Ed Sheeran au Centre Bell: Montréal sous le charme

Puisque que notre demande d'accréditation photographe a été... (Photo Jean-Marie Villeneuve, Archives Le Soleil)

Agrandir

Puisque que notre demande d'accréditation photographe a été refusée, nous publions une photo du spectacle d'Ed Sheeran présenté mardi soir au Centre Vidéotron de Québec.

Photo Jean-Marie Villeneuve, Archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dès l'instant où Ed Sheeran est monté sur scène, un tonnerre d'applaudissements accompagné de cris stridents a secoué le Centre Bell. Un sourire à la foule, et voilà, l'opération charme était commencée.

Comme à son habitude, le rouquin arborait un look très décontracté. T-shirt et jeans: le Britannique n'a pas besoin de son costume de chevalier dans Game of Thrones pour séduire son public, composé en grande majorité de jeunes femmes. Seul, armé de sa guitare et de ses textes qui ont fait de lui le maître contemporain des chansons de mariage, Ed Sheeran a ouvert le bal avec son récent tube Castle on the Hill. La foule s'est levée d'un bond et a chanté en choeur. Un exercice qui allait se reproduire à tous les morceaux ou presque. «Si vous ne connaissez pas les paroles, faites semblant que oui et chantez ce que vous voulez», leur avait recommandé le musicien charismatique au début du spectacle.

Sur scène, une immense structure rappelant la forme d'un arbre composée de dizaines d'écrans projetait à la fois des images en direct du chanteur de 26 ans et des éléments visuels variés - ciel étoilé, fumée, pétales de roses - un brin kitsch. Un décor sans cesse changeant auquel a contribué Moment Factory, notamment pour l'impressionnant carrousel accompagnant Sing. L'entreprise montréalaise a expliqué qu'elle s'était inspirée des nombreux tatouages d'Ed Sheeran pour ses créations.

Véritable homme-orchestre

Mélangeant morceaux de son plus récent album, l'excellent ÷ (Divide), et tubes pigés dans ses deux opus précédents, l'auteur-compositeur-interprète s'est transformé en véritable homme-orchestre, créant des boucles sonores au début de chaque chanson grâce à la pédale d'effets placée à ses pieds. D'Eraser, sur laquelle il rappe comme son idole de jeunesse Eminem, à son premier succès The A Team, sorti en 2011, en passant par l'hommage à sa famille, Nancy Mulligan, et à Galway Girl, aux accents celtiques, le Britannique s'est amusé à montrer l'étendue de son talent.

Certes, Ed Sheeran n'est ni le meilleur des guitaristes ni le meilleur des rappeurs. Sa spécialité ? Les chansons d'amour, bien entendu. Et sur ce plan, le public a été choyé hier.

Comme il l'avait fait la veille à Québec, le barde des temps modernes a offert de nombreuses ballades, dont la triste Happier, la nostalgique Photograph, la romantique Perfect, de même que Thinking Out Loud, la pièce sélectionnée le plus souvent par les nouveaux mariés pour leur première danse en 2016, selon Spotify. À chacune d'elles, de petites lucioles illuminaient le Centre Bell, gracieuseté des milliers de cellulaires tenus par les spectateurs.

L'humour séduit

Mais le romantisme, ce n'est pas tout. L'humour aussi séduit. Ed Sheeran l'a évidemment compris. «J'ai essayé ce mets avec de la sauce et du fromage», a-t-il confié, se demandant, moqueur, si la poutine l'empêcherait d'enfiler ses jeans.

Lors de son rappel, Ed Sheeran ne pouvait manquer d'offrir à la foule son superhit Shape of You. Après tout, la chanson a monopolisé les ondes radiophoniques le printemps dernier, en plus d'avoir été la pièce la plus jouée sur les sites d'écoute en continu au Canada jusqu'à maintenant en 2017 (plus de 127 millions d'écoutes, selon le rapport mi-annuel de Nielsen Canada).

Clore le spectacle avec You Need Me, I Don't Need You constitue toutefois un choix douteux. Deuxième single de son premier album + (Plus) au Royaume-Uni, la chanson n'a même jamais figuré sur les palmarès en Amérique du Nord. Tant qu'à choisir une pièce de ses débuts, Ed Sheeran aurait dû opter pour Lego House, malheureusement écartée du spectacle.

Un bémol bien loin d'entacher la mission séduction que s'était donnée Ed Sheeran, qui, avec un spectacle à la fois énergique et romantique, a confirmé sa place dans le coeur de ses fans et en a sûrement conquis de nouveaux.

Redécouvrir James Blunt

Pour réchauffer la salle, Ed Sheeran a fait appel à son ami James Blunt. Un choix judicieux, puisque les styles des deux compatriotes britanniques s'harmonisent bien. Devant des spectateurs très distraits (les retardataires étaient nombreux), le chanteur a présenté quelques pièces de son nouvel opus, The Afterlove, paru en mars. Ponctuant ses interventions entre les chansons de blagues et s'adressant au public en français, James Blunt a été un excellent animateur de foule. Il aura toutefois fallu You're Beautiful pour qu'il aille pleinement chercher les spectateurs. Douze ans plus tard, les gens n'ont pas oublié les paroles de cette ballade déchirante. Or, avec les titres qui ont suivi (OK, Bonfire Heart et 1973), James Blunt a rappelé qu'il était bien plus que l'homme d'une seule chanson.

«Capsule : Le moment fort

Dès les premiers accords de guitare, la foule a reconnu Photograph. Une grande clameur s'est élevée, suivie d'une chorale forte de milliers de voix. Sur les écrans, des photos de l'enfance du chanteur, concept repris du clip de la chanson. Un moment d'unité à donner des frissons.»





publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer