Alain Trudel, le chef qui donne

Adolescent, Alain Trudel a livré le journal pendant... (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, archives LA PRESSE)

Agrandir

Adolescent, Alain Trudel a livré le journal pendant deux ans pour s'acheter un trombone. À partir de 15 ans, il jouait trois soirs par semaine au sein d'un big band dans un restaurant de Repentigny pour amener des sous à la maison.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, archives LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Caroline Rodgers

Collaboration spéciale

La Presse

La vie d'Alain Trudel est un roman. Derrière la calme assurance du chef d'orchestre qui fête ses 10 ans comme directeur artistique de l'Orchestre symphonique de Laval, les souvenirs de l'adolescent qui jouait du trombone dans une brasserie pour aider sa mère à payer les factures ne sont jamais loin. De cette vie qu'il a bien failli perdre, il a retenu le meilleur afin de distribuer autour de lui l'amour et la musique.

Alain Trudel a grandi sur le Plateau Mont-Royal à l'époque où le quartier était encore pauvre et violent. Ancienne chanteuse de cabaret, sa mère l'a élevé seule - son père, batteur de jazz, ayant quitté la maison. Adolescent, le futur maestro s'est initié à la musique en joignant les Rythmiks, ensemble de cuivres fondé par des bénévoles soucieux d'occuper les jeunes du quartier.

«Ces gens-là ont mis tellement de coeur, de patience et de temps à s'occuper de nous, raconte-t-il. Ils nous ont transmis leur envie de partager la musique avec tous et de continuer leur travail.»

La suite de son histoire semble tirée d'un film.

«J'ai eu plusieurs vies. J'ai été très connu comme tromboniste, mais, en parallèle, j'ai toujours dirigé, dès le secondaire. Comme on avait fermé mon école de quartier, je suis allé au programme de musique de l'école Joseph-François-Perrault. Ça a changé ma vie.

«Perrault a été une pépinière de talents, mais il y a une raison pour ça: on travaillait comme des fous. On avait l'harmonie à 7 h du matin, des sectionnelles le midi et l'orchestre après les cours. Je n'étais pas super bon, mais j'adorais la musique. En voyant que j'examinais toujours les partitions d'orchestre, mon professeur m'a proposé de diriger. À 15 ans, je dirigeais une fois par semaine.»

En même temps que Perreault, il fréquente le conservatoire.

«J'ai mangé de la musique depuis ce temps-là, ça n'a jamais arrêté. Ma mère étant malade, on n'avait pas d'argent. Je suis un vrai outsider dans le milieu classique.»

Adolescent, Alain Trudel a livré le journal pendant deux ans pour s'acheter un trombone. À partir de 15 ans, il jouait trois soirs par semaine au sein d'un big band dans un restaurant de Repentigny pour amener des sous à la maison, et dans toutes sortes de groupes. «J'entrais parfois par la porte de service, car étant mineur, je n'avais même pas le droit d'être là.»

De tromboniste à chef d'orchestre

Ces années de musique intensive l'ont amené à devenir un tromboniste phénoménal. À 17 ans, il se présente à l'audition internationale de l'Orchestre symphonique de Montréal pour le poste de premier trombone, parmi 80 candidats. Il joue si bien qu'il se rend en finale.

«Ils n'allaient pas nommer un gars de 17 ans premier trombone! Ils ne m'ont pas donné le poste, mais j'ai joué avec l'OSM en alternance avec l'autre finaliste, Dave Martin, pendant deux ans. J'ai continué à étudier les partitions d'orchestre. Je les apprenais toutes avant les répétitions.»

À 19 ans, le chef Franz-Paul Decker l'invite à jouer au sein de l'Orchestre symphonique de Barcelone. La même année, il gagne le Tremplin du Concours de musique du Canada et le Concours de l'OSM. Il joue partout, énormément, mais demeure fasciné par la direction.

«Je refusais des concerts pour étudier des partitions.»

Il dirige l'Orchestre des jeunes du Toronto Symphony Orchestra de 2004 à 2012, puis commence à faire le tour des orchestres canadiens comme chef invité.

La mort de près

À 40 ans, tout bascule: on lui découvre un cancer au stade 4.

«J'ai failli mourir. Ils m'ont retiré 15 lb de masse cancéreuse dans l'abdomen. Entre-temps, plein de gens m'avaient vu diriger, et l'Orchestre de Radio-Canada voulait m'embaucher. J'ai signé mon contrat avec eux sur mon lit d'hôpital. Sur l'étage où j'étais, j'étais peut-être le seul à avoir hâte de retourner au travail. Ça m'a marqué de voir à quel point il y avait des gens qui n'aimaient pas leur vie.»

«Chaque fois qu'on donne un concert, je me dis qu'on doit quelque chose à ces gens-là. On ne peut pas être ordinaires. Il faut donner tout ce qu'on a pour qu'ils passent un beau moment.»

Alain Trudel est très heureux à l'Orchestre symphonique de Laval.

«J'ai refusé des emplois ailleurs parce que je suis bien ici, dit-il. L'orchestre fait vraiment partie de la communauté.»




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer