressionné.
        Jean-Denis Gamache

      • Deux et demi ??!
        Cette histoire n'est pas 'tordue en tous sens' pour quiconque a un peu de culture SF. Au contraire, elle est ultra-classique et référentielle (Stanislam Lem, - la filière polonaise - Arthur C. Clarke).
        Le thème d'ubiquité et de mémoire génétique y est bien ficelé.
        OK : quelques coïncidences (notamment géographiques) intenables. Mais pas de là à gâcher la sauce.
        Et la bande son de M83 est à la hauteur de celle de Daft Punk (filière française) dans Tron : sublime.
        J'aime bien les critiques de M. Lepage en général, mais ici, désolé, il a raté un bon film...

      • J'ai des sentiments partagés sur ce film, mais je le recommande néanmoins.
        Oblivion est probablement l'un des films de science-fiction les plus achevés au plan de la cinématographie à ce jour. Aussi spectaculaire que l'était Tron: Legacy, sinon davantage. Juste pour les aspects visuels, le film vaut le prix d'entrée. Sur écran AVX le résultat est époustouflant.
        Il est vrai cependant que le scénario pourrait être amélioré. Les auteurs semblent vouloir développer une réflexion métaphysique, de type 'éveil'. Ç'aurait pu être intéressant, mais ils ont voulu trop en faire, ce qui nuit à la cohérence d'ensemble de l'histoire. Notamment, un aspect moins intéressant est l'accent technophobique qui ressort à l'occasion, trop souvent (i.e. la glorification nostalgique de 'l'époque des bâtons et des pierres', paradoxale pour un réalisateur/auteur qui est maître de l'imagerie informatisée...)
        Tom Cruise et Riseborough livrent une très belle performance à mon avis. Pour Kurylenko, ça laisse à désirer, tandis que Freeman ne joue qu'un rôle très mineur.
        Le film reste divertissant. Kosinski est un réalisateur talentueux qui est vivement le bienvenu dans le genre de la science-fiction, surtout s'il parvient à s'éloigner des clichés. Je ne regrette pas de l'avoir encouragé, et j'ai même hâte à son prochain film.
        Prédiction: Oblivion sera probablement le troisième meilleur film de science-fiction cette année (après Elysium et Star Trek: Into Darkness).

      • J'ai aimé ce film. Certes il faut porter attention mais il y a une histoire n'en déplaise certains. La fin est trop brusque et nous en savons peu sur l'origine des «méchants» pour ne pas vendre la mèche mais visuellement c'est un chef d'oeuvre. Cruise est entrain de devenir un icon des films de science-fiction.

      Commenter cet article

      Vous désirez commenter cet article? Ouvrez une session | Inscrivez-vous

       

      Veuillez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

      publicité

      10164:liste;1909714:box; 300_cinemaStandard.tpl:file;

      Critiques >

      publicité

      publicité

      la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

      publicité

      Autres contenus populaires