Spoon: contre vents et marées... pensées brûlantes

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Britt Daniel, frontman de la formation américaine Spoon, convient volontiers que le rock n'est pas à son zénith en 2017. Qu'à cela ne tienne, son groupe a récolté d'excellentes critiques pour un neuvième album et s'apprête à remplir le Métropolis ce dimanche.

« Le rock n'occupe peut-être pas l'espace public qu'il a déjà occupé, cela n'exclut en rien la venue d'excellents projets rock. Je me souviens des années 90 lorsque The Prodigy et The Chemical Brothers sont arrivés, on annonçait la mort du rock à la une des magazines de musique... et puis vinrent The Strokes, Yeah Yeah Yeahs, The White Stripes... et aussi Spoon ! »

Comme celle du jazz, la mort du rock a été maintes fois annoncée, ses meilleurs praticiens n'en ont que faire. Les racines restent enfouies dans l'imaginaire collectif... et revoilà Spoon avec l'excellent Hot Thoughts. Pensées brûlantes... contre vents et marées !

« Nous sommes à l'aube peut-être d'un nouveau cycle rock, j'en ai l'impression, enfin je ne peux l'affirmer... »

- Britt Daniel

« Aujourd'hui, nous sommes envahis par des armées de DJ, j'en aime un bon nombre d'ailleurs, je ne leur souhaite pas de mal, mais il se pourrait qu'à leur tour, ils traversent peut-être aussi des moments plus calmes... »

L'album Hot Thoughts marque-t-il une étape pour son chanteur, parolier et compositeur ? Britt Daniel le croit : « Je ne me suis pas éternisé sur cette réflexion pendant le processus de création, j'ai quand même réalisé que nous étions en train de créer un solide album de rock. J'ai aussi observé qu'il s'y jouait moins de guitares, ce qui est relativement nouveau pour Spoon. Certains passages de cet album tiennent davantage du paysage sonore que du rock. Notre musique n'y est plus exactement la même qu'elle l'a été. »

L'IMPORTANCE DE L'ÉLECTRONIQUE ET DES CLAVIERS

« Le claviériste Alex Fischel est dans le groupe depuis deux albums, il ajoute une autre dimension à notre musique, indique Britt Daniel. Avant son arrivée, je pouvais jouer les claviers, mais mon jeu était limité alors que lui peut faire ce qu'il veut. Il est musicalement éduqué et il a bon goût. Ainsi, je peux composer une chanson à la guitare acoustique et, de par son travail aux claviers, le travail se conclut par tout sauf une chanson de guitare acoustique. »

Au quartette américain constitué de Britt Daniel (chant, guitare, claviers,percussions, basse), de Jim Eno (batterie, percussion, claviers), d'Axel Fischel (claviers, piano, guitares, percussion) et Rob Pope (basse et percussions), nombre d'artistes ont partiellement collaboré à la conception et à l'exécution des chansons de Hot Thoughts, on pense entre autres à Sharon Van Etten ou Laura Pergolizzi (LP).

Comme ce fut le cas pour l'opus They Want My Soul, Dave Fridmann a travaillé avec Spoon, un de ses principaux clients parmi les Weezer, Neon Indian, Mogwai et Sleater-Kinney, notamment. Embauche déterminante, pense Britt Daniel : Hot Thoughts est sans contredit un des albums les mieux cotés de l'entière discographie de cette formation d'Austin.

« Dave a un fort impact sur notre son. Il est devenu plus puissant, plus gros, mais aussi plus étrange dans les recoins. Nos deux derniers albums représentent ainsi des étapes importantes, quoique chaque album de Spoon fut un pas en avant. Ils incarnent un état d'esprit, une période, des goûts, des préférences, le cumul de nos compétences à un stade précis de notre parcours. »

L'assomption de la perpétuelle mutation est une valeur importante, en déduit-on. Britt Daniel corrobore. « Après que les Beatles ont fait l'album A Hard Day's Night, fait-il remarquer, ils ont été différents. Le contexte avait changé, ils n'auraient pu faire de même s'ils l'avaient voulu, car ils étaient devenus des mecs différents. Paul McCartney ne peut refaire aujourd'hui un album des Beatles. »

L'INFLUENCE DE BOWIE ET DE PRINCE

Les grands disparus de 2016 auraient également produit leur impact sur Hot Thoughts

« Pendant la création et l'enregistrement de l'album, David Bowie et Prince nous ont quittés. Ces deux artistes étaient énormes pour moi, je vénère ces maîtres depuis l'enfance. Peut-être cela explique-t-il la présence du saxophone [très présent dans Blackstar] à la fin de l'enregistrement ? Peut-être bien ! En fait, ce fut un accident heureux ; à force de bidouiller avec ces pistes de saxophone, nous avons fini par créer ce montage en surimpression. »

Le nouveau spectacle de Spoon qui s'amène, indique son chanteur, est le plus ambitieux de tous.

« C'est davantage un spectacle qu'un concert ; nous avons fourni un effort supplémentaire pour la dimension visuelle et le choix des chansons au programme. À ce titre également, je dirais qu'il s'agit d'une autre étape importante pour nous. De nos jours, les revenus des musiciens se fondent sur le spectacle, il faut vraiment soigner cet aspect du métier. Cela étant dit, l'enregistrement est la marque la plus importante à laisser, c'est le document qui reste. C'est avec l'enregistrement qu'on prend vraiment la mesure d'un musicien ou d'un chanteur. »

________________________________________________________

Au Métropolis, dimanche, 20 h, précédé de The New Pornographers




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer