Psy ne croit pas pouvoir refaire un autre Gangnam Style

Psy répond aux questions des journalistes pour le... (PHOTO AP)

Agrandir

Psy répond aux questions des journalistes pour le lancement de son nouvel album, Cider.

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
Séoul

Le chanteur sud-coréen Psy a estimé lundi à zéro ses chances de rééditer le succès planétaire de son succès Gangnam Style mais s'est dit pleinement satisfait de son sort d'artiste ordinaire de la K-pop.

L'artiste était parvenu à la renommée internationale en 2012 avec Gangnam Style, un titre au style volontairement outrancier mettant en scène la désormais populaire danse du cheval, qui parodiait la vie des riches oisifs d'un quartier chic de Séoul.

Le clip de cette chanson, qui se voulait l'antithèse de la K-pop - la pop sud-coréenne connue pour ses «boys band» lisses et ses ritournelles sentimentales - détient toujours le record mondial des vues sur Youtube, où il a été regardé plus de 2,4 milliards de fois.

Le succès de cette chanson, et les attentes qu'elle a suscitées, ont parfois été difficiles à vivre, a expliqué l'artiste de 37 ans lors d'une conférence de presse à Séoul, avant la sortie de son nouvel album mardi.

«La pression et le stress furent simplement trop énormes».

Comme on lui demandait s'il espérait renouveler l'exploit, il a secoué la tête.

«Aucune chance», a-t-il dit. «Je ne crois pas que quelque chose comme Gangnam Style se reproduise jamais».

«Le poids de Gangnam fut énorme. Je ne vais même plus à Gangnam», a-t-il plaisanté.

Avant que Gangnam Style ne conquière le monde, Psy était déjà un artiste à succès en Corée du Sud connu pour ses textes provocateurs, son humour satirique et ses performances scéniques décalées - et souvent alcoolisées - qui tranchaient dans une société sud-coréenne très normative.

Mais pour certains de ses fans, Psy a un peu perdu son âme avec une célébrité qui lui a permis de frayer avec les grands de ce monde, des chefs d'États aux grands patrons.

Psy a reconnu qu'il avait trop essayé de complaire à un public international et assuré que son nouvel album - son septième - représentait un retour «aux racines».

«Quand j'écrivais des chansons, je me suis souvent surpris à me demander, «Est-ce que ça sera aussi bon que Gangnam Style» ou «Et si les fans étrangers ne comprennent pas les paroles?»», a-t-il dit.

«J'ai mis un moment à évacuer ce type de pensées». Il a expliqué qu'il se satisferait parfaitement de n'être «juste» qu'un «artiste de K-pop parmi d'autres».

Le nouvel opus, intitulé Cider, comprend neuf titres.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer