Rufus Wainwright: célébrer la vie de Leonard Cohen

Le chanteur Rufus Wainwright donnera deux concerts à... (Photo Hugo-Sébastien Aubert, La Presse)

Agrandir

Le chanteur Rufus Wainwright donnera deux concerts à la chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours les 16 et 17 août.

Photo Hugo-Sébastien Aubert, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Leonard Cohen était encore de ce monde quand Rufus Wainwright a eu l'idée de chanter Suzanne à la chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours. Cette chanson qui a fait connaître l'auteur-compositeur et poète montréalais est campée dans le Vieux-Montréal et « our lady of the harbour » qu'y chante Cohen est justement cette petite chapelle où Rufus va donner deux concerts les 16 et 17 août.

« Je jonglais avec cette idée avant sa mort, et maintenant qu'il nous a quittés, c'est devenu encore plus important pour moi de prendre un moment pour célébrer sa vie. En plus, ça tombe bien puisque c'est le 375e de Montréal et le 150e du Canada ainsi que le 50e anniversaire du premier album de Leonard Cohen. J'ai pensé à tout... comme d'habitude », dit Rufus Wainwright dans un éclat de rire typiquement nasillard.

En fait, nous apprend-il, au départ, il voulait reprendre en entier dans cette chapelle Songs of Leonard Cohen, ce tout premier album paru à la fin de 1967. Une idée ambitieuse... et casse-gueule.

« C'était un peu excessif de m'attaquer à ces chansons avec toute l'intensité artistique requise et risquer ainsi de donner l'impression que je le remplaçais. Peut-être que ça aurait marché si je n'avais pas eu de liens familiaux avec lui », explique Wainwright dont la fille de 6 ans, Viva, est la petite-fille de Leonard Cohen.

Malgré cette pudeur toute cohenienne, Rufus Wainwright ne s'empêchera pas de reprendre des chansons de Leonard Cohen dans la plus ancienne chapelle de Montréal. Dont Suzanne, qu'il n'a jamais chantée auparavant, et d'autres immortelles de l'homme à la voix d'or, mais pas Hallelujah ni Everybody Knows qu'il a déjà interprétées.

L'AMIE JONI MITCHELL

De fil en aiguille, ce coup de chapeau à Leonard Cohen est devenu un concert en hommage à d'autres artistes canadiens dont, au premier chef, Joni Mitchell.

« Mon mari est un fan fini de Joni Mitchell dont il ne savait rien avant de déménager au Canada, explique-t-il. En 2013, il a organisé un concert à Toronto, auquel j'ai participé, pour souligner son 70e anniversaire et, depuis, il est un véritable converti. On connaît bien Joni, on lui rend visite à Los Angeles. »

La grande artiste canadienne a subi un anévrisme au cerveau en 2015 et les rumeurs les plus sombres ont circulé sur son état de santé à l'époque.

« Son état est stable. Elle reçoit des gens et sort à l'occasion, mais bon... Je voulais également reprendre des chansons de personnes qui sont toujours en vie ! », lance Rufus Wainwright.

Il se propose donc de chanter du Neil Young, mais aussi du Arcade Fire et du Céline Dion. « Luc Plamondon est un ami à moi et je jette un coup d'oeil sur ce répertoire », dit-il.

Même s'il a déjà emprunté à Gilles Vigneault la très belle Quand vous mourrez de nos amours, il ne faut pas s'attendre à ce qu'il y ait beaucoup de chansons en français dans ce concert intitulé Our Lady of the Harbour. C'est que tout de suite après, le 20 août, Wainwright donnera le même spectacle rebaptisé Northern Stars à l'amphithéâtre Ford de Los Angeles.

« Oui, ça va être essentiellement le même programme, composé de chansons d'artistes canadiens qui sont bien connus en Californie. Évidemment, Céline Dion a eu beaucoup de succès aux États-Unis, donc j'y vais pour les poids lourds, c'est ça le concept. »

UNE CHANSON POLITIQUE SUR L'ÈRE TRUMP

Wainwright veut également reprendre des chansons de sa soeur Martha et de sa mère Kate McGarrigle. Martha sera de la partie, mais Rufus ne compte pas avoir d'autres invités : « Je tiens à préserver un peu de cette esthétique spirituelle. Ce ne sera pas un jamboree », lance-t-il.

Il puisera également dans son propre répertoire et chantera probablement The Sword of Damocles, une chanson de son cru toute récente qu'il qualifie de vaguement politique.

« C'est un peu ma réponse à l'ère Trump en ce moment. C'est vraiment important que les artistes, les écrivains, bref, que tout le monde prenne la parole. »

- Rufus Wainwright, à propos de sa chanson The Sword of Damocles

Cette chanson qu'il a déjà chantée sur scène et qu'il compte enregistrer et lancer sous peu fera peut-être partie de son prochain album pop, son premier depuis Out of the Game, paru il y a déjà cinq ans. Depuis, il s'est surtout consacré à la version concert de son opéra Prima Donna et à l'enregistrement de sonnets de Shakespeare qu'il a mis en musique. Il doit également terminer d'ici l'automne l'écriture de son deuxième opéra, Hadrian, qui sera créé à Toronto en 2018.

« Travailler dans ces autres domaines peut être très enrichissant d'un point de vue artistique, mais aussi légèrement ennuyeux à l'occasion, dit Wainwright en pouffant de rire. Ça et le fait de vivre à Los Angeles, dans le ventre de la bête, me poussent à écrire plus de musique populaire. J'ai travaillé avec des artistes comme Robbie Williams et le jeune Troye Sivan et je discute avec plusieurs réalisateurs, donc, oui, il devrait y avoir un nouveau disque pop de Rufus Wainwright très bientôt. »

S'il a pris quelques années de recul, explique-t-il, c'est aussi parce qu'il a été très échaudé par l'échec commercial d'Out of the Game.

« J'étais très épris de cet album et j'ai adoré travailler avec [le réalisateur] Mark Ronson. On avait quelque chose de très intéressant à proposer, mais l'industrie du disque était tellement désorganisée. Avant de lancer un autre disque pop, je veux arriver à comprendre comment on va s'y prendre pour le vendre. Je ne veux pas m'acharner inutilement. »

_____________________________________________________________________

Our Lady of the Harbour à la chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours, les 16 et 17 août




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer