Julio Iglesias: passion sans limites

Julio Iglesias montera sur la scène de la... (Photo: fournie par l'artiste)

Agrandir

Julio Iglesias montera sur la scène de la salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts les 21 et 22 juin pour interpréter ses plus grands succès.

Photo: fournie par l'artiste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

«Que voulez-vous savoir sur moi que votre maman ne vous a jamais dit?», lance Julio Iglesias dès les premières secondes de son entretien avec La Presse. Le chanteur de charme aux 78 albums sera de passage à Montréal cet été dans le cadre d'une tournée mondiale qui l'amènera de la Chine à l'Europe en passant par les États-Unis, l'Amérique du Sud et le Canada. À 70 ans, il montera sur la scène de la salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts les 21 et 22 juin pour interpréter ses plus grands succès.

Q: Vous aviez annoncé il y a deux ans, lors d'une remise de prix à Madrid, que vous preniez votre retraite. Qu'est-ce qui vous a fait changer d'avis?

R: Comment arrêter la musique? J'ai dit que j'arrêterais d'aller à des remises de prix et autres cérémonies publiques. Ma passion pour la musique est encore très forte. Dans ma tête, je n'ai pas 70 ans. Ce matin, je me suis réveillé et j'en avais 25. Dès demain, le producteur des Grammy, Ken Ehrlich, sera chez moi pour préparer l'enregistrement à Los Angeles d'un événement spécial avec de jeunes chanteurs américains, dont Justin Timberlake, qui sortira en DVD.

Q: Après 45 ans de carrière, vous donnez encore des spectacles à guichets fermés. Quel est votre secret?

R: La passion. Rien d'autre ne peut conduire un artiste à faire une si longue carrière. J'ai eu la chance de chanter avec une pléiade d'artistes de rêve, de Sinatra à Johnny [Hallyday], en passant par Sting, Stevie Wonder, Placido Domingo, Andrea Bocelli, Pavarotti, etc. J'ai eu le temps d'apprendre à leurs côtés et avec la passion que j'ai mise dans mon travail et l'aide d'un public qui a toujours été formidable avec moi, aussi généreux que fidèle, je peux encore retourner à Montréal après 25 ans d'absence.

Q: Vous avez chanté avec les plus grands. Quelle a été votre plus belle rencontre?

R: C'était formidable de chanter La vie en rose avec Dalida, il y a 35 ans. Sinon, j'ai très souvent collaboré avec Charles Aznavour, un homme que j'adore. Mais ma rencontre avec Franck Sinatra a été très spéciale. J'ai chanté à ses 70 ans avec Tony Bennett dans un gala en direct à la télé américaine. Il y avait tous les plus grands artistes du monde entier. Sinatra est monté sur scène me rejoindre et il m'a dit: «Je comprends maintenant pourquoi Kirk Douglas m'a dit qu'il avait trouvé quelqu'un qui chantait comme moi». Sinatra et moi avons chanté ensemble dans de nombreux galas et sur un disque de duos qu'il a fait. J'étais impressionné par sa générosité. C'est l'artiste le plus complet que j'ai connu dans ma vie, un homme formidable.

Q: À quoi ressemble votre quotidien aujourd'hui?

R: Je suis un père de famille avec cinq jeunes enfants à la maison et une femme que j'adore. Mais je suis aussi un homme d'affaires, même si je ne me trouve pas très bon là-dedans (rires)! Je suis propriétaire du Groupe Punta Cana [à qui appartient l'aéroport de Punta Cana, mais aussi 48 kilomètres carrés de terres sur lesquelles se retrouvent les plus grands hôtels] avec Oscar de la Renta et un autre associé. C'est une affaire de rêve: on a 3,5 millions de touristes par année, alors que quand on a commencé, ils n'étaient que 150 000!

Q: Vous dites qu'avec l'âge vous chantez mieux. Pourquoi?

R: C'est la seule chose que je fais mieux! Avec l'expérience, je suis maintenant capable de chanter autant une ballade romantique que de la pop ou du classique. Mais c'est surtout que j'ai plus de plaisir et que je chante dans la communion de l'âme et de l'esprit. Avant, les deux étaient séparés. Aujourd'hui, toute l'histoire très personnelle de l'artiste que je suis qui chante depuis trois générations peut être ressentie par le public.

Q: La chanson dont vous êtes le plus fier?

R: La première: La vida sigue igual (La vie continue pareil). J'avais 20 ans quand je l'ai écrite. C'est devenu un hymne dans les pays hispanophones. Je l'ai chanté récemment au Nicaragua et les jeunes la connaissaient et chantaient avec moi cette chanson écrite il y a 50 ans.

Q: Qu'allez-vous offrir au public montréalais?

R: Je vais faire mes plus gros succès francophones, bien sûr. Je ne chante plus Vous les femmes depuis 30 ans, mais je vais la faire! J'ai appris le français quand j'avais 8 ans et je ne l'ai jamais oublié. Mais je vais aussi chanter avec un esprit plus universel. Il y a tant de choses à raconter...

Le chanteur en chiffres

Julio Iglesias est l'un des 10 artistes à avoir vendu plus de 300 millions d'albums, devant les Rolling Stones, AC/DC et les Bee Gees.

Il a enregistré 78 albums en 45 ans de carrière.

Il a chanté en plus de 14 langues.

Il est père de huit enfants, dont les chanteurs Enrique et Julio Iglesias Jr.

Il possède un jet privé et trois maisons: l'une à Miami, aux États-Unis, une autre à Punta Cana, en République dominicaine, et une dernière à Marbella, en Espagne.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer