Le nouveau Francis Cabrel non offert en streaming

Avec Jean-Jacques Goldman, Francis Cabrel est l'autre grande vedette française... (Photo: Claude Gassian, fournie par l'artiste)

Agrandir

Photo: Claude Gassian, fournie par l'artiste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris

Avec Jean-Jacques Goldman, Francis Cabrel est l'autre grande vedette française à refuser de mettre ses chansons sur les plates-formes d'écoute en streaming: pour découvrir son nouvel album qui sort lundi, il faudra donc l'acheter en ligne ou chez son disquaire.

Le treizième album de Francis Cabrel, In Extremis, ne sortira «qu'en physique (CD) et en téléchargement sur toutes les plates-formes de téléchargement légales», a-t-on confirmé jeudi chez sa maison disques Sony.

Pour le streaming, «j'attends encore un peu, pour l'instant ça ne m'intéresse pas», expliquait fin mars à l'AFP le chanteur aux plus de 20 millions de disques vendus depuis ses débuts, en 1977.

«Je considère que mes chansons m'appartiennent et que je peux les mettre sur le support que je choisis», avait ajouté l'auteur de Petite MarieJe l'aime à mourir ou La corrida.

Les maisons de disques voient depuis quelques mois le streaming (lecture sans téléchargement) comme leur planche de salut pour endiguer la baisse continue des ventes de CD depuis le début des années 2000. Dans son dernier bilan annuel, la Fédération internationale de l'industrie phonographique (Ifpi) a annoncé qu'en 2014, les ventes mondiales de musique dématérialisée (alimentées en grande partie par le développement du streaming) avaient égalé pour la première fois les ventes physiques.

Mais ce nouveau mode d'écoute ne fait pas que des heureux: nombre de musiciens et chanteurs estiment que les droits d'auteur qui leur sont reversés sont dérisoires. Plusieurs refusent ainsi d'apparaître sur les sites de streaming (comme le Suédois Spotify ou le Français Deezer) comme la chanteuse pop américaine Taylor Swift ou les rockeurs australiens AC/DC.

«Cela reste une exception, qui relève du choix des artistes», estime Guillaume Leblanc, directeur général du Snep, principal syndicat des producteurs de disques français. «Mais quand on regarde l'ensemble du catalogue, il n'y a vraiment pas de problème d'accès à une offre légale», ajoute-t-il.

In Extremis sera le premier album de Francis Cabrel avec des chansons originales depuis Des roses et des orties (2008) écoulé à plus de 900 000 exemplaires.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer