Lemonade de Beyoncé décrypté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

«Quand la vie te donne des citrons, fais-en de la limonade.» Une expression que Beyoncé semble avoir prise au pied de la lettre dans Lemonade, son sixième album lancé sans crier gare le week-end dernier, quelques jours avant le coup d'envoi de sa tournée The Formation World Tour à Miami. La Presse a tenté de décrypter cet «album visuel» où adultère et célébration de la femme afro-américaine font bon ménage.

1- La surprise

Beyoncé aime surprendre ses fans. Il y a trois ans, la chanteuse avait sorti un album homonyme sans prévenir, avec 17 vidéoclips en prime. Queen Bey a remis ça samedi dernier en diffusant sur la chaîne câblée américaine HBO Lemonade, un album visuel de 58 minutes. Structuré en 12 chapitres, Lemonade s'inspire du trajet que chaque femme doit parcourir pour s'affirmer et se reconstruire, a annoncé la plateforme d'écoute en continu Tidal, qui a proposé l'album en exclusivité tout le week-end (il est maintenant sur iTunes). Assurant la réalisation aux côtés de Khalik Allah (réalisateur du documentaire Field Niggas), Beyoncé a fait appel à sept autres cinéastes pour la seconder. Elle a également emprunté les poèmes de Warsan Shire pour assurer les transitions entre les chansons où elle passe du déni à la rédemption, de la haine au pardon.

2- Les collaborateurs

Tout au long de l'album, Beyoncé met de l'avant de talentueuses personnalités afro-américaines venues faire une apparition éclair, que ce soit la joueuse de tennis Serena Williams, qui se tortille sur Sorry, la top-modèle Winnie Harlow, les actrices Quvenzhané Wallis et Zendaya Coleman ou encore la ballerine Michaela DePrince. Musicalement parlant, la chanteuse a collaboré avec Diplo, The Weeknd, Jack White, Animal Collective, James Blake, Kendrick Lamar et The Yeah Yeah Yeahs. Empruntant au country-blues (Daddy Lessons), au reggae (Hold Up) ou au gospel (Pray You Catch Me), Beyoncé s'illustre à travers une multitude de styles sur Lemonade.

3- L'adultère

Véritable fil rouge de Lemonade, l'adultère est le thème central de l'album. Beyoncé semble étaler au grand jour ses problèmes de couple, alimentant les rumeurs d'infidélité de son mari et producteur Jay Z. Si la première partie de l'album est un règlement de comptes où Beyoncé apparaît batte de baseball à la main (Hold Up), l'opus prend ensuite une tout autre direction avec des images inédites de Jay Z en bon mari et père de famille. Queen Bey signe d'ailleurs cet album de son nom de femme mariée, Beyoncé Knowles Carter. En 12 ans de vie commune avec Queen Bey, Jay Z a été soupçonné à de nombreuses reprises par les tabloïds de tromper sa belle avec des personnalités comme Rita Ora ou Rihanna.

4- La maîtresse

Dès sa diffusion sur HBO samedi soir, Lemonade a créé l'émoi sur les réseaux sociaux: qui peut bien être «Becky with the good hair» (Becky avec les beaux cheveux), la maîtresse que montre du doigt Beyoncé dans Sorry sans donner plus de détails? Il semble que cette dernière se soit trahie elle-même sur Instagram. La designer Rachel Roy a en effet publié (puis supprimé) un message révélateur à la suite de la diffusion de Lemonade: «Les beaux cheveux s'en moquent, mais nous prendrons toujours le bon éclairage, pour les égoportraits ou pour nos vérités perso. Vivez dans la lumière. #Arrêtetoncinéma.» Une possible aventure entre Jay Z et elle faisait déjà partie des pistes expliquant l'altercation survenue dans un ascenseur en 2014 entre Jay Z et Solange Knowles, soeur de Beyoncé.

5- Un mariage brisé

«Tu me rappelles mon père - un magicien, capable d'être à deux endroits au même moment/Dans la tradition des hommes de mon sang, tu rentres à la maison à 3h du matin et tu me mens», lance Queen Bey dans Lemonade. Parle-t-elle de Jay Z ou de son propre père tout au long de l'album? Elle seule le sait! Sur les réseaux sociaux, les fans de la chanteuse ont émis l'hypothèse qu'elle se faisait la voix de sa propre mère, dont le mariage ponctué d'embûches a pris fin en 2011. Ce qui est certain, c'est que Beyoncé consacre un titre plus country, Daddy Lessons, à son père, Matthew, qu'on retrouve dans des extraits de vidéos familiales aux côtés de sa fille et de sa petite-fille.

6- Un album engagé

Interprété au spectacle de la mi-temps du Super Bowl, le titre Formation laissait présager que le nouvel album de Beyoncé présenterait des sujets sociaux et politiques. Et c'est le cas. On retrouve sur l'album visuel les mères de Trayvon Martin et Michael Brown, deux afro-américains tués à cause de la couleur de leur peau. Beyoncé a également inclus sur Lemonade des citations de l'activiste Malcolm X. Plus engagée que jamais, la chanteuse sublime la femme afro-américaine et rappelle l'importance de la communauté et du soutien des autres femmes pour faire face aux obstacles que la vie réserve, que ce soit une infidélité ou la perte d'un être cher.

7- Les critiques

Que ce soit aux États-Unis, en France ou au Royaume-Uni, les critiques semblent unanimes: Beyoncé offre avec Lemonade son album le plus abouti. Billboard va plus loin en disant qu'il s'agit d'«une oeuvre révolutionnaire du féminisme noir». Rolling Stone ne tarit pas d'éloges: «La reine, en mode doigt d'honneur, fait sa plus puissante et ambitieuse déclaration jusqu'ici», dit le célèbre magazine. Dans l'Hexagone, Les Inrockuptibles sont tout aussi séduits: «Entre sincérité et variation des genres, Beyoncé sort de la route qui était pourtant toute tracée. C'est bien connu, la limonade rafraîchit et Beyoncé se montre là rafraîchissante, et régénérée.» Le Telegraph ne fait pas exception: «Lemonade est de loin l'album le plus fort de Beyoncé», statue-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer