Jean-Louis Murat: ni slogans ni bons sentiments

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Paris) La semaine dernière, Jean-Louis Murat a donné à Paris ce qui pourrait être le seul et unique concert associé à son nouvel album, Morituri. Notre journaliste l'a rencontré à Paris au lendemain de sa performance.

Morituri, de Jean-Louis Murat... (Image fournie par PIAS) - image 1.0

Agrandir

Morituri, de Jean-Louis Murat

Image fournie par PIAS

Avant de quitter la scène de La Maroquinerie, visiblement agacé par les éclairages « de salle d'opération, voire de morgue » d'ARTE, qui diffusait le concert en direct sur le web, Jean-Louis Murat a chanté sans trop de conviction sa très belle chanson Le cafard en se moquant des journalistes qu'il « déteste tous ».

Rien de personnel, nous a dit le lendemain, dans le salon d'un hôtel où il a ses habitudes, l'artiste qui a généralement bonne presse. Ça se voulait plutôt une suite de la brève interview donnée à ARTE avant le concert, dans laquelle il s'est lancé dans une attaque en règle contre les médias : « J'ai dit : "J'espère que Trump va être président parce que Trump, c'est le fils des médias. Vous l'avez créé." »

Assez serrée, la vis

Quelques jours plus tôt, il avait dénoncé dans les médias français l'économie actuelle du spectacle en traitant Renaud et Michel Polnareff de « gros cons » que les salles préfèrent programmer en temps de crise. Il faut savoir que, depuis 25 ans, Murat poursuit une tournée sans fin à la Dylan, mais qu'il ne pourra pas défendre son nouvel album sur scène cette fois-ci.

Les tourneurs n'en ont que pour les célébrités en fin de carrière dont les tournées sont assimilables à des parachutes dorés, affirme-t-il, et, en plus, on lui demande de diminuer d'environ le tiers le salaire de son équipe.

« Dans le business des tournées, il faut de plus en plus serrer la vis. Or, moi, sans vouloir être plus vertueux que la normale, je ne travaille pas avec des gens qui sont sous-payés. Je n'ai pas une culture marxiste, mais il est bon de dire les choses aussi », explique Jean-Louis Murat.

S'il n'a pas donné le rappel que lui réclamaient bruyamment les spectateurs la veille, c'est, dit-il, « parce qu'ils savent que plus ils réclament et moins [il vient] ».

Il serait revenu sur la scène de La Maroquinerie que ses fans de toujours auraient été déçus, ajoute-t-il avec un large sourire.

Murat a toujours voulu conserver une certaine distance avec son public, dont il apprécie pourtant l'enthousiasme et la connivence.

« J'ai toujours peur de me prendre pour un artiste, lance ce fils de paysans qui vit en Auvergne. C'est pas du tout une histoire de vouloir se fondre dans la masse, mais moi, je viens d'un milieu extrêmement populaire et il est hors de question que je me coupe de mes racines populaires. »

La France en dépression

Artiste, Jean-Louis Murat l'est à coup sûr, lui qui nous arrive, bon an, mal an, avec un nouvel album qui se démarque par la qualité de ses musiques et surtout par les textes poétiques finement ciselés d'un auteur qui se méfie tout autant des slogans que des bons sentiments.

Morituri - « ceux qui vont mourir » en latin - parle d'une France « en dépression », notamment dans l'ironique Tous mourus, sur le sort des paysans français victimes de « l'ultralibéralisme et de la dérégulation ».

La France de Murat s'incarne également dans sa Pharmacienne d'Yvetot qui n'en finit plus de chialer dans la cuisine sur fond d'actualité mondiale.

« C'est la dimension internationale de la France qui se croit encore une puissance qui a son mot à dire sur tout et qui, d'un seul coup, est dans une sorte d'état dépressif parce que personne ne l'écoute. Elle n'a comme solution que d'aller chialer dans la cuisine parce que, de toute façon, ce qui passe en Corée du Nord ou au Bangladesh, c'est pas la France qui va y changer grand-chose. »

Il compare son pays à Emma Bovary, l'héroïne de Flaubert qui, dit-il, trouve des subterfuges pour se désendetter. « Elle est quand même assez touchante, Emma ; je ne suis pas sûr que la France soit aussi touchante que ça. »

Le Luchini de la chanson?

Murat connaît ses classiques. Ça s'entend dans l'élégance de ses textes tout autant que dans les albums qu'il a consacrés à Baudelaire et à des auteurs moins connus des XVIIe (Antoinette Deshoulières) et XIXe siècles (Pierre-Jean de Béranger).

Dans la ballade à saveur historique Frankie, c'est davantage de la francité que de la France qu'il est question, explique-t-il.

« C'est ma langue : que n'aurais-je pas fait pour ce qui m'a fait ? Mais c'est aussi que j'ai un drôle de rapport au pays parce qu'on m'a donné le nom d'un grand-oncle mort au front en 1918. Dans mon imagination d'enfant, j'ai toujours eu l'habitude de voir mon nom sur le monument aux morts. Et donc, je pourrais presque me dire : "Je me souviens, j'ai vécu en 800, j'ai vécu en 1257, j'ai vécu au XVIsiècle, puis je suis mort en 14-18." »

« J'ai une idée longue de mon identité qui est essentiellement une identité par le langage, enfin par la langue. »

Plus jeune, Murat a fait quelques tentatives de suicide dont une en Haute-Savoie à laquelle il fait allusion dans sa chanson Le cafard.

« Ce qui m'a sauvé, c'est les livres et la créativité, dit celui qui se considère comme un miraculé. J'ai été élevé dans un monde où il n'y avait pas de bibliothèque, pas de livres. Ma bibliothèque, c'est fondamental : une bibliothèque bien entretenue, bien rangée, à confier à d'autres après, comme si elle allait être ma meilleure création. Je suis fou de livres, il n'y a pas un matin où je n'y pense pas. »

On croirait entendre un Fabrice Luchini qui donnerait dans la chanson. « Il y a de ça, bien sûr », répond Murat en parlant de cette volonté commune qu'ils ont d'aller au plus près de la source en littérature. Murat, le paysan, partage également avec Luchini, fils d'épiciers, des origines modestes et un parcours d'autodidacte.

« C'est peut-être un de mes traits de caractère : des fois, j'ai un peu l'arrogance de l'autodidacte, avoue-t-il. C'est comme si j'étais sur un circuit routier avec des gens qui ont fait l'université et qui maîtrisent le Code de la route. Moi, je veux bien aller sur ce territoire-là, mais je n'ai aucune idée du Code de la route. Des fois, je suis un peu décalé. Je prends les contresens et je me gare n'importe où. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer