Un deuxième Plan B, mais à Radio-Canada

Plan B raconte l'éclosion et l'implosion du couple... (Photo fournie par Séries +)

Agrandir

Plan B raconte l'éclosion et l'implosion du couple de trentenaires formé par Philippe (Louis Morissette) et Évelyne (Magalie Lépine-Blondeau).

Photo fournie par Séries +

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Voici une nouvelle qui en réjouira plusieurs: l'agence Plan B repartira en affaires pour une deuxième saison. Non plus à Séries+, mais à ICI Radio-Canada Télé, là où la série devait voir le jour à l'origine. J'ai appris que KOTV est à l'étape du développement de nouveaux épisodes, avant d'obtenir le go du diffuseur public pour entrer en production.

Et cette fois, il n'y aura pas de suspense à savoir si Magalie Lépine-Blondeau sera de retour, puisqu'on ne parle pas vraiment d'une suite, mais d'une tout autre histoire. Aucun des acteurs de la première saison ne serait donc de la deuxième, pas plus Louis Morissette qu'Émile Proulx-Cloutier. Par contre, le concept de retour dans le temps, lui, demeure la trame principale.

> Commentez sur le blogue de Richard Therrien

Comme on l'avait évoqué, on s'intéressera cette fois au destin d'une femme dans la quarantaine, incapable de concilier sa vie familiale et sa carrière, et fera appel à l'agence Plan B pour réparer des erreurs du passé. Comme la première saison, qui comptait six épisodes, la seconde pourrait en avoir six ou sept.

Devant le succès public et critique de Plan B au printemps à Séries+, la direction de Radio-Canada s'en est mordu les doigts. L'ancienne directrice générale, Louise Lantagne, avait effectivement refusé le projet. «On préférait bâtir les cases horaires sur de longues périodes, pour fidéliser l'auditoire, ce qui n'était pas bête. Et sur papier, Plan B, ce n'est pas le concept le plus facile à lire», admet Louis Morissette, qui produit la série en plus d'avoir campé Philippe Girard dans la première saison.

Durant la diffusion de Plan B, Radio-Canada a donc vivement montré son intérêt pour une éventuelle deuxième saison, à un moment où Corus annonçait que Séries+ n'avait pas d'autre projet de série québécoise en chantier. «Je pense que Séries+ va revenir à la production originale, mais les enveloppes budgétaires ne sont pas encore sorties, et il n'y a pas de décisions prises. On a décidé d'aller de l'avant et ils nous ont gentiment donné le go pour aller ailleurs», relate Louis Morissette. N'empêche, pour Séries+, c'est une grosse perte, étant donné la qualité et le succès de l'oeuvre. Là aussi, on pourrait s'en mordre les doigts.

Cette annonce de deuxième saison arrive quelques jours après que le Festival de la fiction TV à La Rochelle eut décerné à Plan B le prix de la meilleure fiction francophone étrangère. «C'est une excellente nouvelle. Les prix, j'essaie de rester froid par rapport à ça. Mais dans ce cas-ci, ça peut vraiment nous aider pour les ventes à l'international. L'effet de levier est plus important quand vient le temps de négocier», affirme le producteur, qui a déjà toute une série de rendez-vous prévus avec des joueurs mondiaux au Mipcom à Cannes en octobre.

Le réalisateur et scénariste Jean-François Asselin et son coscénariste Jacques Drolet, qui étaient à La Rochelle pour recevoir le prestigieux prix, doivent rencontrer des producteurs à Paris pour l'adaptation française de la série. Louis Morissette insiste pour que le duo soit partie prenante de ce projet. «Le nerf de la guerre quand on vend une série à l'étranger, c'est de pouvoir garder le contrôle dessus. On a voulu adapter Les Simone là-bas, mais ça ne représentait pas exactement l'esprit de ce qu'on faisait ici. On a dû ralentir le processus pour retourner écrire. Je ne veux pas vivre ça avec Plan B

Louis Morissette fait le pari de convaincre les producteurs étrangers que la série doit profiter de l'expertise québécoise. «On a été sept ans en développement avec cette série, personne n'en voulait. On a écrit 10 fois une heure, après, on a voulu faire un film, on a tout fait avec ça. Ça a été long, mais heureusement, ça nous a permis de tester beaucoup de choses. Plan B, c'est un équilibre fragile entre ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas. Ce serait tentant de tomber dans un piège.»

Louis Morissette, qu'on a vu dimanche aux Gémeaux dans une parodie de Plan B, a trouvé le résultat très drôle. Véronique Cloutier et lui parviennent maintenant à rire des déboires de Votre beau programme, l'hiver dernier. «Dans la dernière émission, on a nous-mêmes fait une parodie de notre saison. Après tout, c'est juste de la TV. Quand c'est drôle, on rit.»

Impossible de dire quand la deuxième saison de Plan B arrivera sur nos écrans, si elle franchit l'étape du développement. «Je sens qu'ils ont un désir très fort de le faire, plus tôt que tard», dit toutefois Louis Morissette.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer