Décès de Luc Bondy: Yves Jacques pleure «un maître, un virtuose»

Luc Bondy, directeur du Théâtre de l'Odéon à... (PHOTO ALEXANDER KLEIN, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE)

Agrandir

Luc Bondy, directeur du Théâtre de l'Odéon à Paris, a succombé, samedi dernier à Zurich, à une pneumonie.

PHOTO ALEXANDER KLEIN, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Luc Boulanger
La Presse

«Dans ma carrière, trois metteurs en scène ont été capables de me sortir de ma zone de confort: André Brassard, Robert Lepage et Luc Bondy.»

Yves Jacques ne tarit pas d'éloges à propos de Luc Bondy, qui l'a dirigé à trois reprises au théâtre en France: «C'est un maître, un virtuose! Il m'a fait atteindre des notes que je n'avais jamais jouées avant au théâtre.» Le comédien a entre autres travaillé avec Luc Bondy en juin dernier, au Théâtre de l'Odéon.

Il a joué dans la production des Fausses confidences de Marivaux, dirigée par Bondy en 2014 et 2015. Jacques avec pour partenaires Isabelle Huppert, Louis Garrel, Bulle Ogier...

Au printemps dernier, Luc Bondy a troqué «l'habit de metteur en scène pour celui de réalisateur» pour la version filmée de la production, explique Jacques.

«La troupe tournait de jour dans tous les recoins de l'Odéon (coulisses, loges, foyer, etc.), puis, le soir, on jouait sur la scène la reprise de la pièce.» 

Le film est une fiction théâtrale produite par la chaîne Arte; il devrait être diffusé au Québec sur ARTV. Le montage n'est pas encore terminé, car Bondy, très malade, avait dû cesser le travail à l'automne. 

«Il adorait Lepage»

Yves Jacques a rencontré le regretté metteur en scène en 2007. Il défendait le Projet Andersen, pièce solo de Robert Lepage, au Festival de Vienne, dirigé par Bondy. «Il adorait le travail de Robert [Lepage], confie Yves Jacques. Il a programmé le spectacle dans son festival.»

Après la première, Bondy est venu féliciter Jacques, et il lui a offert un rôle dans une comédie de Labiche qu'il voulait monter. Mais le projet n'a pas vu le jour.

Cinq ans plus tard, le metteur en scène a rejoint Yves Jacques, en plein tournage de film à l'île de la Réunion, pour lui proposer le rôle de Dubois, le valet comploteur de Marivaux, au service d'une riche veuve jouée par Isabelle Huppert. «Durant les répétitions, Luc m'a dit que mon personnage était secrètement amoureux de Dorante [joué par Louis Garrel], ce qui donnait à Dubois un côté machiavélique.»

«Isabelle Hupert m'a téléphoné, dimanche, pour me dire à quel point Luc Bondy l'avait rendue heureuse pendant l'aventure des Fausses confidences, confie Yves Jacques. Un peu comme Brassard, en répétition, Bondy savait être à la fois rigoureux et doux avec les acteurs. Il pouvait nous amener ailleurs, dans des zones inexplorées, pour nous faire grandir comme interprètes. Un vrai maître qui a fait évoluer la pratique du théâtre.»

À l'Odéon de Paris, le comédien québécois Yves... (PHOTO PASCAL VICTOR, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE) - image 2.0

Agrandir

À l'Odéon de Paris, le comédien québécois Yves Jacques donne la réplique à Isabelle Huppert dans la production Les fausses confidences de Mariveau, dirigée par Luc Bondy en 2014 et 2015.

PHOTO PASCAL VICTOR, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Luc Bondy en six dates

17 juillet 1948: Naissance à Zurich, en Suisse. 

1971: Il met en scène ses premières pièces en Allemagne, dont Liberté à Brême du jeune réalisateur Rainer Werner Fassbinder.

1985: Il est nommé codirecteur de la prestigieuse compagnie berlinoise Schaubühne.

2003: Il prend la tête du Festival de Vienne. 

2012: Il est nommé directeur de l'Odéon-Théâtre de l'Europe, à Paris.

2015: Il monte Ivanov de Tchekhov, son ultime pièce, avec entre autres Yves Jacques.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer