Shabazz Palaces: hip-hop extraterrestre, space opera ****

Quazarz: Born on a Gangster Star, de Shabazz Palaces... (Image fournie par Sub Pop)

Agrandir

Quazarz: Born on a Gangster Star, de Shabazz Palaces

Image fournie par Sub Pop

La PresseAlain Brunet 4/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ishmael «Butterfly» Butler de Digable Planets, excellent groupe jazz rap des années 90, est devenu Palaceer Lazaro à la fin des zeroties, faisant équipe avec le multi-instrumentiste et beatmaker Tendai «Baba» Maraire au sein de Shabazz Palaces.

L'opus Black Up fut lancé en 2011, Lese Majesty en 2014, et voici une pléthore de titres répartis sur 2 albums, 11 sur le premier et 12 sur le second.

Quazarz: Born on a Gangster Star et Quazarz vs. the Jealous Machines, que ses protagonistes qualifient de jumeaux «extra spatiaux».

Au menu des références: électro-funk des années 80, krautrock allemand, lo-fi, nusoul, hip-hop abstrait, un brin de jazz, des fragments de easy listening, une profusion d'électro et d'ambient.

La métaphore est résolument afro-futuriste: Quazarz est un extraterrestre, «émissaire musical» venu constater les dégâts terrestres en «Amurderca».

La créature observe l'étrangeté des lieux aménagés par les habitants issus d'une espèce hostile et meurtrière, qui ravage le territoire habitable. Cette science-fiction pour les oreilles peut sembler hirsute, touffue, voire alambiquée si l'on fait fi de sa poésie dystopique.

Sinon... le conte peut devenir une excursion fascinante, sorte de space opera post Sun Râ sous l'angle du hip-hop expérimental.

* * * *

HIP-HOP EXPÉRIMENTAL. Quazarz: Born on a Gangster Star et Quazarz vs. the Jealous Machines. Shabazz Palaces. Sub Pop.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer