Richard Abel: pour ou contre

Un invité de La Presse prend position sur des sujets qui marquent son... (PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un invité de La Presse prend position sur des sujets qui marquent son actualité. Cette semaine: Richard Abel.

Le pianiste et entertainer québécois, qui a vendu 1 million d'albums, offre ce soir un croisement de ses populaires spectacles Elegancia et Autour du monde à la Place Bell, à Laval. Vingt-trois musiciens l'accompagneront sur scène dans l'interprétation de valses et de standards pigés dans le répertoire de différents pays.

Écrire sa biographie

[Le musicien a fait paraître, il y a un an, son autobiographie Mon histoire en noir et blanc, coécrite avec Denis-Martin Chabot, qui revient notamment sur son enfance difficile.]

Pour

«Les gens me disaient: "Tu as la grosse maison, tu te promènes en BMW, je te dis que toi, t'es chanceux." J'avais le goût de leur dire: "Bonhomme, si tu savais tout ce que j'ai dû endurer, me battre pour en arriver où je suis, tu aurais une autre opinion de moi." [...] Je me suis dit que ça remettrait les pendules à l'heure.»

Avoir fait son coming out

Pour

«Dans mon public, j'ai beaucoup de gens croyants et pratiquants que je ne voulais pas blesser. [...] En l'an 2000, on m'avait proposé de faire la une de La semaine [en parlant de son homosexualité]. Mon gérant m'a dit: "Tu cours après le trouble." Là, on écrit un livre, je voulais dire les vraies affaires... Et avoir su, j'aurais dû le faire avant. [...] À ma grande surprise, je n'ai reçu aucun message homophobe.»

Lire les commentaires sur soi sur les réseaux sociaux

Pour

«Je suis pour, mais ça dépend. Dans mon cas, j'ai été chanceux; on ne s'est pas acharnés sur moi, du moins pas encore. Je pense que ça m'affecterait si c'était très négatif et méchant, comme ça peut l'être avec d'autres artistes. [...] À ce moment-là, c'est mieux de ne pas les lire.»

Les disques sur support physique

Pour

«Le CD ne venait pas juste avec une toune dénudée. On mettait beaucoup de travail sur la pochette. Et sur la pochette, on donne des informations, ne serait-ce que qui a composé ça, qui a contribué, il y a combien de musiciens. [...] Et dans mon cas, une grande partie de mon public est encore sur support physique - j'ai un public plus âgé que celui de Lady Gaga. Et aussi, la rémunération est meilleure.»

Les critiques

Pour

«... si elle est constructive. [Il nomme quelques anciens critiques.] C'était ça, ils écrivaient les vraies affaires. Je suis porté à trop jaser, et sur scène aussi. Ils disaient: "Bon, Richard, ce serait plus payant pour lui s'il jasait un petit peu moins." Ce n'était pas des amis, des chums, qui faisaient juste louanger. [...] C'était correct. Des critiques correctes.»

Se produire dans de plus petites salles

Pour

«La Place Bell, c'est prestigieux, mais c'est tellement de travail... Hier soir, je me disais: "Je ne suis pas sûr si je vais faire d'autres shows comme ça. C'est tellement gros, c'est tellement immense, c'est tellement de détails... tandis que quand je joue [dans de plus petites salles] en banlieue, ce n'est pas compliqué, je n'ai pas le trac. [...] Wilfrid-Pelletier en montant, j'ai le trac.»




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer