Niyaz: soufilectro ***1/2

La PresseAlain Brunet 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Ce nouvel opus de Niyaz rend hommage à la première ascète, poétesse et grande mystique soufie, Rabia Al Basri, qui a vécu en Irak au VIIIe siècle.

La démarche demeure la même qu'à l'origine du groupe: intégration de chants ancestraux à un répertoire original fondé sur une esthétique world 2.0, esthétique axée sur la fusion de lutheries traditionnelles d'Asie (santour, saz, kaval, kopuz, bendir, riqq, kanun, tabla, sarod, etc.) et contemporaines occidentales (claviers, guitares, électronique, etc.).

D'origine iranienne, californienne, puis montréalaise, l'excellente chanteuse Azam Ali et son mari, le multi-instrumentiste Loga R. Torkian, avaient fondé Niyaz en 2005 avec le DJ Carmen Rizzo qui n'a pas collaboré à ce quatrième album.

Enregistré entre Montréal et Istanbul, The Fourth Light est constitué de chansons originales du tandem, mais aussi de pièces turques, afghanes et iraniennes. Même quête, même qualité, même actualisation.

À écouter: Yek Nazar

* * * 1/2

MUSIQUE DU MONDE. Niyaz. The Fourth Light. Terrestrial Lane Productions.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer